Février 2022 : Soyons des artisans de paix par la vérité !

Soyons des artisans de paix : recherchons, aimons, faisons la vérité, comme Jésus nous l'a demandé

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Notre Pape François disait, le dimanche 23 janvier 2022 : « Je suis avec inquiétude la montée des tensions qui menacent de porter un nouveau coup à la paix en Ukraine et qui remettent en cause la sécurité sur le continent européen, avec des répercussions encore plus larges. » Il a lancé «un appel pressant à toutes les personnes de bonne volonté pour qu’elles élèvent des prières à Dieu tout-puissant, afin que toutes les actions et initiatives politiques soient au service de la fraternité humaine, plutôt que des intérêts partisans. Celui qui poursuit ses propres objectifs au détriment des autres méprise sa vocation d’être humain, parce nous sommes tous créés frères.»

Il a proposé « que le mercredi 26 janvier soit une journée de prière pour la paix. » Notre consigne de cordée de ce mois de février veut être une réponse à cet appel du Pape. Elle sera donc centrée sur la paix.

Jésus nous appelle à être des instruments de paix en vivant la 7e Béatitude : « Bienheureux les pacifiques, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5, 9). Il faut souligner que les artisans de paix de la Béatitude ne sont pas les « pacifistes » soi-disant non violents, mais les « pacifiques » qui s’engagent courageusement pour mettre la paix là où elle n’est pas. Ces pacifiques ont faim et soif de justice-sainteté (4e Béatitude) et n’ont pas peur d’aller à contre-courant pour témoigner de la justice-sainteté (8e Béatitude), des valeurs non négociables, dont le respect absolu de la vie humaine de sa conception à son terme naturel. N’oublions pas l’avertissement grave de Sainte Mère Térésa : il ne peut pas y avoir de paix dans le monde tant que l’avortement sera légalisé. Merci à tous ceux qui ont eu le courage de participer à la dernière Marche pour la Vie à Paris. Soyons déterminés pour être les témoins de l’évangile de la vie et de la vérité.

Nous voulons vous remercier pour tous vos messages d’affection au moment des décès de sœur Lidwine et de Mère Magdeleine et après l’élection de Mère Hélène. Nous sommes aussi très touchés de votre nombreuse participation aux Messes pour Mère Magdeleine et sœur Lidwine, que nous avons célébrées en chacun de nos Foyers et que nous conclurons ce 2 février à Saint-Pierre avec l’absoute de la « quarantaine » de Mère Magdeleine à la fin de la Messe de la Présentation de Jésus au Temple.

Nous nous confions à vos prières pour la nouvelle étape de la vie de notre Famille religieuse, qui a commencé avec l’élection de notre nouvelle Mère : Mère Hélène. Nous avons la responsabilité de garder la Communauté dans la fidélité à l’esprit de nos Fondateurs. Nous vous assurons en retour de notre prière pour vous aider à vivre ce temps de grande tempête dans la sérénité, la paix du cœur, le courage et l’amour sans mesure. N’ayons pas peur ! Soyons unis dans les Cœurs de Jésus, Marie et Joseph.

Prière d'introduction

Viens Esprit de sainteté, Notre Père, Je vous salue Marie, St Joseph, Ste Claudine, Mère Yvonne-Aimée, Ste Véronique, Ste Agathe, vénérable Marthe Robin, Ste Joséphine Bakhita, Bse Anne-Catherine Emmerich, Sts Cyrille et Méthode, St Claude, Ste Bernadette, Ste Jacinthe, Bse Henriette, St Gabriel de l’Addolorata, Bx Daniel Brottier, nos saints anges gardiens.

Parole de Dieu : Lc 12, 49-56

Jésus, Prince de la Paix (Is 9, 5) n’est pas le diviseur. C’est Satan qui l’est ! Notre-Seigneur n’est donc pas le responsable des divisions dans les familles et la société. Ce sont les désobéissances à la Loi de Dieu, les péchés personnels, le rejet de Dieu et de Jésus qui sont causes des divisions. Accueillons le Feu d’Amour que Jésus veut mettre en nos cœurs.

« Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

S’adressant aussi aux foules, Jésus disait : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive. Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera une chaleur torride, et cela arrive. Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ? » Lc 12, 49-56

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : Ne pas avoir peur du gant de crin qui fait progresser.

Jésus, en Mt 18, 15-20, nous invite à avertir notre frère en vue de son vrai bien. Aidons-nous les uns les autres pour être de vrais pacifiques en ce monde où la haine et la violence grandissent et où nous risquons de nous laisser contaminer. Le gant de crin dans la vérité et l’amour nous aidera à imiter Jésus.

2) Prévisions :

choisir un effort concret pour être des instruments de paix. Demandons à la Vierge Marie de nous aider à développer l’humilité, la douceur et la miséricorde.

3) Consigne spirituelle« Soyons des artisans de paix, recherchons, aimons, faisons la Vérité comme Jésus nous l’a demandé ».

L’encyclique Pacem in terris de St Jean XXIII, du Jeudi-Saint 11 avril 1963, a été un appel à tous les hommes de bonne volonté pour gagner la paix. St Jean XXIII a parlé des 4 piliers de la paix : la vérité, la liberté, la justice, l’amour. Pour cette consigne de cordée, nous ne développerons qu’un seul de ces piliers: la vérité sans laquelle on ne peut pas rétablir la confiance entre les hommes.

1) Rechercher la vérité : en privilégiant le verbe « rechercher », nous voulons montrer que nous devons, avec tous les hommes de bonne volonté, rechercher sans cesse la vérité. Jésus a dit à ses Apôtres que l’Esprit Saint les conduirait vers la vérité tout entière (Jn 16, 13), parce qu’ils devaient progresser dans la compréhension de la Vérité. Nous avons la grâce de professer le « Credo » de l’Église, de croire que Jésus est la Vérité en Personne, mais nous n’avons pas la pleine compréhension de la Vérité révélée. Le Père Christian de Chergé, moine de Tibhirine, aimait être appelé « un chercheur de Dieu », et ne craignait pas d’inviter ses frères musulmans à chercher Dieu avec lui. N’ayons pas la prétention orgueilleuse de croire que nous avons une compréhension parfaite de la Vérité révélée. L’Esprit Saint, seul, a la compréhension parfaite, laissons-nous conduire par Lui dans la lumière de la Foi. Nous vivons dans la Foi, non dans la claire vision, mais nous avons la certitude que Jésus ne peut ni se tromper ni nous tromper : « Je sais en qui j’ai cru. » (2 Tm 1, 12)

2) Aimer la vérité : en privilégiant le verbe « aimer », nous voulons montrer que la recherche de la vérité n’est pas seulement une recherche intellectuelle, mais qu’elle engage toute notre personne. La vérité n’est pas seulement de l’ordre de la connaissance : l’adéquation de notre pensée avec la réalité, elle est avant tout de l’ordre ontologique (c’est-à-dire : de l’être) : la Vérité est pour nous une Personne, le Verbe, le Fils unique de Dieu.

Des philosophes grecs avaient compris que le monde était ordonné par des lois sages. Le principe de l’ordre du monde était le « Logos » = « la Raison Divine ».

Grâce à la révélation de la Création, les Pères de l’Eglise ont pu aller au-delà encore de la pensée des philosophes grecs. Ils ont compris que le monde est ordonné parce qu’il a été pensé par Dieu Créateur « avant d’être créé ». Tout est intelligible = tout peut être compris par l’intelligence, parce que tout est pensé par Dieu. Tout ce qui est pensé se trouve dans la Pensée de Dieu = le Verbe ou le « Logos ». Or, ce Verbe, dit Saint Jean dans le Prologue de son Évangile, s’est fait chair. Ce Verbe incarné s’est donc fait voir, toucher, entendre, aimer. Pour accueillir Jésus, le Verbe incarné, il faut L’aimer, comme la Vierge Marie, les Saintes Femmes, les Apôtres, les disciples L’ont aimé. Ceux qui ne l’ont pas accueilli sont ceux qui L’ont haï et rejeté parce qu’ils ont préféré leurs ténèbres à sa lumière. Aimons donc Jésus, aimons le Verbe incarné, aimons la Vérité !

3) Faire la vérité : en privilégiant enfin ce troisième verbe : « faire », nous voulons montrer qu’il ne suffit pas de rechercher et d’aimer la vérité. Dieu nous appelle, comme le disait énergiquement Saint Jean (cf. 1 Jn 3, 21), à faire la vérité, c’est-à-dire : faire passer dans notre vie ce que notre intelligence et notre cœur ont compris. Si nous aimons vraiment Jésus, la Vérité incarnée, nous ne pourrons que désirer accomplir sa Volonté, et ainsi « faire la vérité ». Le chrétien doit être sel de la terre et lumière du monde (Mt 5, 13-16), en imitant les Saints, qui ont « fait » ce qu’ils disaient. Leur agir était en cohérence avec leur être. Mère Marie-Augusta, à la suite de Jésus, aimait les idées vécues et qui font vivre. Les « beaux parleurs » ne mettent pas toujours en pratique ce qu’ils disent !

4) Être vrai avec ses proches : c’est d’abord avec ses proches qu’il faut rechercher, aimer et faire la vérité. En ce mois de février, efforçons-nous d’être de plus en plus transparents en famille. Être toujours vrai est le seul fondement de la confiance. Le Malin, actuellement, travaille pour diviser les familles. Il suscite beaucoup d’incompréhensions entre les époux ou entre les parents et les enfants. Ne nous laissons pas troubler par lui, mais prions bien Jésus, l’Esprit Saint, la Vierge Marie et Saint Joseph. Nous serons alors aidés pour rechercher toujours, ensemble et dans la confiance, la vérité. Les époux doivent s’ouvrir l’un à l’autre. Il ne suffit pas de s’arrêter une fois par semaine pour échanger, mais tous les jours, plusieurs fois par jour, ils doivent se parler. Plus ils seront transparents l’un à l’autre, plus ils seront simples avec leurs enfants. Leur foyer sera foyer de lumière et d’amour.

Tous, bannissons toujours avec énergie le soupçon, ce venin du Malin menteur et diviseur.

5) Être vrai en tant qu’éducateurs : Saint Paul a été un éducateur modèle et  énergique. Dans la deuxième épître aux Corinthiens (Chap.1, v.18-20), il dit que son discours n’a pas été « oui et non » parce que le Christ qu’il prêche n’a pas été « oui et non », mais « oui » seulement. Jésus est l’Amen = le Oui fidèle de Dieu. Ne donnons pas en tant qu’éducateurs l’impression d’être « oui et non ». Que notre oui soit oui, que notre non soit non (Mt 5, 37). Ne cherchons pas à plaire, en taisant les exigences de l’éducation chrétienne. Plus nous serons les témoins de la Vérité de l’Évangile, plus ceux dont nous avons la charge auront confiance. Il se peut que, pendant un certain temps, ils n’acceptent pas nos exigences, mais soyons énergiques de l’énergie d’Amour pour les éduquer en vue du salut de leur âme. Sainte Monique n’a jamais accepté la situation de son fils Augustin, concubin. Grâce à sa fermeté et à son amour maternel, Augustin s’est converti et est devenu le grand docteur de l’Amour. Blanche de Castille a été très ferme avec son fils, le futur Saint Louis. Le père de François de Sales a su corriger énergiquement son fils pour qu’il ne choisisse pas le mal.

N’oublions pas, enfin, de prêcher par l’exemple. Les jeunes font plus confiance aux témoins qu’aux beaux parleurs. Seules les idées vécues, comme le rappelait Mère Marie-Augusta, entraînent et suscitent la générosité et le désir de la sainteté. Sans discipline de vie exigeante, nous contredirions nos paroles ; ceux que Dieu nous confie n’auraient pas pleinement confiance en nous. Que notre vie soit cohérente avec notre baptême et les exigences des éducateurs chrétiens en vue du Ciel.

6) Être vrai dans son devoir d’état : cherchons, en ce mois, comment vivre vraiment notre devoir d’état dans la vérité. Ce n’est pas facile dans un monde où le mensonge, la violence, la jalousie, l’esprit de compétition s’opposent à l’esprit des Béatitudes que nous voulons vivre. Ne nous décourageons pas, mais prions bien Jésus, Marie et Joseph, Ils nous aideront à être toujours vrais dans nos décisions et nos actions. Nous n’ignorons pas les situations bien difficiles dans lesquelles nous pouvons nous trouver. Ne croyons pas que le cœur de nos collaborateurs ou de nos employés est absolument fermé à la lumière. Par notre fidélité à Jésus, nous pouvons être, pour eux, sel de la terre et lumière du monde. Si la guerre n’est jamais une fatalité, la corruption n’en est pas une non plus. Ne baissons pas les bras, nous pouvons changer l’esprit de la mondialisation actuelle sans Dieu ou contre Dieu, par notre vie chrétienne cohérente.

7) La Splendeur de la Vérité : en 1993, St Jean-Paul II a donné l’Encyclique Veritatis Splendor qui présente le Christ comme « la Splendeur de la Vérité ». L’Église, son Épouse, doit resplendir de cette Splendeur. Dans l’Église, les Saints sont les témoins lumineux de cette Vérité.

8) Choisir l’étendard de la Vérité et refuser celui du Malin, Père du mensonge : Saint Ignace de Loyola a fait de cette exigence le cœur de ses Exercices spirituels. On ne peut pas se sanctifier, on ne peut pas chercher la plus grande gloire de Dieu, si l’on n’est pas prêt à des choix courageux. Tôt ou tard, il faudra choisir entre ces deux étendards. Si nous ne pactisons pas, aujourd’hui, avec le mal, nous aurons le courage demain avec la Grâce de Dieu, de ne pas pactiser dans des circonstances plus difficiles encore. Ne cherchons pas des compromis dangereux, qui nous entraîneraient à des compromissions mettant en péril le salut de notre âme. St Jean-Baptiste n’a pas cherché de compromis avec Hérode. Sts Thomas More et John Fisher n’ont pas cherché de compromis avec Henry VIII, roi d’Angleterre. Les trois ont refusé l’adultère, ils ont été décapités. Ils sont aujourd’hui des Bienheureux dans le Royaume des Cieux.  Attention : le Malin vise et combine sans cesse. Il est le père du mensonge (Jn 8, 44). Veillons, prions, refusons énergiquement toute compromission avec lui et avec tous ceux qui s’opposent à Dieu.

9) Être témoins de la Vérité malgré les contradictions ou persécutions : si nous choisissons l’étendard de la Vérité du Christ, nous serons signes de contradiction. Le disciple ne peut pas être au-dessus du Maître (Jn 15, 20) : on a persécuté Jésus, on  nous persécutera aussi. Mais il existe diverses formes de persécution, décrites par Saint Jean dans l’Apocalypse (Ap 12-13) : la persécution violente : le Dragon rouge feu ; la persécution plus insidieuse : la Bête ; la persécution plus subtile encore : la Bête déguisée en agneau. Saint Ignace de Loyola invitait ses retraitants au discernement des esprits. Le Pape François parle souvent du discernement. Soyons vigilants, ne nous laissons abattre ni par la persécution violente, ni par les pièges maçonniques ou maffieux, ni par les contestations du Magistère de l’Église, mais prions l’Esprit Saint pour vivre les Béatitudes et connaître la joie des disciples de Jésus, tout joyeux d’avoir subi des outrages pour leur Maître et Seigneur (Ac 5, 41).

4) Formation

Nous vous invitons à notre Forum à Sens les 19 et 20 février dont le thème sera : "Aimons l'Eglise et faisons-la aimer : elle est notre Mère !" Nous vous présenterons le mystère de l'Eglise qui demeure bien vivante, malgré les scandales et la crise liturgique et doctrinale actuelle. Nous reviendrons avec vous sur les récentes remises en cause du Concile Vatican II et parlerons également de la synodalité, dans le véritable esprit du Concile Vatican II. Ce forum sera donc très riche pour répondre aux questions que beaucoup se posent en ces temps troublés.

5) Prévisions liturgiques

N’oublions pas, en ces dernières semaines du mois de février, de nous préparer au Carême qui commencera le mercredi 2 mars !

Je vous assure de nos prières à toutes vos intentions et de notre grande affection. Nous vivons des temps difficiles, mais ces temps peuvent devenir des temps de grâce. Nous vous redisons à la suite de St Jean-Paul II et de nos Fondateurs : « n’ayez pas peur ! ». Les scouts aiment ce mot d’ordre : « toujours prêts ! ». Si nous recherchons, aimons, faisons la vérité, nous serons toujours prêts avec la grâce de Dieu.  Je vous bénis affectueusement en vous assurant encore des prières et de l’affection de Mère Hélène et de nos frères et sœurs.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

En ce mois de février, nous vous remercions pour votre soutien et vos prières en vue de la reprise des travaux sur le Site Notre-Dame des Neiges ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Septembre 2022 : Servons l'Eglise Une
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers