In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Dives in Misericordia (1)

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 67)

Encyclique de Jean-Paul II sur la miséricorde (1980).

Alors que le Jubilé de la Miséricorde s’ouvrira ce 8 décembre, revenons sur les enseignements des Papes sur la Miséricorde divine. Avec son encyclique Dives in Misericordia (= Dieu « riche en Miséricorde ») St Jean-Paul II  formulait le souhait que son enseignement se transforme en une ardente prière implorant la Miséricorde divine pour le monde ! Dieu miséricordieux : une nouveauté ? Non. Dès l’Ancien Testament, Dieu se révèle miséricordieux : alors qu’Israël est souvent infidèle à l’Alliance établie, Dieu fait miséricorde et pardonne à son peuple. On voit certains personnages de l’Ancien Testament faire l’expérience de la miséricorde divine : Moïse à qui Dieu donne son nom comme « Dieu de tendresse et de grâce, lent à la colère et plein de miséricorde » (Ex 34,6) ; David qui, conscient de son péché, se tourne vers Dieu et implore sa miséricorde… Et le Nouveau Testament s’ouvre avec les chants de la Vierge Marie et de Zacharie (Lc 1) qui louent la miséricorde divine qui s’étend de génération en génération… Quels sont les mots utilisés pour définir la Miséricorde divine dans l’Ancien Testament ? Principalement 2 : hesed = bonté, bienveillance dans la fidélité : c’est l’amour fidèle de Dieu envers ceux avec qui Il a fait alliance ; et rahamim = amour maternel, « des entrailles » (rehem = sein maternel) : c’est l’amour gratuit de Dieu, plein de tendresse, de compréhension et de patience. En langue latine, le mot miséricorde signifie le cœur qui a pitié. Comment peut-on « voir » la Miséricorde de Dieu ? Dieu, personne ne l’a jamais vu, mais en Jésus, Il devient visible : « qui me voit, voit le Père » nous dit-Il (Jn 14,9). Jésus est le signe visible de l’amour du Père, tout spécialement devant la souffrance humaine, l’injustice, la pauvreté : Il guérit, console, prend la défense des petits… Jésus révèle ainsi la miséricorde de Dieu. Quel enseignement-clef de Jésus illustre particulièrement la miséricorde divine ? La parabole de l’enfant prodigue (Lc 15, 11-32), qui révèle à la fois les sentiments du fils et du père. Le fils dans une situation difficile, s’aperçoit qu’il a perdu et son héritage, et sa dignité de fils : il accepte de ne « plus avoir aucun droit » et de se retrouver ouvrier chez son père : c’est « justice » ! Son retour est chemin de conversion. Le père attend son fils et son amour dépasse la stricte justice, il fait miséricorde : il est fidèle à son amour paternel et revalorise son fils en lui rendant sa dignité. La miséricorde n’humilie pas qui la reçoit, elle relève ! Quand Jésus nous révèle-t-Il au plus haut point la Miséricorde de Dieu ? Dans le mystère pascal, c’est-à-dire sa passion, sa mort sur la croix et sa Résurrection. C’est la révélation de l’amour du Père qui ne recule pas devant l’extraordinaire sacrifice de son Fils pour faire justice du péché et rendre à l’homme l’accès à la plénitude de la vie et à la sainteté qui vient de Lui. Sur la Croix, Jésus demande miséricorde pour nous : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,34) ! C’est l’amour jusqu’au bout, plus fort que le mal, plus fort que le péché, plus fort que la mort ! Pour lire la 2ème partie, cliquez ici

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers