In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Frère Laurent de la Résurrection (1614-1691)

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 73)

Ou comment vivre sur la terre comme au Ciel...

Nicolas Hermann est né en Lorraine. A 18 ans, il s’enrôle comme soldat. Gravement blessé, il doit se retirer dans sa famille. Plus tard, il regrettera ses péchés (nous ne savons pas en quoi ils consistent). A 21 ans, il décide de changer de vie. Dieu l’appelle et il veut le suivre ! Il devient d’abord ermite mais l’expérience échoue. Il va travailler à Paris. Le couvent des carmes l’attire mais il hésite… Enfin il décide de donner le tout pour le tout et entre dans la communauté en tant que frère convers. Il devient frère Laurent. Son emploi ? La cuisine : préparer le repas pour les 100 frères sans compter les pauvres et les ouvriers. Pas bien le temps, pendant la journée, d’aller prier à l’église ! Il se rattrape la nuit. Le jour, il vit constamment en présence de Dieu. Je possède Dieu aussi tranquillement dans le tracas de ma cuisine, où quelquefois plusieurs personnes me demandent en même temps des choses différentes, que si j’étais devant le St Sacrement. Il n’est pas nécessaire d’être toujours à l’église pour être avec Dieu. Nous pouvons faire de notre cœur un oratoire dans lequel nous nous retirons de temps en temps pour parler avec lui. Tout le monde en est capable ! Dieu ne demande pas grand-chose : un petit souvenir de temps en temps, une petite adoration, tantôt lui demander sa grâce, quelquefois lui offrir vos peines. Dieu est plus près de nous que nous ne le pensons. Facile à écrire, n’est-ce pas ? Mais à réaliser ? Utopie ? Frère Laurent répond : non ! Souvent, au début, on croit que c’est du temps perdu mais il faut persévérer jusqu’à la mort malgré toutes les difficultés. Il répond surtout par sa vie. Durant 10 ans, il souffre d’une terrible nuit de l’esprit. Ses péchés passés sont toujours présents à ses yeux. Ne fait-il pas fausse route ? Il a la certitude d’être damné. Il réagit. Je ne suis venu en religion que pour l’amour de Dieu, je n’ai tâché que d’agir pour lui. Damné ou sauvé, je veux toujours continuer à agir purement pour l’amour de Dieu et être uni à la volonté de Dieu. Son âme alors est envahie par une profonde paix intérieure. Depuis, je ne songeais plus ni à Paradis ni enfer mais seulement à Dieu présent et aimé. Dieu ne s’éloigne jamais de nous si nous ne nous éloignons pas les premiers. Sa santé se dégrade mais il reste toujours joyeux. Sa vie intérieure n’échappe à personne. Ses frères et même le célèbre Fénelon viennent le consulter... S’entretenir avec lui à tous moments, sans règle ni mesure, surtout dans le temps des peines, des aridités et même des infidélités et des péchés… Connaître Dieu par la foi qui éclaire l’esprit de l’homme et le conduit à la connaissance de son créateur. Quelques jours avant sa mort il déclare : Je fais ce que je ferai dans toute l’éternité : je bénis Dieu, je le loue, je l’adore et je l’aime de tout mon cœur. Je ne crois plus mais je vois.  J’expérimente ce que la foi nous enseigne ! Et sur cette assurance et cette pratique de la foi, je vivrai et mourrai avec Lui.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers