Mars 2020 : Avec Jésus au désert

Contemplons Jésus au désert 

et vivons un vrai Carême d'amour et de réparation, dans la détermination

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Depuis ce mercredi 26 février 2020, nous sommes entrés dans le saint temps du carême. Vatican News commente ainsi le message du carême 2020 du Pape François :

« Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5, 20) : ce verset de saint Paul est le titre du message du Saint-Père pour ce Carême 2020. Un texte qu’il a signé le 7 octobre dernier, en la fête de Notre-Dame du Rosaire. Le thème de la conversion y est central, et évoqué en même temps que son fondement, le Mystère pascal, «le grand Mystère de la mort et de la résurrection de Jésus» que les chrétiens se préparent à célébrer au terme du Carême. Le Mystère pascal, rappelle François, est la «pierre angulaire de la vie chrétienne personnelle et communautaire», il faut donc «constamment» y revenir, par une «réponse libre et généreuse». Ce Mystère montre l’amour infini du Père, qui par son Fils nous donne la vie en abondance. L’accueil du kérygme permet ainsi de rejeter «le mensonge selon lequel notre vie aurait son origine en nous-mêmes», ce qui nous empêche de «sombrer dans l’abîme du non-sens, de vivre l’enfer ici-bas sur terre», explique le Pape.

 « La Pâque de Jésus n’est pas un évènement du passé », poursuit-il en exhortant à la conversion, qu’il estime urgente. Pour cela, il est « salutaire de contempler plus profondément le Mystère pascal, grâce auquel la miséricorde de Dieu nous a été donnée ».

Le Pape invite plus précisément à la prière, «si importante en ce temps de Carême». Une prière qui prend la forme d’un « dialogue cœur à cœur, d'ami à ami », et « exprime le besoin de correspondre à l'amour de Dieu qui nous précède et nous soutient toujours ». La prière « creuse en nous jusqu’à réussir à entamer la dureté de notre cœur, afin de le convertir toujours plus à lui et à sa volonté », souligne le Saint-Père.

Il s’agit donc de ne pas laisser passer « ce temps de grâce en vain, dans l'illusion présomptueuse d'être nous-mêmes les maîtres du temps et des modes de notre conversion à lui ». Au contraire, la « miséricorde gratuite envers nous » du Seigneur doit être expérimentée sans peur, avec la prière en guise de préparatifs. Ce «temps favorable» pour notre conversion « ne doit jamais être tenu pour acquis », insiste François, et plutôt « éveiller en nous un sentiment de gratitude », « nous secouer de notre torpeur ».

Si la présence du mal «dans nos vies ainsi que dans la vie de l'Église et du monde» est parfois «dramatique», reconnaît le Souverain pontife, « cet espace offert pour un changement de cap exprime la volonté tenace de Dieu de ne pas interrompre le dialogue du salut avec nous ». Le Carême montre la « volonté passionnée de Dieu de dialoguer avec ses enfants », qui n’a rien d’un « bavardage, dicté par une curiosité vide et superficielle», caractérisant la « mondanité de tous les temps ».

Outre le jeûne et la prière, l’Église catholique recommande l’aumône comme forme de pénitence à vivre durant le Carême. C’est ce troisième aspect que le Pape évoque à la fin de son message, «comme une forme de participation personnelle à la construction d'un monde plus équitable ». « Le partage dans la charité rend l'homme plus humain, alors que l'accumulation risque de l'abrutir, en l’enfermant dans son propre égoïsme », prévient François. On comprend alors que « mettre le Mystère pascal au centre de la vie signifie éprouver de la compassion pour les plaies du Christ crucifié» visibles chez les hommes et les femmes de notre temps ».

I - Avant de commencer...

Prière d'introduction

Viens Esprit de sainteté… Notre Père... Je vous salue Marie… Notre-Dame des Neiges, St Joseph, St Casimir, Ste Colette, St Dominique Savio, St Clément-Marie, Ste Louise, St Patrick, St Cyrille de Jérusalem, Marie-Marthe Chambon, Anges gardiens.

Parole de Dieu : Mt 4, 1-11

« Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. » Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient. » Mt 4, 1-11

Effort

Au début de chaque journée, pensons à Jésus au désert. Prions-Le, consolons-Le.

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Première rubrique du carnet de cordée : discipline de vie

Équilibre de vie ! Jésus nous invite à imiter les Saints : ils ont eu le temps de prier, de se former, de travailler, d’exercer la charité. Ayons une vie plus équilibrée, nous accomplirons notre devoir d’état en étant tout à tous et tout à Dieu.

2) Deuxième rubrique : prévisions

Préparons les temps forts de ce carême, particulièrement les dimanches de carême et les solennités de Saint Joseph (19 mars) et de l’Annonciation (25 mars). Les vendredis de carême, faisons le chemin de Croix. Choisissons quelques petits sacrifices de carême. En tous nos Foyers, le pèlerinage de carême se vivra le dimanche 8 mars.

3) Troisième rubrique : consigne spirituelle : Vivre avec Jésus au désert un carême de réparation d’amour.

- Vivre avec Jésus au désert

chaque matin, dès notre lever, redisons : « Jésus, je voudrais être avec Toi au désert » ! La vie de Jésus au désert a été - d’abord et avant tout - une vie d’intense prière, une vie de préparation à sa mission de Rédempteur et à la Passion, une vie de jeûne héroïque et de combat contre les tentations de l’Adversaire = Satan.

L’évangéliste Saint Matthieu a parlé de trois tentations du diable contre Jésus. Si Notre-Seigneur a été ainsi tenté, nous le serons aussi. Ne soyons pas téméraires et ne prenons pas à la légère le combat spirituel. Ceux qui doutent de l’existence de Dieu, doutent aussi de l’existence des démons. Saint Ignace de Loyola n’en doutait plus après sa conversion. Il a fait alors l’expérience des divers esprits qui agissaient sur lui : le Bon Esprit (Dieu, les anges, les saints) ou le mauvais esprit (démon, anges et âmes damnés). Il est devenu un grand maître du discernement des esprits. Notre Père Fondateur n’a pas cessé de nous rappeler la nécessité du combat spirituel que nous devons mener contre nous-mêmes, contre Satan et contre les structures de péché.

 Pour mener le combat, il nous faut développer l’humilité. Ne soyons pas téméraires comme Pierre, qui a renié trois fois Jésus ! Le démon est appelé le « malin ». Il est très intelligent et très habile : il vise et combine sans cesse. N’oublions pas la recommandation de Jésus avant l’agonie : « veillez et priez » ! Pour mener victorieusement le combat, imitons Jésus au désert et soyons énergiques pour savoir dire « non » à nos tendances ; « non » à Satan ; « non » aux structures de péché. Développons la patience, la persévérance et la confiance et ne nous croyons jamais à l’abri des tentations de Satan !

Dieu le Père n’a pas voulu, c’est évident, que Son Fils soit tenté par Satan pour qu’Il succombe à ses tentations, mais pour qu’Il soit vainqueur du Tentateur, l’Ennemi de Dieu !

Approfondissons avec confiance ce que dit le CEC (n°539-540) : « Les Évangélistes indiquent le sens salvifique de cet événement mystérieux. Jésus est le nouvel Adam, resté fidèle là où le premier a succombé à la tentation. Jésus accomplit parfaitement la vocation d’Israël : contrairement à ceux qui provoquèrent jadis Dieu pendant quarante ans au désert (Ps 95, 10), le Christ se révèle comme le Serviteur de Dieu totalement obéissant à la volonté divine. En cela, Jésus est vainqueur du diable : il a " ligoté l’homme fort " pour lui reprendre son butin (Mc3,27). La victoire de Jésus sur le tentateur au désert anticipe la victoire de la passion, obéissance suprême de son amour filial du Père. La tentation de Jésus manifeste la manière qu’a le Fils de Dieu d’être Messie, à l’opposé de celle que lui propose Satan et que les hommes (Mt 16, 21-23) désirent lui attribuer. C’est pourquoi le Christ a vaincu le Tentateur pour nous : "Car nous n’avons pas un grand prêtre impuissant à compatir à nos faiblesses, lui qui a été éprouvé en tout, d’une manière semblable, à l’exception du péché " (He 4,15). L’Église s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus au désert ».

Puissent ces paroles du CEC ne pas être seulement pour nous de « belles idées », mais qu’elles deviennent pour notre carême 2020 des « idées vécues et qui font vivre » : soyons vraiment avec Jésus au désert. Contemplons-Le, aimons-Le, consolons-Le, prions-Le, imitons-Le ! La Vierge Marie est notre modèle pour le réaliser.

- Un carême d’amour

Notre Père Fondateur nous rappelait, chaque année, ce que Mère Marie-Augusta désirait pour ses enfants spirituels pour le carême : « Que faire et faire faire pendant le Carême ?  Mais la belle aventure de l’amour ! » Reprenons Saint Paul (I Co 13) : nous aurions beau faire les plus grands exploits du monde, s’il nous manque l’amour de charité, cela ne sert à rien. Notre Fondateur était enthousiasmé par le nouveau commandement de Jésus : « Comme Je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres » (Jn 13) ! Puisse ce Carême 2020 être vraiment un Carême d’amour. Aimons en vérité ceux et celles qui vivent à nos côtés, ceux et celles avec qui nous travaillons et ceux qui nous font du mal. Jésus demande d’aimer ses ennemis. Seule, cette « révolution de l’amour » permettra d’édifier la civilisation de l’amour ! Pour Saint Bernard, la mesure de l’amour était la démesure. Alors, en ce Carême 2020, faisons en notre propre vie une révolution de l’amour ! Avec Jésus, aimons sans mesure ! Méditons sur « la démesure d’amour » de Jésus : Il a donné Sa Vie pour chacun de nous, pour tous les hommes !

- Un carême de réparation

Notre Fondateur insistait beaucoup aussi sur la nécessité de la réparation. Jésus n’avait pas besoin de réparer pour Lui, puisqu’il n’a jamais péché. Mais pourquoi et pour qui a-t-Il voulu réparer ? Il a réparé pour tous les hommes pécheurs dont nous faisons partie. Jésus, Fils de l’homme (Adam) et nouvel Adam, a « récapitulé » l’humanité pécheresse en devenant la Tête de la nouvelle humanité regroupée comme en un seul Corps : son Corps mystique. C’est en tant que Tête de ce Corps qu’Il a réparé les péchés de tous les membres de Son Corps. Puisse ce carême nous faire prendre conscience de l’Amour infini de Jésus pour nous : ce n’est pas pour rire qu’Il nous a aimés, disait Sainte Angèle !

Si nous vivons en vérité avec Jésus au désert, nous ne pouvons pas ne pas avoir le grand désir de réparer avec Lui pour nos propres péchés et pour les péchés de nos frères et sœurs. Les appels du Cœur de Jésus à la réparation trouveront-ils, en ce temps du Carême, un écho dans nos cœurs ? Jésus a demandé à Sainte Marguerite-Marie une réparation de justice et une réparation d’amour. La réparation de justice n’est pas à la portée de tous, mais la réparation de l’Amour est possible pour tous !

Par de petits actes concrets de notre vie quotidienne en ce temps du carême, nous pourrons multiplier des actes de réparation d’amour : si l’on a l’habitude d’arriver en retard, réparons en étant énergiques pour arrêter à temps ce que nous faisons et arriver un peu en avance ; si l’on a l’habitude de râler, réparons en redisant devant toute contrariété : « Ecce, mon Dieu je vous l’offre » ; si l’on est paresseux, réparons en nous levant tout de suite dès que le réveil sonne ; si l’on est coléreux, réparons en contenant notre colère et en exerçant la douceur à l’école de St François de Sales et de St Jean Bosco ; si l’on est impatient, réparons en multipliant les petits actes de patience ; si l’on est gourmand, réparons en nous privant de telle ou telle friandise non nécessaire et mangeons un peu plus de ce que nous n’aimons pas et un peu moins de ce que nous aimons bien ; si l’on est jaloux, réparons en nous réjouissant des réussites des autres et en leur voulant toujours du bien ; si l’on est orgueilleux, réparons en multipliant les actes d’humilité. Voilà quelques exemples de réparation d’amour à la portée de chacun.

Le jeûne qui plaît à Dieu ne consiste pas à faire des exploits ascétiques spectaculaires, mais à combattre contre nos défauts. Ce jeûne là n’est pas vu des autres. Il est vu seulement de Dieu ! N’ayons pas peur d’obéir à ce que l’Eglise nous demande concernant le jeûne et l’abstinence de viande. Ainsi, nous ferons un bon et saint carême.

- Dans la détermination

Est déterminé, celui qui sait ce qu’il veut et le veut absolument. Saint Ignace de Loyola faisait découvrir à ses Retraitants qu’il fallait, dans la vie spirituelle, être plus déterminé que dans la vie militaire. Pour gagner une bataille, il faut être prêt à donner sa vie pour sa Patrie. Les soldats de la première et de la deuxième guerre mondiale ont été déterminés : combien ont donné leur vie pour leur Patrie ! La détermination demande de l’ardeur, de l’énergie physique et spirituelle.

Jésus est encore notre grand modèle : Il était ardent ! Son ardeur d’Amour lui a obtenu d’être déterminé pour aller jusqu’au bout dans son jeûne des 40 jours au désert, puis dans la Passion !

Le démon, lui aussi, est déterminé : il a tout fait pour détourner Jésus, mais il a été vaincu.

Les Saints ont été ardents et déterminés : ils n’ont pas cessé de redire à Dieu jusqu’au dernier souffle de leur vie : « non pas ma volonté, mais la Tienne ! »

Et nous ? Sommes-nous vraiment déterminés à vivre un vrai carême d’amour et de réparation ? Ne nous contentons pas de quelques petits actes de pénitence le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint, mais décidons-nous, déterminons-nous à vivre chaque jour de ce carême avec Jésus au désert.

Le Malin a beaucoup de pouvoir en notre humanité actuelle, parce qu’il ne rencontre pas beaucoup d’oppositions chez les disciples de Jésus. Si tous les baptisés étaient davantage déterminés et demandaient humblement la grâce à Jésus, ils céderaient moins à ses tentations et seraient plus forts, plus ardents, plus aimants, plus zélés pour la belle et grande mission de l’Église !

Développons la prière et la dévotion à Saint Joseph en ce mois de mars : récitons, chaque jour, le « je vous salue Joseph ». Dieu veut que l’on découvre sa grande sainteté et que l’on se confie davantage à lui.

4) Quatrième rubrique : formation

Les vidéos et les textes du Forum de Sens sur l’Ecriture Sainte, son inspiration par l’Esprit-Saint et son rapport à la Vérité sont sur notre Site. Nourrissons-nous de la Parole de Dieu Vérité !

5) Cinquième rubrique : action

Organisons, si nous pouvons, des temps de prière : chapelet, adoration, chemin de Croix. Cherchons une action de carême pour mieux réaliser la troisième œuvre de miséricorde du carême: l’aumône. N’oublions pas d’exercer, à la suite de Mère Marie-Augusta, l’apostolat irrésistible de l’Amour !

6) Partage

Nous sommes très heureux du Forum de Sens avec une centaine de participants. Les Retraites, en plusieurs de nos Foyers, ont été des temps de grandes grâces, ainsi que les récollections de Foyers, de jeunes et d’adolescents. Vous pouvez voir sur notre Site internet les avancées des travaux sur le Site Notre-Dame des Neiges. Chaque lundi, une Messe est offerte à Saint-Pierre pour les donateurs. Un grand merci pour vos dons qui permettent d’avancer les travaux !

Nous vous souhaitons un saint carême de réparation d’amour dans la détermination. Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs. Je vous bénis affectueusement en confiant à vos prières toutes nos intentions dont les vocations et la poursuite des travaux du Site de Notre-Dame des Neiges. Entourons Jésus, consolons-Le, aimons-Le.

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

En ce mois de février, un concasseur venu d’une carrière proche a permis de recycler les grosses pierres extraites lors des premiers terrassements pour les réduire en remblai, directement utilisé sur place ! Les travaux de soutènement continuent du côté du bâtiment Saint Joseph… Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.
Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Avril 2020 : Les impropères
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers