In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

L'amour au service de tous.

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 67)

L’ange et l’enfant Pour ne jamais nous laisser seuls, Dieu a placé à côté de chacun de nous un ange gardien qui nous soutient, nous défend, nous accompagne dans la vie. C’est à nous de savoir accueillir sa présence en écoutant ses conseils avec la docilité d’un enfant, pour demeurer sur la bonne voie vers le paradis. L’ange gardien est comme un ambassadeur de Dieu avec nous. Quand, par exemple, nous commettons une méchanceté et que nous pensons être seuls, nous devons nous rappeler qu’il n’en est rien, parce qu’« il est là ». D’où l’importance d’avoir du respect pour sa présence et d’écouter sa voix, parce qu’il nous conseille. C’est pourquoi, quand nous entendons cette inspiration ‘Mais fais cela, c’est mieux...’ le bon conseil est de l’écouter, de ne pas se rebeller. Dieu nous envoie l’ange pour nous libérer, éloigner la crainte, et nous éloigner du malheur. Il demande seulement de l’écouter, de le respecter. Cela s’appelle docilité : le chrétien doit être docile à l’Esprit Saint mais la docilité à l’Esprit Saint commence par cette docilité aux conseils de ce compagnon de route. Elle fait devenir comme des enfants : sans orgueil, humbles, petits, non pas suffisants comme celui qui est orgueilleux et vaniteux. Non, comme un enfant ! Canonisations du 18 octobre  « Saint Vincent Grossi a été un curé plein de zèle, toujours attentif aux besoins de ses gens, spécialement aux fragilités des jeunes. Pour tous, il rompait avec ardeur le pain de la Parole et il est devenu un bon samaritain pour les plus nécessiteux.  Sainte Marie de l’Immaculée Conception a vécu elle-même dans une grande humilité le service des derniers, avec une attention particulière aux enfants des pauvres et aux malades. Les saints époux Louis Martin et Marie Azélie Guérin, ont vécu le service chrétien dans la famille, construisant jour après jour une atmosphère pleine de foi et d’amour; et dans ce climat ont germé les vocations de leurs filles, parmi lesquelles sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. (Lors de la prière de l'angélus) Nous confions à l'intercession des saints époux Martin les joies, les attentes et les difficultés des familles françaises et du monde entier. Ces nouveaux Saints sont un témoignage lumineux qui nous pousse à persévérer sur la route du service joyeux des frères. »

« S’aimer pour toujours »

Voici quelques extraits de l’homélie du Pape le 4 octobre pour l’ouverture du synode sur la famille La solitude Aujourd’hui se vit le paradoxe d’un monde globalisé, où nous voyons beaucoup d’habitations luxueuses mais de moins en moins de chaleur de la maison et de la famille; beaucoup de projets ambitieux, mais peu de temps pour vivre ce qui a été réalisé; beaucoup de moyens sophistiqués de divertissement, mais de plus en plus un vide profond dans le cœur ; beaucoup de plaisirs, mais peu d’amour; beaucoup de liberté mais peu d’autonomie. Les personnes seules sont de plus en plus nombreuses, mais aussi celles qui se renferment dans l’égoïsme, dans la mélancolie, dans la violence destructrice et dans l’esclavage du plaisir et du dieu argent. L’amour durable, fidèle, consciencieux, stable, fécond est de plus en plus moqué et regardé comme s’il était une affaire de l’antiquité. Il semblerait que les sociétés les plus avancées soient justement celles qui ont le taux le plus bas de natalité et le taux le plus élevé d’avortements, de divorces, de suicides et de pollution. L’amour entre l’homme et la femme Dieu n’a pas créé l’être humain pour vivre dans la tristesse ni pour rester seul, mais pour le bonheur, pour partager son chemin avec une autre personne qui lui soit complémentaire, pour vivre l’étonnante expérience de l’amour, c'est-à-dire aimer et être aimé, et pour voir la fécondité de son amour dans les enfants. Voilà le rêve de Dieu pour sa créature bien-aimée : la voir heureuse sur le chemin commun, féconde dans le don réciproque. Jésus, dans l’Évangile fait tout remonter à l’origine de la création, pour nous apprendre que Dieu bénit l’amour humain, que c’est lui qui unit les cœurs d’un homme et d’une femme qui s’aiment et qui les unit dans l’unité et l’indissolubilité. Le but de la vie conjugale n’est pas seulement de vivre ensemble pour toujours, mais de s’aimer pour toujours. La famille «Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mc 10,9). C’est une exhortation aux croyants à dépasser toute forme d’individualisme qui cache un égoïsme mesquin et une peur de rallier la signification authentique du couple et de la sexualité humaine selon le projet de Dieu. Paradoxalement aussi, l’homme d’aujourd’hui – qui ridiculise souvent ce dessein – reste attiré et fasciné par tout amour authentique, par tout amour solide, par tout amour fécond, par tout amour fidèle et perpétuel. En effet, « maintenant que nous avons pleinement savouré les promesses de la liberté sans limite, nous commençons à comprendre de nouveau l’expression ‘’ tristesse de ce monde’’. Même si les plaisirs interdits sont poussés à l’extrême, s’ils sont renouvelés indéfiniment, ils restent insipides parce qu’ils sont des choses finies, et nous, au contraire, nous avons soif d’infini» (Joseph Ratzinger). Dans ce contexte social et matrimonial très difficile, l’Église est appelée à vivre sa mission dans la fidélité à son Maître, pour défendre l’amour fidèle, et encourager les très nombreuses familles qui vivent leur mariage comme un espace où se manifeste l’amour divin, pour défendre la sacralité de la vie, de toute vie ; pour défendre l’unité et l’indissolubilité du lien conjugal comme signe de la grâce de Dieu et de la capacité de l’homme d’aimer sérieusement. L’Église est appelée à vivre sa mission dans la charité  pour marcher avec l’humanité blessée, l’inclure et la conduire à la source de salut. Saint Jean Paul II disait : « L’erreur et le mal doivent toujours être condamnés et combattus ; mais l’homme qui tombe ou se trompe doit être compris et aimé […] Nous devons aimer notre temps et aider l’homme de notre temps » Demandons au Seigneur de nous accompagner, de guider son Église, par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et de Saint Joseph, son très chaste époux.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Mai 2021 : L'heure de la persévérance et de l...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers