In Altum

Notre-Dame des Neiges, formez nos cœurs à votre image

La France, terre de sainteté !

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 140)

Canonisation de trois français dont Charles de Foucauld sans oublier la béatification de Pauline Jaricot

Rome n’avait pas connu une telle affluence depuis longtemps ! Dimanche 15 mai, environ 50 000 fidèles, dont environ 5000 français, étaient réunis sur la place Saint Pierre pour participer à la messe de canonisation de 10 bienheureux : c’est que trois des nouveaux saints sont originaires de notre pays ! Ces saints ont des profils divers. On trouve ainsi deux prêtres et trois religieuses italiens, mais aussi un religieux carme originaire des Pays-Bas : le père Titus Brandsma (1881-1942) a été déporté à Dachau suite à ses enseignements opposés à l’idéologie nazie. Un laïc complète cette cohorte : Lazare Devasahayam Pillai (1712-1752) est officier à la cour royale en Inde, lorsqu’il se convertit. Arrêté par les brahmanes, il est fusillé après 3 ans de tortures.

A4 Ch de Foucauld .jpg

 Mais à côté d’eux, la France est particulièrement à l’honneur, avec Saint Charles de Foucauld (1858-1916) qui est le plus connu. Après avoir perdu la foi durant son adolescence, puis vécu une jeunesse tumultueuse, Charles finit par revenir à Dieu. Considérant que seul un don radical de soi peut répondre adéquatement à l’amour immense de Dieu, il n’a de cesse de chercher à prendre la dernière place. De la Trappe Notre-Dame des Neiges, dans le diocèse de Viviers, jusqu’à la Terre-Sainte, en passant par la Syrie, son désir d’absolu le conduit finalement à Tamanrasset (Algérie). Conscient d’être une présence chrétienne au milieu d’un peuple qui ne s’est pas encore ouvert à la foi, il veut qu’à travers sa vie, le Christ rayonne et attire à Lui les touaregs. Le cœur de sa vie est donc l’offrande de la sainte messe, source à partir de laquelle il peut rayonner la charité autour de Lui.

A4 Cesar de Bus .jpg

 Moins connu, Saint César de Bus (1554-1607)  n’est pas moins une figure importante de la vie chrétienne de notre pays. Né à Cavaillon (Vaucluse), notre saint connaît une enfance particulièrement spirituelle, avant de se relâcher lors de sa jeunesse. Sous l’influence de pieux laïcs, il se convertit et devient prêtre. En 1592, il fonde la Congrégation des Pères de la Doctrine Chrétienne (doctrinaires), afin d’annoncer à tous la Parole de Dieu et le catéchisme, en se rendant accessible au plus grand nombre.

A5 Marie Rivier .jpg

 Une autre figure de France est Marie Rivier (1768-1838) , née à Montpezat-sous-Bauzon, à quelques kilomètres de Saint Pierre de Colombier (diocèse de Viviers). Elle n’a pas deux ans lorsqu’une chute la prive de la possibilité de marcher. Confiée par sa maman à la garde de la Vierge Marie, elle est miraculeusement guérie par Notre-Dame. À 18 ans, elle commence à rassembler des jeunes filles pour leur donner une éducation chrétienne. La révolution française n’arrête pas son courage, et en 1796, elle fonde les Sœurs de la Présentation de Marie.

A5 Marie Rivier 2.jpg

 À ces trois nouveaux saints, s’ajoute encore une nouvelle bienheureuse ! Le dimanche 22 mai, le cardinal Tagle, préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, était à Lyon pour la béatification de la vénérable Pauline Jaricot (1799-1862). Née à Lyon dans un milieu aisé, elle est d’abord attirée par « les illusions du monde ». À 17 ans, elle se convertit et décide de vivre sobrement. À l’âge de 19 ans, elle lance la « collecte du sou de la mission » pour soutenir les missionnaires. Plus tard, elle met en place le Rosaire vivant, pour favoriser la diffusion de la prière du chapelet et vivifier ainsi la foi de ses contemporains. En 1835, elle est guérie d’une grave maladie par sainte Philomène, dont elle apporte le culte en France. Après la révolution de 1830, elle s’intéresse à la question sociale, consciente que la misère matérielle s’accompagne de la misère morale et freine l’évangélisation. Elle investit sa fortune dans un projet d’usine modèle, mais, victime d’escroquerie, elle finit sa vie dans le dénuement.

 Ces quatre Français qui nous sont présentés aujourd’hui comme modèle pour l’Église nous poussent à devenir saints nous aussi. Comme eux, il nous faut laisser de côté les mondanités pour donner notre vie au service du Seigneur et de notre prochain. À nous de relever le défi, afin qu’il y ait encore de nombreuses autres canonisations de Français, et surtout, pour le relèvement de notre pays, fille aînée de l’Église et éducatrice des peuples !

Crédit photo :

Source : Images saintes canalblog > ici le lien 

Source : © OPM France 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mars 2024 : Notre-Dame de Lorette
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers