In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Cycle sotériologie : Jésus le médiateur de notre saut

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 133)

Ce mois-ci, étudions la mission propre de l’Esprit-Saint.

 

Cette année, nous approfondissons la doctrine de l’Eglise sur notre Salut, c'est-à-dire sur la libération du péché, du mal et du démon (la « sotériologie ») : les différents aspects du salut, les moyens par lesquels Dieu nous le donne, etc. Ce mois-ci, étudions la mission propre de l’Esprit-Saint.

 Quelle est la signification de l’Esprit dans l’Ancien Testament ?

L’Esprit est désigné par le mot hébreu « Rûah », qui signifie souffle, vie, vent. Ce terme désigne la respiration de Dieu qui vivifie la création. Ainsi, la vie de l’homme est une conséquence de la vie de Dieu en lui. Par ailleurs, l’Esprit de Dieu anime l’action des prophètes, des rois et des juges et, plus généralement, guide l’homme vers la justice. Il revêt une véritable consistance pour le Salut des hommes en ordonnant les événements pour constituer l’histoire du Salut : sa présence se retrouve partout, en filigrane de l’action des hommes.

 À la Résurrection, quel rôle incombe à l’Esprit du Christ ?

L’Esprit agit à nouveau en transfigurant le corps de Jésus. Son corps est spiritualisé, non pas que sa matière disparaisse, mais elle s’accomplit, dans la plus haute dimension, sans perdre sa consistance matérielle (cf. article du mois dernier).

 L’Esprit-Saint a-t-il encore un rôle à jouer dans la vie de l’Église ?

A6 cour celeste.jpg

L’œuvre du Salut se poursuit aujourd’hui dans l’Église. L’Esprit l’a guidée et réconfortée aux premières heures, pour susciter en elle une compréhension approfondie de l’Évangile. De nos jours, il en est toujours l’âme. Certes, les vicissitudes de l’Église ne rendent pas forcément aisé le discernement de cette présence agissante de l’Esprit en son sein. Pourtant, il en est bien le principe dynamique. Il vivifie l’Église, en particulier dans les sacrements, pour les rendre efficaces. Il en unit les membres, et il est la force motrice de sa mission, en suscitant sans cesse en elle de nouvelles initiatives, de nouvelles énergies et de nouveaux charismes. Plus largement encore, l’Esprit manifeste son caractère universel en influant sur tous les domaines de la vie des fidèles, les inspirant dans leurs actions, en particulier lorsqu’il s’agit de la mission.

 Comment l’Esprit-Saint rend-il « vivante » notre relation à Dieu ?

La grâce du Saint-Esprit a le pouvoir de nous justifier, c'est-à-dire de nous laver de nos péchés et de nous donner la possibilité de devenir des saints. Pour cela, il agit principalement à travers la foi et à travers le baptême. Ainsi donc, c'est par l'Esprit que nous avons part à Dieu.

 À quoi nous servent les dons de l’Esprit et quels sont ses fruits ?

Les dons du Saint-Esprit soutiennent la vie morale des chrétiens. Ceux-ci sont des dispositions permanentes qui rendent l'homme docile à suivre les impulsions de l'Esprit Saint.

Ces sept dons sont la sagesse, l'intelligence, le conseil, la force, la science, la piété et la crainte de Dieu. Ils appartiennent en plénitude au Christ. Ils aident ceux qui les reçoivent à progresser dans une vie vertueuse, où le bien a toujours la première place. Ils rendent aussi les fidèles dociles à obéir aux inspirations divines.

Les fruits de l'Esprit sont des perfections que forme en nous le Saint-Esprit, et qui sont un peu comme un commencement de la gloire éternelle. La tradition de l'Eglise en énumère douze : "charité, joie, paix, patience, longanimité, bonté, bénignité, mansuétude, fidélité, modestie, continence, chasteté".

 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Janvier 2022 : voir tout homme comme un frère...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers