In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Auprès de mon arbre, je vivais heureux !

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 131)

Découvrez qu’en fait, les arbres nous révèlent la forêt !

 

Bonjour à tous et bienvenue sur In Altum, le journal le plus lu dans les chaumières !

 Un jour, Benoît XVI a employé, à propos de la compréhension par l’Homme de l’existence de Dieu, l’expression : « En fait, disait-il, ce sont les arbres qui nous cachent la forêt. » En l’occurrence, nous allons voir ensemble que les arbres nous montrent aussi la forêt…

 L’arbre est un être vivant, animé. Animé ??? Oui, animé : un arbre, ça bouge ! et par conséquent, on peut affirmer qu’un arbre a une âme, pas comme la nôtre, bien sûr, qui est spirituelle, mais une âme végétative. On peut trouver un autre point commun entre l’Homme et l’arbre : pour se développer, l’un comme l’autre ont besoin d’être profondément enracinés dans la terre tout en étant tendus vers le ciel…

 On a du mal à se rendre compte de la merveille qu’est un simple chêne. Je t’invite alors à cette expérience : allonge-toi au pied d’un tel arbre, la tête contre le tronc et les yeux vers le haut. C’est assez fascinant. Dix tonnes, soit 10 000 kg, pour un hêtre adulte par exemple, peuvent se balancer dans le vent sans qu’il soit déraciné. Chaque branche pèse facilement plus de 100 kg et est comme assumée par le fût (ou tronc) de l’arbre. Les arbres sont comme ancrés dans le sol par leurs racines, mais il faut aussi observer que le bois a des qualités exceptionnelles de résistance comme de souplesse. Il y a en fait deux grands types d’arbres : ceux qui ont un système racinaire en forme de pyramide : l’arbre est alors comme posé sur un socle (on parle alors de racines traçantes), et les arbres à racines pivotantes qui plongent en profondeur dans le sol afin d’ancrer l’arbre. Les racines ne plongent pas aussi profondément qu’on le croit habituellement car elles ne s’enfoncent guère à beaucoup plus de deux mètres de profondeur ; en revanche, certaines racines peuvent s’étendre huit fois plus loin que la largeur de la couronne de feuillage.

 L’intérêt porté directement au bois dont est fait l’arbre nous permet de rentrer encore davantage dans l’émerveillement. Il est composé de deux types de molécules. Tout d’abord, les molécules de cellulose constituent des micro-fibrilles très résistantes. Est ainsi assurée au bois une grande solidité et en même temps son élasticité. Le second type de molécule se nomme « lignine ». Parce qu’elle ne peut s’associer avec l’eau, elle permet au bois de ne pas s’en être saturé. Cela permet à la sève de ne pas se fondre dans la matière mais de transiter ou circuler dans le bois. C’est aussi pour cela que le bois flotte. La lignine assure la cohésion non plus verticale du bois, mais horizontale. Ainsi donc, le bois a de telles propriétés que les anciens Latins l’appelaient tout simplement « materia ». Le bois, c’est la Matière par excellence, la meilleure !

 Quant à la sève, elle est pour l’arbre ce que le sang est pour l’Homme. Elle permet le transport des nutriments et du gaz carbonique utiles à l’arbre pour vivre. Partant des racines, elle monte jusqu’à la surface des feuilles qui sont comme des panneaux solaires qui captent l’énergie. Suite à cette opération qu’on appelle photosynthèse, la sève brute est transformée en sève élaborée. Elle nourrit les cellules de l’arbre et permet à celui-ci de se développer.

 À+

Jipsou, l’araignée-espion

Photo

Auteur : Cor van der Waal > ici le lien 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2021 : Illuminer les ténèbres par la...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers