In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Une pastorale de la sainteté pour le 3ème millénaire

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 74)

              La persévérance : une vertu incontournable pour la sainteté

Pourquoi parler d’une pastorale de la sainteté pour le 3ème millénaire ? Cela ne vient pas des rédacteurs d’In Altum, mais de l’audace du pape Jean Paul II. Il a ouvert le 3ème millénaire en lançant ce défi : « la perspective de tout cheminement pastoral est celle de la sainteté » (NMI 30). En cela il ne faisait que développer l’appel universel à la sainteté lancé par Vatican II.  D’accord, mais est-ce bien réaliste ? Pour canoniser une personne, on doit reconnaître qu’elle a pratiqué toutes les vertus à un degré héroïque ! Faut-il faire des choses extraordinaires ? Non, la sainteté ne consiste pas à faire des choses extraordinaires, mais à faire les choses ordinaires de façon extraordinaire.  D’accord, mais il faut tout de même des vertus héroïques. C’est vrai. Il y a une vertu qui est un chemin incontournable de la sainteté.  Laquelle ? La persévérance. Il faut la persévérance dans le bien au milieu des petites choses du quotidien. Il est facile, pour un seul jour, d’être aimable, de faire son travail. Mais le faire tous les jours sans se lasser … C’est autre chose.  Cela fait un peu peur. Car qui peut persévérer ? La petite Thérèse nous encourage. Elle-même se sentait peu capable de persévérer, alors elle disait : « rien que pour aujourd’hui ». Cela lui semblait abordable, … avec la grâce de Dieu, bien sûr. Et puis elle recommençait chaque jour, sans se soucier du lendemain.  Et cela est vraiment un chemin de sainteté ? Oui. Et même un grand chemin ! Jean Paul II affirmait : « Il est temps de proposer de nouveau à tous, avec conviction, [la sainteté], ce « haut degré » de la vie chrétienne ordinaire » (NMI 31).  Peut-on appliquer cela à la pastorale du mariage ? Bien sûr. Voici ce qu’affirme le pape François : « Une communion familiale bien vécue est un vrai chemin de sanctification dans la vie ordinaire » (AL 316).  En quoi consiste la sainteté dans le mariage ? Elle est persévérance dans l’amour. Persévérer dans l’amour qui ne fait rien d’inconvenant,  qui ne cherche pas son intérêt, qui ne s’irrite pas, qui espère tout, qui supporte tout » (1Co 13, 4-7) est un beau chemin de sainteté (cf. AL 99-119).  Et lorsqu’il y a eu divorce, la sainteté est-elle possible ? Oui, le pape François dit que « les personnes divorcées mais non remariées sont souvent des témoins de la fidélité conjugale ». La persévérance dans le pardon, dans la fidélité à son conjoint et au Seigneur est un chemin de sainteté.  Et lorsqu’il y a une nouvelle union, l’appel à la sainteté demeure-t-il ? Bien sûr. Si un homme et une femme « ne peuvent pas, pour de graves motifs - par exemple l'éducation des enfants -, remplir l'obligation de la séparation » (AL 298), alors cohabiter comme frère et sœur permet de vivre la fidélité au Christ. Certes la persévérance est exigeante, mais n’en n’est-il pas ainsi dans tout chemin de sainteté ?  Pourrait-on conclure avec une parole d’encouragement ? Bien sûr : Mettez votre espérance dans la grâce de Dieu. Le pape François dit : « Ne nous laissons pas voler l’espérance ! » (EG 86).

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers