Avril 2020 : Ô mon Peuple, que T'ai-Je fait ?

Ô mon peuple, que T'ai-Je fait ? En quoi T'ai-Je contristé ? Réponds-moi !

Ô Dieu Saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, prends pitié de nous !

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Nous ne pensions absolument pas, en commençant ce carême de l’année 2020, que nous allions vivre dans le confinement le plus strict à cause de la pandémie du coronavirus. Tout est allé si vite ! Plusieurs d’entre vous demeurent connectés avec nous pour vivre les temps de prière et être spirituellement unis dans les Cœurs de Jésus et de Marie. Puisse ce temps d’épreuve devenir un temps de grâces ! Nous ne pourrons pas vivre le Triduum pascal à Saint-Pierre avec un grand nombre d’entre vous comme ces dernières années, mais ne nous décourageons pas, Jésus ne nous abandonne pas. Prions pour toutes les victimes du coronavirus : ceux qui sont décédés, ceux qui luttent contre ce virus, les familles éprouvées, le personnel de santé. N’oublions pas, cependant, les autres grands malades et gardons le souci du Salut des âmes. Que la Passion soit vraiment, comme le voulait Mère Marie-Augusta pour ses enfants spirituels, l’objet de notre pensée en cette quinzaine de la Passion.

Les Pères du Concile Vatican II ont demandé aux baptisés de discerner les signes des temps. Posons-nous donc cette question : que veut nous dire Dieu par cette pandémie du coronavirus qu’Il permet ? Rien n’arrive sans sa permission. Méditons la Sainte Ecriture pour discerner.

Le premier texte que nous vous invitons à méditer est « la prière de Daniel » (Dn 9,4-19) au nom des exilés à Babylone. Après avoir suivi en direct l’homélie, la prière et la bénédiction eucharistique « Urbi et Orbi » du Pape François, ce vendredi 27 mars, avec toute l’Eglise universelle, nous devons d’abord demander pardon de nos infidélités aux promesses de notre baptême. Qui a pris au sérieux la grande et grave question de Jean-Paul II à la France, en juin 1980 « France, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Il est temps de nous convertir et d’être déterminés, en ce prochain Triduum pascal, pour dire à Dieu que nous voulons, avec sa grâce, la fidélité aux promesses de notre baptême. La conclusion de la prière de Daniel est vraiment d’actualité : « Seigneur, écoute ! Seigneur, pardonne ! Seigneur, veille et agis ! Ne tarde point ! » (Dn 9, 19).

Le deuxième texte, en cette année liturgique où nous méditons plus particulièrement l’évangile selon St Matthieu : Mt 23, 37 à 25, 46.  Vous inviter à méditer ce texte ne signifie pas : « la fin du monde est proche » ! Le discours eschatologique de Jésus ne parle pas seulement de la fin du monde, il veut nous inviter à veiller et prier pour « être toujours prêts ».

Le troisième texte : Apocalypse 15, 5 - 16, 21. Ceux qui ont pris au sérieux les appels de la Vierge Marie en toutes ses apparitions reconnues ne sont pas étonnés par les évènements que nous vivons et qui sont permis par Dieu. A nous d’obtenir de Dieu des grâces pour notre monde et pour notre Eglise et de hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Le quatrième texte est celui choisi par le Pape François, lors de la prière du vendredi 27 mars : la tempête apaisée (Mt 8, 23-27 ; Mc 4, 35-41 ; Lc 8, 22-25). Jésus est là, ayons Foi en Lui !

I - Avant de commencer...

Prière d'introduction

Viens Esprit Saint… St Joseph, St Jean-Paul II, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Bse Marie-Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Ste Katéri, Ste Thérèse des Andes, Ste Marie Cléophas, St Damien, Bse Marie-Gabrielle, Ste Marie-Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Zita, St Louis-Marie, Ste Gianna Molla, St Pierre Chanel, Sainte Catherine de Sienne, Sts Patrons et Saints Anges gardiens.

Parole de Dieu : Nombres 14, 10-19 

Dieu a exaucé la prière suppliante de Moïse.

« Toute la communauté parlait de les lapider, mais la gloire du Seigneur apparut dans la tente de la Rencontre à tous les fils d’Israël. Et le Seigneur dit à Moïse : « Combien de temps encore ce peuple me méprisera-t-il ? Combien de temps refuseront-ils de croire en moi, de croire tous les signes que j’ai accomplis au milieu d’eux ? Je le frapperai de la peste et je le déposséderai. Et de toi je ferai une nation plus grande et plus puissante que lui ! » Moïse répondit au Seigneur : « Mais cela, les Égyptiens l’apprendront, car ce peuple, tu l’as fait sortir de chez eux par ta puissance, et ils le diront à l’habitant de Canaan ! Ils avaient appris que toi, Seigneur, tu es au milieu de ce peuple, que toi, Seigneur, tu te laisses voir les yeux dans les yeux, que ta nuée se tient au-dessus d’eux, que toi, tu marches devant eux, dans une colonne de nuée le jour, dans une colonne de feu la nuit. Et tu ferais mourir ce peuple comme un seul homme ! Alors les nations qui ont entendu parler de toi diraient : “Le Seigneur n’était pas capable de faire entrer ce peuple dans le pays qu’il avait juré de leur donner. Aussi les a-t-il massacrés dans le désert !” Que maintenant donc se déploie la puissance de mon Seigneur ! En effet, tu avais déclaré : “Le Seigneur est lent à la colère et plein d’amour, il supporte faute et transgression, mais il ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération.” Selon la grandeur de ton amour, pardonne donc la faute de ce peuple, comme tu as porté ce peuple d’Égypte jusqu’ici ! » Nb 14, 1-19

Effort

Imiter Moïse et Jésus en suppliant Dieu de mettre fin à la pandémie.

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Première rubrique du carnet de cordée : fidélité à l'examen de conscience

Dans l’examen quotidien de conscience, examinons-nous pour savoir si nous sommes vraiment dans la vérité dans notre relation à Dieu et à notre prochain. Demandons à Dieu la grâce d’être éclairés dans notre conscience afin d’être ce que nous devons être : les disciples fidèles de Jésus !

2) Deuxième rubrique : prévisions

3) Troisième rubrique : consigne spirituelle : Ô Mon Peuple, que t’ai-Je fait ?

Notre consigne de cordée a déjà été bien introduite dans la première page de ce feuillet. Nous avons choisi les impropères que l’Eglise nous demande de chanter le Vendredi-Saint lors de la vénération de la Croix de Jésus au cours de l’Office de la Passion. En latin, le mot « improperium » signifie reproche. Ainsi, les impropères sont une plainte de Dieu envers son peuple qui s’éloigne de Lui. Décliné de différentes manières au cours des siècles, ce chant met en regard la bonté de Dieu et les infidélités de son peuple en retour. Les impropères rappellent ainsi aux chrétiens qu’ils sont aussi le peuple auquel le Seigneur adresse ses reproches et les exhorte à changer de vie pour répondre à l’amour de Jésus qui nous offre sa vie par sa Croix. Aux reproches du Seigneur, les fidèles répondent : « Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous ».

Essayons d’actualiser chaque impropère à notre situation actuelle :

1 – O mon peuple que t’ai-Je fait ?En quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi ! Dieu a été contristé depuis de nombreuses années, surtout depuis l’année 1968. L’ouverture au monde prônée par les Pères de Vatican II a été vécue comme l’adoption de l’esprit du monde. Le christianisme sans la Croix n’est pas le christianisme voulu par Jésus ! Tous les baptisés doivent retrouver la fidélité à l’évangile et dire à notre Père céleste, gravement contristé : Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Immortel, prends pitié de nous !

2 – T’ai-je fait sortir du pays d’Egypte, T’ai-je fait entrer en Terre Promise, Pour qu’à ton Sauveur, Tu fasses une Croix ? Quand sommes-nous sortis d’Egypte ? Au jour de notre baptême. Demandons vraiment pardon à Dieu de nos propres infidélités aux promesses de notre baptême et prions en réparation pour tous les baptisés qui ont comme apostasié leur Foi et renié Jésus, leur Rédempteur, qui les a « libérés de l’Egypte » en les libérant de l’esclavage des démons.

3 – T’ai-je guidé quarante ans dans le désert et nourri de la manne, Pour qu’à ton Sauveur, Tu fasses une Croix ? Notre manne est le Saint-Sacrement, l’Eucharistie. Nous avons bien préparé notre première communion dans la joie. Pendant un temps plus ou moins long, nous nous sommes nourris toujours avec joie et amour de Jésus Eucharistie. Mais n’avons-nous pas délaissé le Sacrement de l’Amour de Jésus qu’est l’Eucharistie ? Prions en réparation pour les outrages et sacrilèges dont souffre Jésus dans Son Saint-Sacrement. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous !

4 – Moi, je t’ai planté ma plus belle vigne, et tu n’as eu pour Moi que ton amertume et du vinaigre pour ma soif ! La Vigne du chrétien : l’Eglise. Rougir de l’Eglise, avoir honte de se dire chrétiens dans son village ou son quartier, dans son milieu de travail ou dans ses loisirs, c’est donner à boire à Jésus du vinaigre. Aimons l’Eglise ! Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous !

5 – Moi, j’ai pour toi frappé l’Egypte, J’ai englouti dans la mer Pharaon et son armée ! Toi tu M’as livré aux grands-prêtres et les soldats M’ont flagellé ! L’armée de Pharaon a été engloutie pour nous au jour de notre baptême. Le respect humain, la peur de témoigner de Jésus et de son évangile dans un contexte anti-chrétien très hostile, ont paralysé plusieurs baptisés, qui ont imité Pierre renégat ou Judas, le traître. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous, Sauve-nous !

6 – J’ai ouvert devant toi les eaux de la mer ; toi, de ta lance, tu M’as ouvert le cœur ! Je t’ai arraché à l’abîme des eaux et tu M’as plongé dans l’abîme de la mort ! La mer représente l’empire du Mal, qui anéantit la liberté des hommes par l’esclavage des tendances de la chair. Jésus a libéré notre liberté. Ne perdons pas la liberté spirituelle, qu’Il nous a méritée. Ne nous laissons plus influencer par les faux prophètes du libéralisme moral qui prône la recherche effrénée des plaisirs. Soyons fidèles à Jésus et à son Evangile. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous !

7 – Moi, aux eaux vives du Rocher, je t’ai fait boire le salut ; Toi, tu Me fis boire le fiel, et tu M’abreuvas de vinaigre ! Quand buvons-nous le salut ? Lorsque nous recevons les sacrements. N’avons-nous pas trop souvent oublié le courage de Ste Jeanne d’Arc qui désirait ardemment être dans la grâce de Dieu, ou l’énergie de Blanche de Castille, préférant voir son fils mort à ses pieds plutôt que de le savoir en état de péché mortel ? Remettre en question la Loi de Dieu, justifier le mal, commettre le péché mortel, c’est abreuver Jésus de fiel et de vinaigre. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel …

8 – Devant toi, j’ai fait resplendir ma Gloire, Dans le buisson ardent et la colonne de nuée ; et tu M’as tourné en dérision et vêtu d’un manteau de pourpre ! Sans être témoins de la Transfiguration de Jésus sur le Tabor, nous Le contemplons dans Sa Gloire par l’adoration eucharistique. Pourquoi tant de baptisés ont-ils délaissé l’adoration eucharistique ? Jésus est tourné en dérision par la tiédeur de nombreux chrétiens. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous !

9 – Pour toi, j’ai frappé l’Egypte et sa puissance, J’ai fait de toi mon peuple, un peuple de rois ; et tu M’as couronné la tête d’une couronne d’épines ! Par le baptême, nous participons à la triple mission de Jésus, Prêtre, Prophète et Roi. Nos grands-parents et parents aimaient chanter : « je suis chrétien, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutien ». Avoir honte d’être chrétien, c’est couronner Jésus d’épines. Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, Prends pitié de nous !

10 – Moi, Je t’ai exalté par ma toute-puissance ; Toi, tu M’as pendu au gibet de la Croix ! Je t’ai choisi parmi toutes les nations ; Toi, tu M’as rejeté hors des murs de Jérusalem ! L’Eglise est exaltée par la toute-puissance de Jésus par la grâce sanctifiante infusée aux baptisés. L’Eglise est Sainte ! Pourquoi avoir laissé croire qu’elle est pécheresse comme les autres sociétés ? Témoigner de la sainteté de l’Eglise, désirer la sainteté, ce n’est pas être intolérants, mais c’est répondre à l’appel de Dieu dans l’AT et de Jésus dans le NT : « soyez saints parce que Je suis Saint » (Lv 19, 2), « soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). St Jean-Paul II, Benoît XVI et le Pape François appellent tous les baptisés à la sainteté. Se déterminer pour la sainteté, c’est aller à contre-courant ! Ne rejetons pas Jésus hors des murs de Jérusalem, hors de nos villes et villages. Ô Dieu Saint, Ô Dieu Fort, Ô Dieu immortel, prends pitié de nous !

Puisse notre consigne de cordée ne porter personne au découragement, mais à une vraie réparation qui touchera le Cœur de Dieu et Lui permettra de répandre sur notre humanité les flots de Sa Miséricorde. La Miséricorde, rappelons-le, ne peut contredire ni la justice, ni la vérité, ni le véritable Amour ! Vivons intensément la quinzaine de la Passion dont le Triduum pascal, sommet de l’année liturgique. Ce temps d’épreuve deviendra alors un temps de grâces !

Puisse enfin le dimanche de Pâques nous apporter Foi, Espérance et Charité ! Que la Résurrection de Jésus nous fasse entrer, malgré ce temps d’épreuve, dans la vraie joie chrétienne !

Ne doutons pas : après le temps de la purification, viendra le temps du triomphe du Cœur Immaculé de Marie, le Règne du Cœur de Jésus et la civilisation de l’Amour. Le Pape François a choisi, ce vendredi 27 mars avant de donner la bénédiction « Urbi et Orbi », l’évangile de la tempête apaisée, rapporté par les trois synoptiques (Mt 8, 23-27 ; Mc 4, 35-41 ; Lc 8, 22-25). Cet évangile doit nous garder dans la confiance, la sérénité et la joie chrétienne.

Puisse ce temps d’épreuve nous recentrer sur l’essentiel. L’essentiel pour nous, chrétiens, est Jésus, notre Sauveur, notre Seigneur et notre Dieu ! Le plus grand danger n’est pas la mort du corps, mais la mort éternelle de l’âme spirituelle par la damnation éternelle. Vivons ce temps d’épreuve dans la confiance et la sérénité, mais sans oublier les impropères, les reproches, que Dieu fait à Son Peuple ! Nous devons Lui demander pardon et réparation. Alors, si notre cœur est vraiment contrit, Il répandra à flots Sa Miséricorde en nos âmes et le dimanche de la Résurrection de Jésus sera, malgré le confinement, le grand jour de joie et d’espérance que Dieu nous donne (cf. Ps 117).

4) Quatrième rubrique : formation : le Notre-Père

ce temps du confinement est un temps propice à la lecture et à la méditation, nous vous invitons à approfondir les numéros 2803 à 2865 du CEC pour mieux prier la prière que Jésus nous a enseignée, le « Notre-Père » que tous les chrétiens ont prié le 25 mars à la demande du Pape François pour demander à Dieu notre Père l’arrêt de la pandémie du coronavirus.

5) Cinquième rubrique : action

Si nous sommes limités dans nos sorties, personne ne peut limiter notre zèle missionnaire. Demandons à Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, co-patronne des Missions, d’être d’ardents missionnaires de Jésus et de son évangile, par la prière, les mails, les courriers, le téléphone. Les Saints ont su s’adapter à toutes les situations et être créatifs. Imitons-les !

6) Partage

Nous avons la joie de vous annoncer :

  • les vœux perpétuels de sœur Teodora, le samedi 5 septembre à 15 heures à Saint-Pierre-de-Colombier
  • l’ordination sacerdotale de frère Benoît par Mgr Jean-Louis Balsa, le samedi 17 octobre à 15 heures à Saint-Pierre-de-Colombier.

Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en vous remerciant de vos prières et de votre générosité. Nous vous souhaitons un mois d’avril, fécond spirituellement malgré les épreuves. Nous confions encore à vos prières les travaux sur le Site de Notre-Dame des Neiges et nous vous remercions pour vos dons !

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Ce mois de mars a vu l’achèvement du mur de soutènement côté bâtiment St Joseph, avec son parement de pierres ; de leur côté, les bureaux d’étude travaillent activement pour permettre la suite des travaux sur le site. Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.
Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juin 2020 : consécration aux Coeurs unis de J...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers