In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Une riche actualité

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 18)

Assemblée plénière des évêques français 

La 50e assemblée depuis 1964 a réuni fin mars près de 120 évêques. Elle accueillait, pour la première fois, Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique depuis 2009. Nos évêques ont évoqué l'actualité et notamment l’organisation de l’Eglise en France, le souci des vocations, les rassemblements dominicaux, la bioéthique et l'Enseignement catholique supérieur. Prions bien pour que nos évêques guident fidèlement leur peuple selon la volonté de Dieu.

Un évêque courageux honteusement outragé 

Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles a reçu, à quatre reprises le 6 avril, des tartes à la crème dans la figure alors qu’il participait à une conférence sur le rapport entre science et foi. Les auteurs de ces entartages ne cherchent même pas à cacher leur christianophobie. Mgr Léonard avait déjà été victime d’un entartage il y a quelques mois pendant une messe. Prions beaucoup pour réparer ces actes sacrilèges et soutenir Mgr Léonard qui annonce très courageusement et charitablement l’enseignement de l’Eglise sur la foi et la morale.

Visite en France du patriarche Bartholoméos

Le patriarche orthodoxe de Constantinople, Bartholoméos 1er de passage à Paris estime que l’Europe pourrait relever les défis d’un monde nouveau si elle dépassait les oppositions nées en 1054 du schisme qui sépara catholiques et orthodoxes Bartholoméos 1er est une grande figure du monde chrétien. Son patriarcat s’enracine dans 1700 ans d’histoire. Constantinople (Istanbul), capitale de l’Empire romain d’Orient, se revendique dès 431 comme le siège de la chrétienté orientale. Cinq patriarcats sont alors considérés comme les piliers de l’Église : Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et  Jérusalem. C’est pourquoi le patriarche appelle l’Europe à retrouver ses racines chrétiennes en élargissant les limites territoriales et les frontières psychologiques qui freinent les capacités de l’Europe à s’adapter aux changements, aussi bien politiques que climatiques, du monde. Cette année les catholiques et les orthodoxes ont célébré Pâques à la même date. Prions avec ferveur pour l’unité de l’Église !

Béatification de Jean-Paul II le Grand

C’est un événement exceptionnel qu’ont vécu plus d’un million de pèlerins autour de Benoît XVI ce 1er mai  à Rome...

Quelle grâce immense pour le million de pèlerins présents sur place, sans compter les millions qui ont suivi par les médias, que d’avoir participé à ce cas unique dans l’histoire de l’Eglise : la béatification d’un pape par son successeur immédiat ! Une grande ferveur  C’est vers minuit et demi, et assez subitement, que les pèlerins auront commencé la queue pour avoir un espoiur de pénétrer sur la place Saint Pierre pour cette cérémonie de béatification hors du commun. Durant de longues heures, la foule s’est pressée pour remonter la Via della Conciliazione, qui est restée remplie (débordante !) pour la cérémonie (photo).  À la demande du Cardinal Vicaire de Rome, Benoît XVI, au début de la messe, a donc officiellement proclamé son prédécesseur bienheureux, tandis que sur la façade de Saint Pierre de Rome était dévoilé un grand portrait du Pape polonais. Cette proclamation a été accueillie avec une émotion très perceptible sur la place et dans ses environs, où les nombreux fidèles ont manifesté leur grande joie par des applaudissements nourris durant une dizaine de minutes. La messe s’est poursuivie dans une grande ferveur et un grand recueillement, et Jean-Paul II a été nommé dans la prière eucharistique. À l’issue de la messe, une longue file s’est formée pour pouvoir entrer dans la basilique vaticane vénérer le cercueil de Jean-Paul II. Cette vénération a duré jusqu’au lundi après-midi, après la messe d’action de grâce célébrée par le Cardinal Bertone, soit plus d’une vingtaine d’heures. La Vox populi Jusqu’au XIIIe siècle, il n’existait pas, dans l’Église catholique, de procédure précise pour déclarer une personne sainte. Le plus souvent, c’est la vox populi qui déclarait la sainteté ; par la suite, l’Église examinera les cas au cours de procès de canonisation. Dans le cas de Jean-Paul II, la vox populi s’est faite entendre dès le 8 avril 2005 – le jour des funérailles de ce grand pape – pour demander qu’il soit canonisé immédiatement : « Santo subito » ! Mais Benoît XVI, n’a permis aucune entorse à la règle habituelle pour ne pas que l’on puisse soupçonner le moindre « favoritisme ». La seule dispense accordée fut d'ouvrir immédiatement le procès, sans attendre les cinq ans prévus après la mort. Il ne manque désormais plus qu’un miracle pour la canonisation de Jean-Paul II. Un pontificat hors normes Le pontificat de Jean-Paul II a été celui des records : En longueur : 26 ans, 5 mois et 17 jours ; soit le plus long après St Pierre et le Bx Pie IX. Par ses nombreux voyages : c’est lui qui a visité le plus grand nombre de pays ; un demi-milliard de personnes l’ont vu en chair et en os et le nombre de kms parcourus correspond à 30 fois le tour de la Terre ! A lui seul, il a béatifié et canonisé plus de saints que tous ses prédécesseurs réunis afin de montrer, par d’innombrables exemples, que la sainteté est possible encore aujourd’hui. Mais bien au-delà de tous ces records, Jean-Paul II a surtout laissé à tous un témoignage inoubliable de piété, de sainteté et de paternité universelle qui n’a laissé personne indifférant, comme en témoigne l’assistance record de cette béatification historique.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2020 : En ce prochain Noël, viens Jé...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers