Septembre 2022 : Aimons l'Eglise Une et servons l'unité dans la vérité

"Aimons l'Eglise Une et servons l'unité dans la vérité !"

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Dans notre lettre du 5 août dernier, nous vous écrivions : « La sécheresse de notre terre symbolise une sécheresse plus grave encore : la sécheresse des âmes qui n’obéissent plus à la Loi de Dieu ni à leur conscience ». Nous vous avons invités à prier ardemment la Vierge Marie, le 5, le 15 et le 22 août pour demander notre conversion et celle du monde. Nous vous avons aussi invités à participer à notre grande neuvaine du 15 août au 7 octobre. Nous sommes touchés de constater votre réponse généreuse. Ces 54 jours de neuvaines de rosaires porteront des fruits abondants. Ne baissons pas les bras. Dieu agit puissamment dans des cœurs. Nous l’avons constaté particulièrement, en cet été, avec les enfants, les adolescents, les jeunes et les adultes. Notre Fondateur ne cessait pas de nous dire : patience, persévérance et confiance.

Nos contemporains sont très inquiets en abordant cette rentrée. Nous les comprenons, mais nous voulons encore et toujours témoigner de la joie qui nous vient de Dieu et de l’espérance dont Jésus est le fondement. L’Eglise ne sera pas détruite. La promesse de Jésus est absolue (cf. Mt 16, 18). Mais nous ne pouvons pas ne pas être très inquiets par les demandes de catholiques qui participent au chemin synodal allemand. Il est urgent, pour tous les baptisés, de redécouvrir les quatre Notes de l’Eglise que nous professons, chaque dimanche, dans le Credo de Nicée-Constantinople : « UNE, SAINTE, CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE. » Les consignes de cordée de ces quatre prochains mois vous permettront de méditer sur chacune de ces Notes auxquelles tout baptisé est tenu d’adhérer fermement, car elles font partie de la Foi catholique.

Prière d'introduction

Viens Esprit de saintetéNotre Père... ND des Neiges, St Joseph, Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, Sts Michel, Gabriel et Raphaël, Sts Anges gardiens, Bse Dina, Ste Mère Térésa, St Jean Gabriel, St Grégoire le Grand, St Jean Chrysostome, St Matthieu, St Maurice, St Padre Pio, St Vincent de Paul, Sts Côme et Damien, Ste Thérèse Couderc, St Venceslas, St Jérôme, Bx Frédéric Ozanam, Sts Patrons et saints anges gardiens.

Effort

Être en tout temps et en tout lieu apôtre de l’unité de l’Eglise voulue par Jésus.   

Parole de Dieu

Jn 17, 11-26

« [Ainsi parla Jésus.] « Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.

 Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.

 Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. » (Jn 17, 11-26)

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : discipline de notre langue

Faisons effort en ce mois de septembre pour ne pas systématiquement « critiquer ». Il existe, bien sûr, une critique constructive. On doit être courageux pour imiter St Jean-Baptiste dont nous venons de célébrer liturgiquement le martyre, ce 29 août. Il devait condamner l’adultère d’Hérode. Mais il existe une autre forme de critique qui est destructrice et dont l’Enfer se sert pour diviser l’Eglise. Veillons et prions pour être les courageux et fidèles témoins de Jésus qui prie pour que nous soyons UN.

2) Prévisions : obédiences

Donnons-nous des obédiences en vue de l’unité que Jésus veut et pour laquelle Il continue à prier ardemment son Père : l’unité des esprits dans la vérité et l’union des cœurs dans la charité.

3) Consigne spirituelle : Aimons l'Eglise "Une" et servons l'unité dans la vérité

La première Note de l’Eglise universelle dans le Credo de Nicée-Constantinople est : «UNE».  Mais les chrétiens sont divisés depuis plus de 1000 ans. Aujourd’hui, les divisions entre les membres de l’Eglise catholique s’accroissent gravement. Peut-on encore professer que l’Eglise universelle est UNE ? Oui, nous le pouvons et nous le devons.

a) - L’Église est Une...

- L’Église est Une de par sa source : la  Très Sainte Trinité. Elle est voulue de toute éternité par Dieu le Père, fondée par Jésus et animée par l'Esprit-Saint. L’Église est donc divine tout en étant humaine en ses membres.

- L’Eglise est Une de par son Fondateur : Jésus qui, par sa Croix, nous a réconciliés avec Dieu et unis entre nous, rassemblant dans l'unité les enfants de Dieu dispersés (Jn 11, 51-52 et Eph 2, 14-16). L’Eglise est le Corps mystique du Christ. Saint Augustin  parle de l’Eglise comme du Christ Total.

- L’Eglise est Une de par son âme : l’Esprit-Saint qui infuse la grâce et la charité - qui est le ciment de l’unité - dans l’âme des baptisés. Cet Esprit-Saint est le principe de son Unité. L’Esprit-Saint est comme l’âme du Corps du Christ qu’est l’Eglise.

- L’Eglise est Une de par sa Foi : les douze articles du symbole des Apôtres. Tout baptisé qui veut être dans la pleine communion avec l’Eglise universelle est tenu d’adhérer à tout ce symbole.

- L’Eglise est Une de par son culte : les sept Sacrements institués par Jésus. Luther s’est coupé de la pleine communion avec l’Eglise catholique en rejetant plusieurs de ces sacrements.

L’Eglise est Une de par sa morale : les dix commandements de Dieu. Aucun de ces commandements n’est facultatif. Pour faire notre Salut, nous devons obéir à tous les commandements.

- L’Eglise est Une de par sa communion hiérarchique : le Pape et les évêques unis à lui succèdent à Pierre et au collège des Apôtres. Les 12 ont été institués par Jésus. Personne ne peut changer la Constitution hiérarchique de l’Eglise qui remonte à Jésus.

- L’Eglise est Une de par sa Mère : la Vierge Marie a été déclarée « Mère de l’Église » par Saint Paul VI, au cours du Concile Vatican II. On peut l’appeler aussi « Mère de l’unité ».

- L’Eglise est Une de par sa mission divine : unir les hommes à Dieu, unir les hommes entre eux (LG 1). Cette mission, l’Eglise ne se l’est pas donnée, elle l’a reçue de Jésus.

b) L’unité de l’Église doit imiter et refléter l’UN divin dans la Trinité des Personnes divines.

Le C.E.C. dit que l’unité de l’Église se manifeste dans la richesse de sa diversité. Les Apôtres, en effet, sont bien divers, leurs dons sont variés, les Églises particulières qu’ils ont fondées ne se ressemblent pas du fait, également, des diversités des peuples et des cultures, mais elles ont « un seul Seigneur, une seule Foi, un seul Baptême, un seul Dieu et Père » (Ep 4, 5).

Le C.E.C. préfère utiliser le mot «diversité» plutôt que «pluralisme», qui risque de créer des confusions car, dans notre langue française, le pluralisme signifie : «multiplicité, ce qui n’est pas unique». Les J.M.J. manifestent la merveilleuse diversité de l’Église : jeunes africains, asiatiques, européens, américains, océaniens participant à la même Eucharistie avec le Pape, des évêques et des prêtres.

La diversité de l’Église se révèle aussi dans chaque Église particulière par les divers charismes suscités par l’Esprit-Saint dans les divers états de vie (clercs, laïcs, consacrés) et par les nouvelles communautés et familles religieuses qui concourent à l’unique mission de l’Église. La diversité dans l’unité se manifeste dans l’unité de la Tradition et la diversité des traditions légitimes.

c) L’unité de l’Eglise est indispensable pour réaliser la Mission que Jésus lui confie.

Le Concile Vatican II enseigne : « L'Église est, dans le Christ, en quelque sorte, le sacrement, c'est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain» (LG 1). Pour que l’Église agisse vraiment comme un sacrement qui permettra l’union intime avec Dieu et l’unité du genre humain, il est nécessaire qu’elle vive en vérité le « signe sensible » de l’unité. La division est un «contre-signe», un «scandale», comme le dit Vatican II ; elle freine, ou même empêche cette double mission de l’Église d’unir les hommes à Dieu et de les unir entre eux.

d) Le ministère d’unité du Pape, tel que Jésus l’a voulu et le veut.

Le ministère du Pape, «Serviteur des serviteurs», est un service en vue de l’unité. Le Pape doit être principe perpétuel et visible, et fondement de l’unité qui lie entre eux, soit les évêques, soit la multitude des fidèles (LG 23). Ce service de l’unité est un grand don de Dieu à son Église. Les Papes, malgré les grandes faiblesses de certains, n’ont jamais enseigné d’erreurs en matière de Foi et de morale. Le ministère du Pape a permis à de nombreux évêques persécutés, particulièrement dans les pays marxistes (Pays de l’Est, Chine, Cuba...), de ne pas se laisser inféoder par le pouvoir politique. Par le Magistère universel des Papes, l’Eglise a eu le courage de ne pas se compromettre avec les lois qui ont libéralisé la contraception, l’avortement, le soi-disant mariage homosexuel. Comprenons davantage ce ministère pétrinien au service de l’unité de l’Église et prions chaque jour pour celui qui est le successeur de Pierre, le Rocher, afin qu’il soit serviteur de l’unité dans la vérité.

e) Conciles et synodes pour servir l’unité de l’Eglise.

Le Pape ne peut jamais être séparé du Collège des évêques comme Pierre n’était pas séparé du Collège des 12, dont il avait été constitué «chef» par Jésus. Les évêques, successeurs des Apôtres, exercent, avec le Pape, un «ministère collégial» sur l’Église universelle. Les Conciles «œcuméniques» = universels ont eu une grande importance dans l’Histoire de l’Église. Les grands dogmes sur la Trinité, le Christ, la grâce, les sacrements - définis par ces Conciles - ont permis à l’Église de conserver l’unité dans la Foi, la morale, les sacrements et la communion hiérarchique.

Les Synodes ont permis aux Papes après le Concile Vatican II de mieux exercer leur service d’unité. Ils ne rassemblent pas tous les évêques du monde, comme les Conciles, mais des évêques choisis par leurs pairs. Le Pape peut ainsi, par ces synodes, entendre la voix de toutes les Églises particulières. De très importantes Exhortations apostoliques ont été données par les Papes à la suite des Synodes. Elles portent sur l’évangélisation, la catéchèse, la famille, les laïcs, la mission des prêtres, les religieux... Ces Exhortations apostoliques post-synodales servent vraiment l’unité de l’Église.

f) Unité de l’Eglise et chrétiens divisés.

Notre Église est toujours divisée, mais il existe un grand lien d'unité entre tous les baptisés : le Baptême. A cause de ce lien, St Jean XXIII disait : « Ce qui nous unit est beaucoup plus fort que ce qui nous divise ». Vatican II a donné l’esprit du véritable œcuménisme dans la vérité et la charité. Il faut s'abstenir de toute légèreté, car le projet sacré de Dieu, c’est l'unité de tous les chrétiens dans une seule et unique Église du Christ (C.E.C. 822). «Cette unique Église du Christ est celle que notre Sauveur, après sa résurrection, remit à Pierre pour qu’il en soit le pasteur, qu’il lui confia, à lui et aux autres apôtres, pour la répandre et la diriger... Cette Église comme société constituée et organisée dans le monde subsiste dans l’Église catholique gouvernée par le successeur de Pierre et les évêques qui sont en communion avec lui» (C.E.C. 816 ; LG 8).

g) L’unité de l’Eglise en ce temps de grande tempête et de chemin synodal allemand.

Tous les baptisés doivent prendre au sérieux ce qui est affirmé avec autorité dans la Constitution dogmatique «Lumen Gentium» : «Sont incorporés pleinement à la société qu'est l'Eglise ceux qui, ayant l'Esprit du Christ, acceptent intégralement son organisation et tous les moyens de salut institués en elle, et qui, en outre, grâce aux liens constitués par la profession de foi, les sacrements, le gouvernement ecclésiastique et la communion, sont unis, dans l'ensemble visible de l'Eglise, avec le Christ qui la dirige par le Souverain Pontife et les évêques. L'incorporation à l'Eglise, cependant, n'assure pas le salut pour celui qui, faute de persévérer dans la charité, reste bien "de corps" au sein de l'Eglise, mais non "de cœur". Tous les fils de l'Eglise doivent d'ailleurs se souvenir que la grandeur de leur condition doit être rapportée non à leurs mérites, mais à une grâce spéciale du Christ ; s'ils n'y correspondent pas par la pensée, la parole et l'action, ce n'est pas le salut qu'elle leur vaudra, mais un plus sévère jugement » (LG 14). 

Le chemin synodal allemand ne peut pas contredire cet enseignement de Lumen Gentium. L’idéologie d’inclusion ne peut pas prendre la place de l’ecclésiologie de communion de Vatican II.

h) Servir l’unité dans la vérité et la charité.

Reprenons ce que nous avons dit au début de la consigne de cordée et vivons avec confiance cet adage traditionnel : dans les choses nécessaires unité, dans les choses douteuses liberté, en toutes choses charité. Cet adage nous permettra de vivre la communion dans l’Eglise avec nos frères chrétiens dans la vérité et la charité. Mère Marie-Augusta disait : «Glorifions notre Père Céleste par notre témoignage de fidélité à l'Église et à ses consignes, et par notre rayonnement de l'amour, qui doit nous posséder de plus en plus. Aidons les paroissiens à recevoir les lumières de l'Évangile et de l'Église. Aidons-les à réaliser les consignes d'amour données. Aimons-les ; aidons-les pour fortifier leurs âmes éprouvées par la découverte de la vérité ». Notre Fondateur a beaucoup aimé l’Eglise et l’a servie fidèlement jusqu’à la fin de sa vie, vie entièrement donnée pour l’Eglise.

4) Formation

Nous vous invitons encore - pour mieux comprendre la grave crise actuelle dans l’Eglise - à reprendre l’instruction « Dominus Jesus ». Restons forts dans la Foi et fermes dans l’Espérance. N’acceptons aucune remise en question de la Foi de l’Eglise.

5) Action

Aujourd’hui comme hier, Jésus nous envoie en mission. Ne nous laissons pas bâillonner. Imitons le courage des apôtres : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5, 29). N’ayons pas peur. L’Esprit-Saint nous donnera force et courage. Allons !

6) Partage

Nous vous souhaitons une bonne rentrée et nous vous assurons de nos prières et de notre affection. Nous serons heureux d’accueillir plusieurs d’entre vous à Saint-Pierre pour la profession des vœux perpétuels de Sœurs Gaëtane et Zélie, ce samedi 3 septembre. Nous confions à vos prières les nouvelles vocations de frère et sœurs que nous allons accueillir en ce temps de rentrée.

Je vous bénis affectueusement et je vous assure de la prière et de l’affection de Mère Hélène et de nos sœurs et frères. Merci pour vos prières et votre générosité. Soyons unis. Prions, souffrons, offrons pour l’Eglise et pour son unité. « Qu’ils soient UN pour que le monde croie ! » (Jn 17)

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Dans la confiance que Dieu guide son Œuvre, nous vous remercions pour votre soutien et vos prières indéfectibles pour la poursuite du chantier ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2022 : Avec Notre-Dame des Neiges, p...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers