Octobre 2019 : Notre-Dame du Rosaire, guide de la mission de l'Eglise !

Prions Notre-Dame du Rosaire pour la grande mission de l'Eglise

et répondons généreusement à l'appel de Jésus, de Benoît XV et de Jean-Paul II : "Duc in altum !"

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

 Le Pape François a demandé à toute l’Eglise de vivre ce mois du rosaire comme un mois extraordinaire de la Mission. Pourquoi cette demande ? Chaque année, pendant le mois d’octobre, est célébrée la semaine de prière pour les missions et le dimanche des missions. Mais, pour le centenaire du grand appel à la mission du Pape Benoît XV dans sa lettre apostolique « Maximum illud », donnée le 30 novembre 1919, le Pape François nous demande de vivre intensément ce mois du rosaire comme le mois extraordinaire de la Mission de l’Eglise. Nous désirons répondre à cet appel du Saint-Père. Chaque jour, en nos temps de prière, nous développerons un thème particulier lié à la Mission, qui devrait aider chacun de nous à comprendre que l’apostolat (Mt 28, 19) est, pour Benoît XV, la belle et sainte Mission entre toutes. La lettre apostolique de Benoît XV se conclut par ces mots de l’évangile, qui ont été repris par Jean-Paul II au terme du Grand Jubilé de l’an 2000: « duc in altum » = « avance au large » (Lc 5,4). Le Pape François nous appelle, en ce mois extraordinaire de la Mission de l’Eglise, à faire grandir notre désir missionnaire. L’Eglise est, par nature, missionnaire. La mission est sa quatrième note : « apostolique ». Soyons des chrétiens missionnaires !

Le zèle missionnaire de Benoît XV trouve son fondement dans la vie de Jésus et des apôtres. Jésus s’est révélé comme l’envoyé du Père et Il a envoyé ses apôtres et disciples en mission avant l’Ascension. Nous lisons dans l’introduction de « Maximum illud » : « Fidèle à l’ordre du Maître, l’Eglise n’a jamais cessé, au cours des âges et jusqu’à ce jour, d’envoyer des apôtres annoncer et faire fructifier dans toutes les nations la vérité dont Dieu lui a confié le dépôt, le salut éternel que le Christ est venu apporter aux hommes ». Benoît XV écrivait encore : « on est douloureusement surpris de trouver encore des hommes innombrables assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort ; à s’en tenir aux dernières données, on compte un milliard de païens. Pour Nous, Nous déplorons le sort lamentable de cette immense multitude d’âmes. Il Nous tarde, de par la sainteté de Notre charge apostolique, de pouvoir étendre à ces âmes le bénéfice de la divine rédemption ».

Saint Jean-Paul II, dans son Encyclique sur la Mission, écrivait (RM n°11) : « La mission est un problème de foi ; elle est précisément la mesure de notre foi en Jésus Christ et en son amour pour nous. Aujourd'hui, la tentation existe de réduire le christianisme à une sagesse purement humaine, en quelque sorte une science pour bien vivre. En un monde fortement sécularisé, est apparue une «sécularisation progressive du salut », ce pourquoi on se bat pour l'homme, certes, mais pour un homme mutilé, ramené à sa seule dimension horizontale. Nous savons au contraire que Jésus est venu apporter le salut intégral qui saisit tout l'homme et tous les hommes, en les ouvrant à la perspective merveilleuse de la filiation divine. Pourquoi la mission ? Parce que, à nous comme à saint Paul «a été confiée cette grâce-là, d'annoncer aux païens l'insondable richesse du Christ » (Ep 3, 8). La nouveauté de la vie en lui est la Bonne Nouvelle pour l'homme de tous les temps : tous les hommes y sont appelés et destinés. Tous la recherchent effectivement même si c'est parfois de manière confuse, et tous ont le droit de connaître la valeur de ce don et d'y accéder. L'Eglise, et en elle tout chrétien, ne peut cacher ni garder pour elle cette nouveauté et cette richesse, reçues de la bonté divine pour être communiquées à tous les hommes. Voilà pourquoi la mission découle non seulement du précepte formel du Seigneur, mais aussi de l'exigence profonde de la vie de Dieu en nous. Ceux qui font partie de l'Eglise catholique doivent se considérer comme privilégiés et, de ce fait, d'autant plus engagés à donner un témoignage de foi et de vie chrétienne qui soit un service à l'égard de leurs frères et une réponse due à Dieu, se souvenant que «l a grandeur de leur condition doit être rapportée non à leurs mérites, mais à une grâce spéciale du Christ ; s'ils n'y correspondent pas par la pensée, la parole et l'action, ce n'est pas le salut qu'elle leur vaudra, mais un plus sévère jugement ».

 En avant pour le mois extraordinaire de la Mission en priant Notre-Dame du Rosaire !

 

I - Avant de commencer...

Prière d'introduction

Viens Esprit de sainteté… Notre Père... Je vous salue Marie… Notre-Dame des Neiges, Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, Vénérable Délhia, St François, Ste Faustine, Bx John-Henry Newmann, St Bruno, St Denis, St Jean XXIII, Ste Thérèse d’Avila, Ste Marguerite-Marie, St Luc, Ste Bertille, Ste Ursule, St Jean-Paul II, Bse Clotilde, Sts Simon et Jude, Bse Chiara Luce, Sts Anges gardiens.

Effort

fidélité au chapelet quotidien ou au rosaire et un petit acte missionnaire quotidien

Parole de Dieu : Lc 5, 1-11

«  Or, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. » (Lc 5, 1-11)

 

II - Les rubriques du carnet de cordée

 

1) Première rubrique du carnet de cordée : discipline

L'organisation : Benoît XV et Jean-Paul II insistent sur l’organisation de la Mission de l’Eglise. Pour mieux s’organiser, il suffit de prendre quelques minutes de réflexion et quelques petites habitudes qui simplifient le quotidien.

2) Deuxième rubrique : prévisions

Prévisions pour ce mois du rosaire et de la mission. Chaque jour, par notre Site, vous pouvez prier les Offices divins, le chapelet et la Messe avec nous. Bien sûr, il est mieux de participer à la Messe si c’est possible. Louis et Zélie Martin y participaient tous les jours et, en famille, priaient chaque jour le chapelet. Leur famille a été intensément missionnaire.

3) Troisième rubrique : consigne spirituelle : Duc in altum !

Voici comment notre Père Fondateur parlait de la Mission à ses enfants spirituels: « Jésus est l'«Envoyé», le Missionnaire du Père (Jn 8, 42). Celui que le Christ a appelé à Le suivre s'unit à Lui non seulement pour son propre salut et bonheur mais aussi pour partager l'amour de son Cœur pour son Père et pour ses frères. Il doit continuer sa mission de gloire de Dieu et de combat contre l'Ennemi pour le salut d'une multitude. Ainsi les membres de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, soutenus par la Mère du Rédempteur, la corédemptrice par excellence, doivent entrer de tout leur cœur dans les desseins d'amour miséricordieux de la Sainte Trinité. L'union à Dieu, la vie d'imitation du Serviteur du Père, réalisent concrètement une coopération féconde à la mission de Jésus. La prière, l'amour réparateur, la souffrance expiatrice unie au Cœur de Jésus broyé par les péchés des hommes (et l'on en fait partie) nous font, à un certain degré, corédempteurs (Lc 14, 27). En fait, c'est par la grâce et dans la mesure de la ferveur de notre âme que nous serons des instruments dans la mission du Sauveur (1P 5, 10) ». Notre Fondateur souligne un fait fondamental : le modèle parfait de tous les missionnaires est Jésus ! Le but de la Mission est double : la Gloire de Dieu et le Salut des âmes.

« Si la prière et l'amour souffrant demeurent toujours le nécessaire et l'essentiel, disait encore notre Fondateur, la Famille Missionnaire de Notre-Dame est appelée à une activité extérieure fécondée par l'activité intérieure. À la suite de Notre Seigneur, ses membres doivent prendre contact avec les humains pour vivre et faire vivre l'amour divin. Aucun d'eux ne sera uniquement contemplatif. Chacun sera, selon sa grâce particulière, témoin du Christ (Lc 24, 48) pour la croissance de l'Église ». Notre Fondateur rappelait ainsi cette conviction de Mère Marie-Augusta, fruit de son union au Cœur de Jésus : « Ce qui fait un véritable apôtre de l'Amour, c'est son activité intérieure intense, beaucoup plus que son activité extérieure, mais cependant il faut les deux ». Sans activité intérieure, la mission risque d’être de l’activisme stérile. St Jean-Paul II disait que le missionnaire devait être un contemplatif en action (RM n°91). Mais sans activité extérieure, sans témoignage, on risquera d’être une âme uniquement intérieure et sans rayonnement apostolique.

Benoît XV, et aujourd’hui le Pape François, appellent tous les baptisés à développer leur zèle missionnaire. Tous, nous pouvons offrir les plus petits actes de nos journées en imitant la Vierge Marie qui, par sa prière et ses offrandes à Ephèse, précédait et fécondait la mission des apôtres. Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus a imité l’ardeur missionnaire de la Vierge Marie. Elle se considérait comme le chiffre 0. Si le 0 se place avant un autre chiffre, il ne sert à rien ; mais s’il se place après, il le multiplie par 10. Elle priait pour ses deux frères prêtres missionnaires, qui se donnaient sans compter en terre de mission. Son 0 était l’offrande des plus petites choses de ses journées offertes pour le Salut des âmes. Ce 0 décuplait la fécondité de la mission des missionnaires. Ses petites actions quotidiennes offertes pour le Salut des âmes a fait de la petite Thérèse la co-patronne des Missions, qui passe son Ciel à faire du bien sur la terre. Quel que soit notre état de vie, quelle que soit notre santé, nous pouvons, tous, imiter Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et œuvrer pour le Salut des âmes.

Saint François-Xavier est le Saint Patron des missions. Il a vraiment imité le grand apôtre missionnaire qu’a été Saint Paul. Benoît XV et tous les Papes qui lui ont succédé nous invitent à prier plus ardemment pour que Dieu appelle de nouveaux missionnaires pour la Mission de l’Eglise, qui a un urgent besoin de nouveaux St Paul et St François-Xavier. Prions-nous et offrons-nous en vérité pour les vocations missionnaires ? Réveillons-nous en ce mois du rosaire et de la mission !

 « L'Amour, disait Mère Marie-Augusta, c'est vivre à fond et sans limites ; c'est être tout à tous (ICo 9, 22) ; c'est le don de soi absolu et sans réserves, et c'est se garder intégralement à son Dieu ». Témoigner de Jésus, annoncer l’évangile, demande de la générosité et du courage ! Il faut aussi vaincre la timidité et le respect humain : « Pas de timidité, relent d'orgueil et tentation, disait encore Mère Marie-Augusta : pour faire la volonté de Jésus, il faut agir, il faut foncer ». Ne soyons plus timides !

 Benoît XV et Saint Jean-Paul II appelaient enfin les missionnaires à la sainteté (RM n°90) : « L'appel à la mission découle par nature de l'appel à la sainteté. Tout missionnaire n'est authentiquement missionnaire que s'il s'engage sur la voie de la sainteté : « La sainteté est un fondement essentiel et une condition absolument irremplaçable pour l'accomplissement de la mission de salut de l'Eglise ». Puisse ce mois du rosaire et de la mission être aussi un mois de sainteté, qui nous prépare à vivre plus intensément et dans la joie la Fête de la Toussaint, le 1er novembre !

 Vivons ardemment ce mois de la Mission et comprenons l’importance de la prière du rosaire pour la fécondité de la Mission de l’Eglise. N’ayons pas peur de répondre aux appels des Papes Benoît XV, Jean-Paul II et François : duc in altum, avançons en eau profonde et jetons les filets pour  que Jésus puisse conquérir les cœurs de nombreux hommes. Jésus, redisons-le encore dans la Foi de l’Eglise, est le Seul Rédempteur des hommes. Lui Seul est la Vérité, la Voie et la Vie. Nous n’avons pas le droit de laisser tant de nos frères et sœurs en humanité dans l’ignorance de Notre-Seigneur et Sauveur. Ayons vraiment à cœur de faire connaître et aimer Jésus.

4) Quatrième rubrique : Formation

enseignement du CEC sur la Mission (n° 847-865). Nous vous invitons aussi à approfondir notre communiqué sur notre Site pour vous aider à mieux comprendre les enjeux de la PMA et de la GPA. Dieu veut que le don de la vie humaine soit le fruit de l’acte d’amour d’un époux et d’une épouse et non pas le produit d’un acte technique en laboratoire. L’enfant est un don de Dieu, Créateur, qui appelle les époux à être procréateurs de leurs enfants.

5) Cinquième rubrique : action

Le mois d’octobre, ne l’oublions pas, est le mois du rosaire, prière préférée de St Jean-Paul II. Invitons sans peur nos amis à prier le chapelet en famille autour d’une statue de la Vierge Marie ou à l’église. Beaucoup de baptisés et de familles se mobilisent pour la grande manifestation du 6 octobre à Paris. Avec un grand nombre d’évêques français, nous vous invitons à ne pas avoir peur de participer à cette manifestation si vous le pouvez. Nous devons témoigner sans peur du plan de Dieu sur la famille et sur le caractère sacré de la vie humaine.

6) Sixième rubrique : partage

Nous rendons grâce pour la journée des vœux de nos frères Savio et Théophane et pour la retraite de nos trois postulants et des novices. Nous vous invitons à prier pour notre frère Thomas qui sera ordonné prêtre par notre évêque, Mgr Jean-Louis Balsa, en l’église de Saint-Pierre-de-Colombier le dimanche 20 octobre prochain à 15 heures. Les travaux sur le Site de Notre Dame-des-Neiges continuent. Vous trouverez également sur notre site internet des articles concernant le projet de l’église du Cœur Immaculé de Marie pour lequel nous vous demandons de beaucoup prier avec nous.

 

Je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine et je confie à vos prières toutes nos intentions. Notons bien sur nos agendas les deux dates de la Fête de Notre-Dame des Neiges : samedi 14 ou samedi 21 décembre 2018. Nous vous attendons nombreux, Notre-Dame des Neiges vous obtiendra beaucoup de grâces.

Père Bernard

 

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

En cette première semaine d’octobre, les piles de la passerelle sont maintenant terminées et la passerelle est en cours de fabrication ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org.

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : don.fmnd.org.
  • par virement : contactez-nous.
Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2019 : pour une année de renouveau
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers