Juillet 2021 : Esprit-Saint, illumine nos consciences !

Esprit-Saint, illumine nos consciences et change nos coeurs !

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Après avoir ardemment prié le Cœur immaculé de Marie au mois de mai et le Cœur de Jésus en ce mois de juin, entrons avec confiance dans le mois du Précieux Sang. Malgré la persistance de la crise, tant dans l’Eglise que dans le monde, ne cessons pas d’être des prophètes de paix, de joie, d’espérance et d’amour dans la vérité. Demandons à l’Esprit-Saint d’illuminer nos consciences et de changer nos cœurs. Puissent tous les hommes, créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, obtenir la grâce de se voir en vérité dans la lumière de Dieu et de se convertir. Dans une des Messes votives du Saint-Esprit, nous demandons : « Que l’Esprit de vérité qui vient d’auprès de Toi, Dieu très Saint, illumine nos esprits et qu’Il nous mène à la vérité tout entière comme Ton Fils en a fait la promesse ». Dans la prière sur les offrandes nous disons : « Sanctifie, Seigneur, nos offrandes et par l’illumination de l’Esprit-Saint daigne purifier nos cœurs ».

Benoît XVI, le 13 mai 2010 à Fatima disait dans l’homélie : « Dieu – plus intime à moi que je le suis à moi-même (cf. Saint Augustin, Confessions, III, 6, 11) – a le pouvoir d’arriver jusqu’à nous, en particulier à travers nos sens intérieurs ... Oui ! Dieu peut nous rejoindre, en s’offrant à notre vision intérieure. Qui plus est, cette Lumière dans l’âme des jeunes bergers, qui provient de l’éternité de Dieu, est la même qui s’est manifestée à la plénitude des temps et qui est venue pour tous : le Fils de Dieu fait homme. Qu’Il ait le pouvoir d’enflammer les cœurs les plus froids et les plus tristes, nous le voyons avec les disciples d’Emmaüs (cf. Lc 24, 32). C’est pourquoi notre espérance a un fondement réel, elle s’appuie sur un événement qui prend sa place dans l’histoire et en même temps la dépasse : c’est Jésus de Nazareth ... Mais qui a le temps d’écouter sa parole et de se laisser séduire par son amour ? Qui veille, dans la nuit du doute ou de l’incertitude, avec le cœur éveillé en prière ? Qui attend l’aube du jour nouveau, tenant allumée la flamme de la foi ? La foi en Dieu ouvre à l’homme l’horizon d’une espérance certaine qui ne déçoit pas ; elle indique un fondement solide sur lequel appuyer, sans peur, toute son existence ; elle requiert l’abandon, plein de confiance, entre les mains de l’Amour qui soutient le monde ».

Les trois enfants de Fatima se sont vus dans la lumière de Dieu. Ils n’ont pas résisté à l’Esprit-Saint et sont devenus les petits instruments fidèles du Cœur Immaculé de Marie. Grâce à eux, le Portugal a été protégé lors de la deuxième guerre mondiale et des millions de personnes ont ouvert leur cœur à Dieu. Imitons-les et obtenons de Dieu notre Père cette illumination des consciences par l’Esprit-Saint afin que notre monde ne tombe pas dans le chaos du fait de la haine qui engendre violences sur violences, mais que les hommes s’ouvrent à Dieu Vérité qui les aime et veut leur Bonheur éternel.

Qu’advienne enfin la réalisation de la promesse du Cœur Immaculé de Marie à Fatima : « finalement mon Cœur Immaculé triomphera et un certain temps de paix sera donné au monde ».

Prière d'introduction

Notre-Dame des Neiges, Saint Joseph, St Thomas, Bse Eugénie, vénérable Antonietta, Ste Maria Goretti, Ste Marie-Hermine, St Benoît, St Camille, Ste Zélie et St Louis, vénérable Jacques Sevin, St Jacques, Ste Marie-Magdeleine, Ste Marguerite de Pisidie, Ste Marthe et Ste Brigitte, Ste Anne et St Joachim, Ste Colombe, St Léopold, St Ignace de Loyola, Sts Patrons et Sts Anges gardiens.

Parole de Dieu : Jn 16, 4-15

« Eh bien, voici pourquoi je vous dis cela : quand l’heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. Je ne vous l’ai pas dit dès le commencement, parce que j’étais avec vous. Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?”

Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur. Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai.

Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement. En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé.

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. » (Jn 16, 4-15)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline

Maintenir en ce temps d’été une discipline de vie sans tension, mais qui est indispensable pour être à l’écoute de l’Esprit-Saint.

2) Prévisions

Prévoyons nos journées afin que nous puissions alterner temps de repos, temps pour Dieu, temps de famille, temps de loisirs. Les prévisions des horaires de Messes dominicales et journalières nous permettront de ne pas mettre Dieu en vacances. Soyons fidèles au chapelet en famille. Prévoir le meilleur moment pour le prier est indispensable.

3) Consigne spirituelle : "Esprit-Saint, illumine nos consciences et change nos coeurs !"

  • La conscience morale est comme la voix de Dieu, pourquoi prier l’Esprit-Saint de l’illuminer ?

St Jean-Paul II, dans l’Encyclique « Veritatis Splendor », enseignait que Saint Paul (Rm 2, 14-15) avait affirmé clairement que la conscience morale était un « témoin » pour l'homme de sa fidélité ou de son infidélité à la Loi. En s’appuyant sur la Tradition, il écrivait que la conscience morale est la "voix de Dieu", le lieu où se réalise un dialogue avec Dieu qui commande "avec force et douceur" de faire le bien et d'éviter le mal. La conscience a aussi cette autre fonction : juger les actes de l'homme en approuvant un acte bon ou en désapprouvant un acte mauvais = un péché. Victor Hugo écrivait : « l’œil était dans la tombe et regardait Caïn ». Qui peut dire n'avoir jamais fait l'expérience de cette "voix intérieure" commandant de ne pas faire le mal mais de faire le bien ? Qui n’a jamais fait l'expérience du remords après un acte mauvais ? Des femmes qui ont eu recours à l’avortement témoignent aujourd’hui de ce remords, appelé syndrome post-avortement, dont personne ne leur avait parlé avant l’avortement.

Tous les hommes ont bien une conscience morale dans laquelle « la voix de Dieu » se fait entendre, mais tous ont péché, écrit Saint Paul, tous sont privés de la Gloire de Dieu (Rm 3, 23). Prier l’Esprit-Saint d’illuminer notre conscience morale et celle de nos frères est bien nécessaire.

  • Grave déformation des consciences, rejet du Magistère de l’Eglise et des normes morales

Nous ne pouvons que constater (cf. les lois bioéthiques qui viennent d’être votées en France et qui sont toujours plus contraires à la Loi naturelle) la très grave déformation des consciences. En 1995, St Jean-Paul II écrivait dans l’Encyclique « Evangelium Vitae » : "S'il est particulièrement grave et inquiétant de voir le phénomène de l'élimination de tant de vies humaines naissantes ou sur le chemin de leur déclin, il n'est pas moins grave ou inquiétant que la conscience elle-même, comme obscurcie par d'aussi profonds conditionnements, ait toujours plus de difficultés à percevoir la distinction entre le bien et le mal sur les points qui concernent la valeur fondamentale de la vie humaine" (EV n°4).

Les causes de cette grave crise morale ont été analysées dans l’Encyclique «Veritatis Splendor » en 1993 : "Le lien qui existe entre la liberté de l'homme et la Loi de Dieu se noue dans le «cœur» de la personne, c'est-à-dire dans sa conscience morale" (VS n°54). Les erreurs sur l'autonomie de la liberté, écrivait St Jean-Paul II, ont conduit à des erreurs sur la nature et la fonction de la conscience morale. Des théologiens ont rejeté la morale traditionnelle concernant la conscience morale en affirmant que des «normes morales» ne devraient pas se substituer à la liberté de la personne. Elles ne pourraient donner qu’une «orientation générale». Il reviendrait à la seule conscience personnelle, exaltée au plus haut point, de «décider» du bien ou du mal pour la personne. L'homme n’atteindrait la maturité qu’en prenant ses décisions d'une manière totalement autonome. Pour justifier l'autonomie de la conscience, ces théologiens ont proposé une sorte de double statut de la vérité morale :

- Les vérités objectives du niveau doctrinal et abstrait.
- Les vérités existentielles subjectives de la personne en situation.

Ainsi, par ce double statut de la vérité morale, la conscience morale pourrait décider qu’un mal objectif (avortement, euthanasie ou toute autre transgression de la Loi de Dieu) pourrait devenir un bien moral subjectif. Le mal appelé bien est aujourd’hui érigé en droit : droit à l’avortement, droit au mariage homosexuel … La déformation de la conscience morale est vraiment grave et répandue en notre monde.

  • Saint Jean-Paul II a donné l’Encyclique « Veritatis Splendor » pour surmonter la crise

Il ne peut pas y avoir deux niveaux de vérités morales : le niveau du jugement pratique ne peut pas être en contradiction avec le niveau doctrinal. La conscience morale subjective ne peut pas supprimer l'universalité de la loi et son obligation, mais seulement les reconnaître en réalisant l'application de la loi objective à un cas particulier (VS n°59). La conscience morale ne peut pas décider qu’un mal formellement interdit par la Loi de Dieu puisse devenir un bien. "Dans le jugement pratique de la conscience se révèle le lien entre la liberté et la vérité" (VS n°61). St Jean-Paul II a affirmé avec autorité que le rôle de la conscience n'est pas de décider arbitrairement le choix d’un bien moral subjectif en contradiction avec la Loi naturelle, qui est une participation à la Loi divine par la raison humaine. Notre conscience doit porter des jugements qui reflètent la vérité sur le bien, en totale harmonie avec la Loi divine objective.

St Jean-Paul II disait encore dans « Veritatis Splendor » que le degré de maturité d'un homme ne se mesurait pas à l’autonomie de sa conscience par rapport à la vérité objective, mais à sa pressante recherche de la vérité. Une conscience morale « libérée du soi-disant joug de la vérité objective » est, de fait, une conscience gravement déformée qui a un urgent besoin d’être illuminée par l’Esprit-Saint !

Contemplons la vie des saints et nous comprendrons mieux ce qu’est la conscience morale. La conscience morale personnelle ne "crée" pas lorsqu'elle désobéit à la Loi de Dieu, mais elle "détruit" : elle fait une action opposée à l'action créatrice de Dieu. Les idéologies « libérées de la Loi de Dieu » ont construit les cultures de la mort. Ceux qui, au contraire, obéissent à la Loi de Dieu, sont les promoteurs de la culture de la vie et de la civilisation de l'amour.

Le Magistère, pour St Jean-Paul II, ne crée pas d'inutiles conflits de conscience. Il est un don de Dieu qui permet à la conscience de demeurer dans la vérité. Le Magistère de l’Eglise éclaire la conscience. Notre humanité actuelle a perdu le sens de Dieu. Plusieurs lois fondamentales concernant la dignité de la personne humaine, l’amour conjugal, le mariage et la famille, le caractère sacré de la vie de sa conception à son terme naturel, sont en contradiction avec la Loi naturelle, dont le fondement ultime est Dieu Créateur. L’illumination des consciences doit être demandée à Dieu. Dieu Seul, en effet, dans les circonstances historiques actuelles, peut éclairer les consciences gravement déformées et changer les cœurs de pierre en cœurs de chair (Ez 36,26).

L'homme, qui devra rendre compte de ses actes au jour de son jugement particulier et au jour du Jugement universel, peut et doit demander à l’Esprit-Saint d’illuminer sa conscience. Il est tenté par Satan et les démons. Il vit dans un monde où les structures de péché et les lois contraires à la Loi naturelle peuvent déformer sa conscience. Il a besoin d’être affermi par l’Esprit-Saint pour aimer la Loi de Dieu et s’attacher à elle en vue de son Salut et de son Bonheur éternels.

Prions intensément l’Esprit-Saint en cet été 2021 : demandons-Lui d’illuminer notre conscience afin qu’elle soit « libérée » de tout ce qui aurait pu la déformer. Prions-Le aussi d’illuminer les consciences de tous les hommes.

L’illumination des consciences, cependant, ne produira pas la conversion de tous. Dieu, en effet, ne veut pas contraindre la liberté des hommes qu’Il a créée et qu’Il respecte. L’illumination de l’Esprit-Saint permettra à l’homme de se voir en vérité dans la lumière de Dieu. Mais pour qu’une telle illumination des consciences puisse ensuite obtenir la grâce du «retour de l’enfant prodigue», elle devra être accompagnée du changement du cœur par l’accueil des grâces de la Rédemption accomplie par Jésus : « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j'​ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair  » (Ez 36,26).

Plusieurs s’appuient en nos temps sur les apparitions de Garabandal, non encore reconnues par l’Eglise, pour inviter les hommes à se préparer à l’avertissement = l’illumination des consciences. Prenons au sérieux cette invitation comme l’avait fait Saint Padre Pio. Nous ne nous tromperons pas en nous préparant à cette illumination et en la demandant à l’Esprit-Saint.

Sœur Lucie de Fatima a raconté dans ses Mémoires l’expérience vécue avec François et Jacinthe, le 13 mai 1917: « Notre-Dame nous introduisit dans la vision de Dieu : Elle ouvrit pour la première fois les mains, et nous communiqua, comme par un reflet qui émanait d'elles, une lumière si intense que, pénétrant notre cœur et jusqu'au plus profond de notre âme, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu qui était cette Lumière, plus clairement que nous nous voyons dans le meilleur des miroirs. »  

Redisons en cet été : Viens Esprit-Saint, illumine nos consciences et change nos cœurs !

4) Formation

N’ayons pas peur de faire une retraite de 5 jours.

5) Action

Puisse ce temps des vacances devenir un temps missionnaire. Que nos rencontres en famille, dans notre milieu de travail, ou dans nos loisirs, ne soient pas des temps superficiels, mais des temps où l’on a le souci d’être des témoins de Jésus par nos paroles et notre exemple. Partageons plus intensément le grand désir de Jésus : le Salut des âmes. Rappelons-nous encore la conviction de Mère Marie-Augusta : « Il faut des centaines de mécréants pour pervertir une population ; il suffit d'un apôtre véritable, d'un seul pour sauver le monde entier du naufrage ». L’illumination des consciences est en vue de ce Salut. Pour sauver ce monde, Jésus a besoin d’apôtres véritables. Voulons-nous collaborer avec Jésus au Salut des âmes ? La première lecture de ce lundi 28 juin était la prière suppliante d’Abraham pour sauver Sodome et Gomorrhe : dix justes auraient suffi. Hélas, Dieu ne les a pas trouvés !

6) Partage

Nous rendons grâce à Dieu pour les vœux perpétuels de nos frères Jean-Daniel et Stanislas, qui ont été célébrés le samedi 12 juin dernier dans un climat de grande ferveur et de joie. Nous aurons la joie de participer aux vœux perpétuels de nos sœurs Jeanne-Lorraine et Katéri, le samedi 4 septembre.

Nous confions à vos prières nos retraites et nos activités d’été : colonie et autres activités d’enfants, camps ados, retraites, pèlerinage jeunes et divers autres accueils. Nous nous réjouissons des deux prochaines fondations à Montauban et à La Jarrie (diocèse de La Rochelle) et peut-être d’une troisième fondation. Préparons bien la solennité du 15 août et confions à la Vierge Marie, Reine de France, nos familles, nos soucis, notre travail, le Site Notre-Dame des Neiges, la conversion de la France.

En union avec Mère Magdeleine et nos frères et sœurs, je vous souhaite un  temps d’été ressourçant et reposant. Puissions-nous, dans le calme et la prière, nous préparer à l’illumination de nos consciences pour vivre dans la joie et l’amour notre vie d’enfants de Dieu. Nous vous assurons de nos prières à toutes vos intentions et de notre grande affection. Nous vous remercions encore de prier pour les vocations de frères et sœurs, pour notre fidélité et pour que la Volonté de Dieu concernant le Site ND des Neiges se réalise pleinement, malgré l’acharnement de l’Enfer contre la construction de la chapelle du Cœur Immaculé de Marie. Ayons confiance : « Si tu crois, tu verras la Puissance de Mon Cœur » a dit Jésus à Ste Marguerite-Marie. 

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Nous continuons à confier la reprise des travaux sur le Site à votre prière et vous disons un grand merci pour votre aide et vos prières à cette intention. Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2021 : l'illumination des consciences
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers