Octobre 2022 : Ayons confiance en l'Eglise Sainte qui nous sanctifie !

"Avec le Coeur immaculé de Marie, en ce mois du Rosaire, ayons confiance en l'Eglise Sainte qui nous sanctifie !"

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

La grande neuvaine que nous avons commencée, le 15 août dernier, se conclut ce 7 octobre, Fête de Notre-Dame du Rosaire. Cette neuvaine nous unit en profondeur et nous  permet de mieux connaître le Bienheureux Bartolo Longo et le Sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire de Pompéi.

Voici comment est présenté ce Sanctuaire :

«Le Cœur Immaculé de Marie n’abandonne jamais ses enfants et choisit les endroits les plus improbables pour montrer les merveilles qu’Elle accomplit sur ceux qui se dévouent à Elle. L’instrument qu’Elle utilisa pour sa conquête fut Bartolo Longo (1841–1926), qui au premier abord pouvait paraître comme étant un mauvais choix.

Au collège, Bartolo Longo tombe dans une vie de débauche et est introduit au spiritisme et au satanisme. Après s’être fait « ordonné » prêtre dans l’église de Satan, il passa des années dans la pratique de sa fonction en prêchant, célébrant les rites, ridiculisant l’Église catholique et ses prêtres publiquement, et en parlant systématiquement contre toute chose qui concernait la religion catholique.

C’est Vincente Pepe qui le ramena à Dieu en plaçant Bartolo sous la garde d’un moine dominicain, le Frère Alberto. Bartolo témoigne : « Alors que je réfléchissais à ma situation, je fis l’expérience d’un profond sentiment de désespoir et faillis me suicider. » Puis j’entendis un écho de la voix de frère Alberto dans mon oreille qui répétait les mots de Notre-Dame : « Celui qui répand mon Rosaire sera sauvé. » Je m’exclamai : « Si ce que Vous dites est vrai et que celui qui répand votre Rosaire est sauvé, j’arriverai à trouver mon salut, car désormais je ne veux plus quitter cette terre sans avoir répandu votre Rosaire. »

En 1875, Longo obtint de la part de sœur Concepta de Litala, en cadeau une peinture de Notre-Dame du Rosaire, avec saint Dominique et sainte Catherine de Sienne. Cette peinture était en mauvais état, et Longo décrivit l’immédiat dégoût éprouvé pour cette pauvre peinture de mauvaise qualité, mais sœur Concepta l’encouragea avec les mots : « Prends-la, tu verras que la sainte Mère utilisera cette peinture pour faire beaucoup de miracles. » Ces mots se trouvèrent par la suite être prophétiques. Bartolo s’arrangea pour faire construire une magnifique église, et pendant sa construction, trois personnes furent miraculeusement guéries » (Source : ici)

Entrons dans ce mois du rosaire avec confiance, même si nos temps sont de plus en plus troublés. La prophétie de Fatima se réalisera : « Finalement mon Cœur Immaculé triomphera ».

Prière d'introduction

Viens Esprit de saintetéNotre Père... Notre-Dame des Neiges, Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, Vénérable Délhia, St François, Ste Faustine, St John-Henry Newman, St Bruno, St Denis, Bx Carlo Acutis, St Jean XXIII, Ste Thérèse d’Avila, Ste Marguerite-Marie, St Luc, Ste Bertille, Ste Ursule, St Jean-Paul II, Bse Clotilde, Sts Simon et Jude, Bse Chiara Luce, Sts Patrons et saints anges gardiens.

Effort

Prions avec confiance le rosaire, qui a accompli tant de miracles. 

Parole de Dieu

Jn 16, 16-24. Nous vivons le temps de l’enfantement spirituel. Confiance !

« Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; encore un peu de temps, et vous me reverrez. » Alors, certains de ses disciples se dirent entre eux : « Que veut-il nous dire par là : “Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; encore un peu de temps, et vous me reverrez”. Et puis : “Je m’en vais auprès du Père” ? » Ils disaient donc : « Que veut dire : un peu de temps ? Nous ne savons pas de quoi il parle. » Jésus comprit qu’ils voulaient l’interroger, et il leur dit : « Vous discutez entre vous parce que j’ai dit : “Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; encore un peu de temps, et vous me reverrez.” Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions. Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite. » (Jn 16, 16-24)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : organisation

Cherchons de petits moyens concrets pour être mieux organisés : discipline, emploi du temps, méthode de travail, calme intérieur...

2) Prévisions : Pour ce mois du Rosaire...

Préparons mieux la Fête de St Jean-Paul II qui nous a dit et redit : « le rosaire est ma prière préférée ». N’oublions pas, bien sûr, les grands Saints de ce mois d’octobre que nous venons de citer. Ils collaborent avec nous pour préparer le Règne du Cœur de Jésus promis à Paray-le-monial : « Je règnerai malgré Satan et ses suppôts ».  Avec les Saints, aimons l’Eglise, servons-la en étant courageux pour témoigner de la Vérité en aimant.

3) Consigne spirituelle : Avec le Cœur Immaculé de Marie, en ce mois du rosaire, ayons confiance en l’Eglise Sainte qui nous sanctifie.

L’Eglise est Sainte, mais ses membres sur la terre sont des pécheurs pardonnés

La deuxième note de l’Eglise, fondée par Jésus, est la sainteté. Nous avons médité, dans la consigne précédente, sur la première note : l’unité. Demandons à l’Esprit-Saint de nous éclairer. Il est l’Esprit qui sanctifie, Il est l’âme de l’Eglise. La sainteté de l’Église, comprenons-le en profondeur, est un don du Christ Époux qui s’est livré pour son Épouse afin de la sanctifier (Ep 5, 26). Cette sainteté est communiquée par l’Esprit-Saint. L’Église est donc sanctifiée par Jésus et l’Esprit-Saint, ses membres ont été appelés, par les Apôtres « saints », c’est-à-dire : « sanctifiés » (cf. C.E.C. 823-829).

L’Église sanctifiée est aussi l’Eglise qui « sanctifie ». Elle est comme un sacrement qui produit ou augmente la grâce en l’âme ; elle est donc voulue par Dieu pour produire et faire croître la grâce sanctifiante dans les âmes : « c’est en elle que nous acquérons la sainteté par la grâce de Dieu » (LG 48).

Les membres de l’Église, quoique sanctifiés, doivent croître vers la perfection. La grâce sanctifiante reçue au Baptême est un don qui sanctifie, mais aussi un appel à croître vers la perfection de la sainteté. La charité est l’âme de la sainteté des baptisés. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus a été inspirée par l’Esprit-Saint pour comprendre que le Cœur de l’Église est brûlant d’Amour... L’Amour est tout.

Mais l’Église Sainte renferme des pécheurs (dont nous faisons partie) dans son sein. Tous ses membres doivent se reconnaître pécheurs. Elle est donc appelée, dans ses membres, à se purifier et à poursuivre son effort de pénitence et de renouvellement (LG 8). Jésus a institué les sacrements pour aider chaque baptisé à mener son combat spirituel. Nous devons, tous, prendre très au sérieux cet avertissement des évêques du Concile Vatican II : « L’incorporation à l’Église n’assurerait pas le salut pour celui qui, faute de persévérer dans la charité, reste bien « de corps » au sein de l’Église, mais pas « de cœur». Tous les fils de l’Église doivent d’ailleurs se souvenir que la grandeur de leur condition doit être rapportée non à leurs mérites, mais à une grâce particulière du Christ ; s’ils n’y correspondent pas par la pensée, la parole et l’action, ce n’est pas le salut qu’elle leur vaudra, mais un plus sévère jugement » (LG 14). 

La Sainteté de l’Eglise appelle la sainteté de tous les baptisés

Dans l’Ancien Testament, Dieu avait donné à son Peuple une Loi de sainteté : les dix commandements. Cette Loi n’a pas pu, de fait, sanctifier le cœur de l’homme, blessé et endurci par le péché.

Jésus, par la Rédemption, a réalisé ce que cette Loi ne pouvait pas réaliser : la sanctification du cœur. Il a institué les Sacrements qui tous, à leur manière, contribuent à la sanctification des fidèles, dans tous les actes de leur vie et dans tous les états de vie. Jésus a donné, en outre, le nécessaire principe intérieur de la sainteté : l’Esprit-Saint, qui habite en l’âme et qui crée la grâce sanctifiante. Jésus a « accompli » la Loi de sainteté de l’Ancien Testament (les 10 commandements), par les huit Béatitudes, le Code de sainteté du Nouveau Testament.

Notre-Seigneur fait don à son Église de nombreux moyens de sainteté, mais Il veut que les baptisés exercent toutes les vertus : la « sainteté sans effort » n'existe pas. Pour l’Église, le critère de la sainteté d’un de ses membres est l’héroïcité des vertus et non « les belles paroles ».

Vatican II a lancé un grand appel universel à la sainteté (LG 39-42). Chacun, cependant, doit se sanctifier dans son devoir d'état, vécu en conformité à la Loi de Dieu, dans la charité et la vérité : le laïc, en vivant en ce monde et en s’efforçant de le transformer à la manière du levain dans la pâte ; le prêtre, en imitant le modèle des prêtres : le Saint Curé d'Ars ; le consacré, en imitant sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus : dans le Cœur de l’Église, être l’amour ; les malades, par leur union à la Croix du Christ ; les jeunes, en devenant ce qu’ils doivent être pour mettre le feu de l’Amour divin dans le monde, comme le disait Saint Jean-Paul II à la suite de Sainte Catherine de Sienne.

La sainteté, pour nos Fondateurs, c’est tendre à faire les plus petites choses avec beaucoup d'amour. Elle ne consiste pas, avant tout, en des actions d'éclat aux yeux des hommes : Jésus a dit à sœur Josefa Menendez (Cf. Un appel à l’Amour) que lorsqu'Il balayait l'atelier de saint Joseph, Il rendait autant de gloire à son Père que lorsqu'Il prêchait pendant sa vie publique.

La sainteté c’est, enfin, le témoignage héroïque de l’Évangile, grâce au don de force du Saint-Esprit : ne pas pactiser avec le mal, être les courageux témoins de la « Splendeur de la Vérité », de « l’Évangile de la Vie », des exigences du bel Amour : ne soyons ni Judas, ni Caïphe, ni Hérode, ni Ponce Pilate, mais comme l’un des Apôtres ou des Saintes Femmes. Soyons saints tout simplement !

Les Saints, témoins crédibles de la sainteté de l’Eglise Sainte

La Vierge Marie est comme la perfection de la sainteté de l’Église, sans tache ni ride. Elle est modèle parfait de sainteté, héroïque dans l’exercice de toutes les vertus, « première de cordée ».

Saint Joseph : « le modèle des humbles... pour être de bons et authentiques disciples du Christ, il n'y a pas besoin de "grandes choses": il faut seulement des vertus communes, humaines, simples, mais vraies et authentiques » (St Jean Paul II, exhortation apostolique Redemptoris custos sur Saint Joseph, 15 août 1989).

Saint Jean-Baptiste : que Jésus croisse et que nous diminuions. Que notre « oui » soit « oui », que notre « non » soit « non ». Soyons courageux pour témoigner de la vérité sans peur du martyre.

Les Saints Apôtres : témoins oculaires et serviteurs de la Parole, zèle apostolique et témoignage jusqu’au sang pour garder la Foi, la prêcher sans peur, dans l’espérance et la charité.

La grande cohorte des martyrs : la puissance de Jésus s’est déployée dans leur faiblesse. Leur sang est semence de chrétiens. Quels modèles ! Rien n’a pu les séparer de l’Amour de Jésus.

Les Saints Pères de l’Église : fidélité à l’Évangile et à la « règle de la Foi» = le symbole des Apôtres, tout en développant leur compréhension et en les expliquant à leurs contemporains .

Les Saints Papes, évêques et prêtres : garder courageusement le dépôt révélé, malgré persécutions et crises internes, en étant les témoins fidèles de Jésus, tout à tous et tout à Dieu.

Les Saints Pères du désert, «grands ascètes» : nécessité de la pénitence pour se dépouiller du péché et collaborer au Salut des âmes.

Les Saints docteurs de l’Église : avoir faim et soif de la Sagesse divine puisée dans l’Écriture, développer l’intelligence de la Vérité révélée.

Les Saints fondateurs : Saint Benoît : prier et travailler dans le silence, ne rien préférer au Christ et à la prière ; Saint François et Sainte Claire : l’amour de Jésus crucifié et la confiance absolue en la Providence par la stricte pauvreté évangélique ; Saint Dominique : se donner et tout donner pour le service de la Vérité ; Saint Ignace de Loyola : une armée au service du Christ-Roi en recherchant en tout la plus grande gloire de Dieu ; Saint Vincent de Paul : la charité sans mesure ; Saint François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal : la douceur de l’amour ; Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la Croix : gravir la montagne du Carmel avec la Vierge Marie ; Saint Jean Bosco : le Saint de la joie et des jeunes ; les Fondateurs de notre XXe siècle, non encore béatifiés, dont nos Père et Mère, fondateurs des apôtres de l’Amour pour éduquer les âmes à la ressemblance des Cœurs de Jésus et de Marie.

Les Saints laïcs : Saints Henri et Cunégonde, Saint Louis, roi de France, Saint Étienne de Hongrie, Saintes Élisabeth du Portugal et de Hongrie, Saint Venceslas, Saint Casimir : défenseurs de la justice, généreux dans la charité, constructeurs de la paix, témoins de l’Évangile dans le monde.

Tous les Saints anonymes fêtés à la Toussaint : ils peuvent, tous, nous dire : « Nous sommes Saints grâce au Christ qui, par son Église Sainte, nous a sanctifiés !»

Tous les baptisés sont appelés à la sainteté !

La sainteté n’est pas facultative : Dieu nous appelle tous à être saints. Que voulons-nous choisir : une vie tiède ou une vie de sainteté ? Notre Église a un urgent besoin de saints. N’ayons pas peur d’être des saints, mais ne rêvons pas seulement la sainteté, soyons en vérité saints, vite saints, grands saints.

Nous avons peut-être peur de nous décider pour la sainteté car nous sommes conscients de notre faiblesse. Tous les Saints savaient qu’ils n’étaient rien par eux-mêmes : c’est par Jésus et son Église qu’ils se sont sanctifiés.

Qui s’élève élève l’Église, qui s’abaisse abaisse l’Église : par le Baptême, nous ne nous appartenons plus : nous sommes au Christ. Si nous vivons dans la sainteté, notre vie a un effet sur la mission de l’Église, mais si nous vivons dans le péché, notre vie ralentit, freine ou empêche la mission de l’Église. Désirons la sainteté pour la Gloire de Dieu, le Salut des âmes et la mission de l’Église.

Si vous êtes ce que vous devez être vous mettrez le feu de l’Amour dans le monde. Être ce que nous devons être n’est pas au-dessus de nos forces. L’Esprit Saint nous est donné : laissons-Le agir en nous et désirons ardemment enflammer ce monde au feu de l’Amour divin.

Vivons davantage avec les Anges et les Saints : la contemplation du Ciel fera grandir encore notre espérance : qu’elle est belle la Jérusalem céleste dans la sainteté de ses Anges et de ses Saints ! Vivons comme encordés avec nos amis du Ciel qui peuvent grandement nous aider à triompher du péché et à grandir en sainteté.

Mère Marie-Augusta nous dit : « Vous voudriez être saints ? C'est avec tendresse que Jésus pose son regard sur vos faiblesses ; Satan les exploitera mais ayez confiance ; ouvrez-vous tout de suite et vous trouverez appui et vous ne tomberez pas. Ne croyons pas qu'il soit folie d'espérer et de vouloir être de grands saints. Nous les chéris, les bien-aimés, les privilégiés de Notre-Seigneur, souvenons-nous souvent de cette grave parole : "Il sera plus demandé à celui qui aura plus reçu (cf. Lc 12, 48). C'est pour nous, les choisis, qu'elle a été dite ; alors, attention ! Plus on aime, plus on prie ; la prière, comprenons ce que c'est pour le Cœur divin du Père Céleste. Portons l'attention de notre âme amoureusement fixée sur Jésus (cf. Écrits spirituels du P. de Foucauld, p. 162). Faire la volonté de Dieu, c'est faire sa gloire. Le chemin de sainteté réside dans l'«Ecce». Mais il y aura les assauts du démon : tenons-nous sur nos gardes. Dans l'esprit du Bienheureux de La Colombière, prions le Cœur de Jésus : «Ô Jésus, je sens en moi un grand désir de Te plaire et une grande impuissance d'en venir à bout sans une lumière particulière et le secours que je n'attends que de Toi. C'est à Toi de tout faire, mon Seigneur. Toi seul auras toute gloire de ma sanctification si je me fais sainte. Cela me paraît plus clair que le jour, mais ce sera pour Toi une grande gloire et c'est pour ça seulement que je veux désirer la perfection». N’ayons pas peur d’être des saints !

4) Formation

En ce mois de la mission, nous pourrons reprendre avec profit l’un ou l’autre des enseignements de notre session Jeunes de Toussaint 2019 !

5) Action

Soyons de zélés apôtres du rosaire !

6) Partage

Nous rendons grâce pour la belle journée des vœux de sœurs Gaëtane et Zélie. Nous confions à vos prières le pèlerinage-retraite de nos postulants et novices à Lourdes avant la Toussaint, le pèlerinage des ados, les routes des Guides et Routiers d’Europe. Nous confions aussi à vos prières la préparation de notre Chapitre, qui aura lieu du 18 au 24 janvier 2023. Préparons enfin la grande Fête de Notre-Dame des Neiges. Vivons dans la Foi, l’espérance et la sérénité.

Je vous bénis affectueusement en vous remerciant pour vos prières, votre affection et votre générosité et en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Hélène et de nos frères et sœurs. Notons bien les deux dates de la Fête de Notre-Dame des Neiges : samedi 10 ou samedi 17 décembre 2022. Nous espérons que vous pourrez venir très nombreux prier Notre-Dame des Neiges, qui a beaucoup de grâces à vous donner. Bon mois du rosaire.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Confions à Notre-Dame du Rosaire la reprise du chantier du Site Notre-Dame des Neiges ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2022 : Avec Notre-Dame des Neiges, p...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers