In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Les moines sont de retour à l’abbaye de Solignac !

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 137)

Les moines y étaient présent dès 632 !

Depuis le mois de novembre, l’abbaye de Solignac, dans le diocèse de Limoges, a retrouvé sa vocation originelle en accueillant des moines bénédictins de l’abbaye de Flavigny en Bourgogne. Pour l’instant, les moines ne sont pas nombreux (seulement quatre) mais d’autres, bientôt, devraient les rejoindre. Les chants grégoriens résonnent de nouveau dans cette abbaye riche d’une si longue histoire.

 En effet, l’abbatiale de Solignac est parmi les plus anciennes et les plus remarquables églises limousines. Elle a été fondée en 632 par saint Eloi. Notre évêque, souhaitant revenir dans son pays natal, obtient du roi Dagobert la terre de « Solemniac » pour fonder un monastère où les moines s’adonnent à la prière et au travail de l’orfèvrerie. Malheureusement, au VIIIème siècle, le monastère est pillé et ruiné par les Sarrazins, puis par les Normands.

A7 Solignac.jpg

 L’abbaye renaît de ses cendres au Xème siècle. Néanmoins, dans la première moitié du XIIIème, l’abbaye va connaître de nouveaux rebondissements. Les habitants du village de Solignac décident de se révolter contre le monastère. En effet, la bourgeoisie marchande, devenue riche, veut construire ses propres fortifications et ne plus rendre de comptes à l’abbé. Après avoir chassé les moines, les habitants de Solignac occupent l'abbaye. C’est le vicomte de Limoges qui intervient en décembre 1241 pour la rendre aux religieux.

 Durant la guerre de Cent Ans, l’abbaye de Solignac passe sous le contrôle des Anglais par le traité de Brétigny en 1360. Lors des guerres de religion et des révoltes des paysans, l’abbaye se trouve de nouveau ruinée. Peu à peu, elle finit par se relever.

 La révolution française met fin à cette période de paix. En 1791, l’abbaye et son mobilier sont vendus comme bien national, tandis que les religieux se dispersent. Les bâtiments abritent successivement une prison pour les prêtres réfractaires, une institution de jeunes filles, et enfin une fabrique de porcelaine, dont l’activité cesse en 1937.

 Le monastère, après la seconde guerre mondiale, a retrouvé sa vocation religieuse avec la présence des Oblats de Marie Immaculée. Ils ont quitté le monastère en 1990. Néanmoins, jusqu’en 2004, il y avait encore une présence religieuse à l’abbaye.

 En 2011, le site a été acheté par le diocèse de Limoges qui l’a lui-même vendu aux moines l’année dernière. Les nouveaux arrivants ont un travail colossal pour remettre de l'ordre dans l'abbaye, après dix-sept ans sans occupant. Mais, comme le souligne Damien Deleersnijder (chef de projet pour l’abbaye de Solignac et membre de nos foyers-amis) : « C'est une immense nouvelle puisque cette abbaye a déjà accueilli pendant onze siècles des moines bénédictins. C'est un véritable évènement car le Limousin n'avait plus de communauté contemplative depuis la révolution française ».

 Nous pouvons en tirer une belle leçon pour nous. Quelles que soient les oppositions et les épreuves, les œuvres de Dieu traversent les siècles. Que cela nous garde dans l’espérance et la confiance ! 

 

Crédit photos :

Auteur : MOSSOT > ici le lien 

Source:: St Wandrille > ici le lien

 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2022 : Avec Notre-Dame des Neiges, p...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers