In Altum

Notre-Dame des Neiges, formez nos cœurs à votre image

La Sainte Vierge au cœur de notre foi

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 148)

 Ce mois-ci : L’Immaculée Conception

Qu’est ce que le dogme de l’Immaculée Conception ?

Le dogme de l’Immaculée Con-ception a été proclamé le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX (cf. tableau). Il signifie que Marie est exempte de toute trace du péché originel, dès le premier instant de sa conception. Pour autant, l’Immaculée Conception ne signifie pas que Marie n’a pas eu besoin de la Rédemption. Bien au contraire, c’est en vertu de la Rédemption qu’Elle a pu être préservée du péché : Elle a bénéficié de la Rédemption par anticipation.

Pourquoi l’Eglise a-t-elle mis dix-huit siècles pour reconnaître ce dogme ?

Comme pour bon nombre de vérités de foi, la doctrine sur l’Immaculée Conception a eu besoin de temps pour mûrir. Mais cela ne signifie pas qu’elle ne serait apparue qu’au XVIIIe siècle, car elle plonge ses racines dans les tout premiers siècles, avec l’idée que Marie est la Toute pure.

Sur quels fondements l’Église s’est-elle appuyée pour proclamer le dogme ?

On peut fonder ce dogme en s’appuyant sur l’Écriture et sur la Tradition. Dans l’Écriture, nous ne trouvons à aucun endroit l’Immaculée Conception explicitement énoncée. Cependant, plusieurs passages d’apparence anodine permettent d’entrevoir ce dogme.

Le premier est Gn 3,15. On y trouve la prophétie selon laquelle une inimitié est placée entre « toi et la femme », soit entre Marie et le démon, ce qui va dans le sens d’une profonde sainteté de Marie.

Le second est le récit de l’Annonciation en Lc 1,28. L’ange Gabriel emploie le nom de « pleine de grâce », en grec kécharitômenê, pour saluer Marie. Il le fait avant de l’appeler par son nom propre. Ainsi, on peut penser que ce nom est, pour l’ange, comme le nom de Marie. Le mot kécharitômenê est intraduisible ; son usage est unique dans la Bible. Il signifie « qui a été rendue graciée », gratifiée par l’action de Dieu. Cela prend encore plus de relief quand on sait que, dans la culture hébraïque, le nom révèle quelque chose de la personne elle-même. Marie est donc aux yeux de Dieu celle qui est rendue pure par Lui.

Dans la Tradition, dès les premiers siècles, les chrétiens vénérèrent Marie comme la toute pure. Cependant, la doctrine du péché originel n’étant pas encore clairement établie, on ne parlait pas encore d’Immaculée Conception de la Vierge. Au Moyen-âge, Duns Scot permit un grand progrès en émettant l’idée d’une rédemption par anticipation. En effet, certains craignaient qu’affirmer le dogme de l’Immaculée Conception signifiât que Marie n’eût pas eu besoin de la rédemption. Or Duns Scot affirmait que c’était précisément l’inverse : c’est par anticipation des mérites de la rédemption, que Marie a été préservée du péché originel.

Qu’est ce que ce dogme apporte à ma vie spirituelle ?

L’Immaculée Conception de la Vierge manifeste d’abord la Toute-Puissance de Dieu : Il peut, malgré le péché originel qui se transmet à tout homme, susciter la pureté parfaite au milieu de l’impureté. Ensuite, ce dogme nous montre Marie toute sainte comme la nouvelle Ève, qui collabore avec Jésus, le nouvel Adam parfaitement Saint. Elle agit avec Lui comme la toute pure qui nous aide à détester toute forme de péché, et nous donne la vie de la grâce.

 Crédit photo : © Slices of light

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juin 2024 : Notre-Dame Reine de la Paix
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers