A chaque jour la pratique d'une vertu !

Publié le par
En parcourant l’Écriture… les Actes des Apôtres

à partir des homélies de Saint Jean Chrysostome !

Voici la rentrée ! Pour renouveler notre zèle à l'aube de cette nouvelle année - que nous voulons être une "année de Renouveau" -  voici un extrait des Homélies de Saint Jean Chrysostome sur les Actes des Apôtres.

Par une cinquantaine d'homélies, Saint Jean Chrysostome commente, exhorte, explique à ses auditeurs ce livre qu'il juge méconnu et pourtant si important.

C'est pour nous l'occasion de découvrir à nouveau la richesse de l'enseignement des Pères de l'Eglise, qui n'a rien perdu de son actualité ! 

Voici donc aujourd'hui des extraits de sa 8ème homélie sur les Actes des Apôtres, où St Jean Chrysostome commente le miracle de la guérison du boiteux à la Belle-Porte et le discours de St Pierre qui s'ensuit, plus affermi encore que son premier discours au Cénacle, grâce à la croissance de sa vertu (Ac III, 1-11). St Jean Chrysostome en profite alors pour prêcher avec fougue à ses fidèles la nécessité de leur conversion pour le Salut de leurs âmes ! 

 

Homélie VIII : la guérison du boiteux à la Belle-Porte et le discours de St Pierre

 

I – L’amitié entre Pierre et Jean, le contexte du miracle

Une étroite amitié unissait les deux apôtres, Pierre et Jean. Aussi voyons-nous que, dans la dernière cène, « Pierre fait signe à Jean », et qu'ils courent tous deux au tombeau. […] Mais observons tout d'abord que les deux apôtres ne montèrent point au temple dans le dessein d'opérer un miracle, car, à l'imitation de leur divin Maître, ils évitaient tout ce qui pouvait tourner à leur avantage. Pourquoi donc vinrent-ils au temple ? Est-ce qu'ils observaient encore le culte mosaïque ? Nullement, mais c'était pour l'édification générale. Nous les voyons en effet opérer un prodige nouveau qui les affermit eux-mêmes dans leur vocation, et qui détermine la conversion d'un grand nombre de disciples. Ce boiteux l'était de naissance, et par conséquent incurable par les moyens ordinaires. Il était âgé de quarante ans, comme on va nous le dire, et depuis quarante ans on n'avait pu le guérir. […]

Du reste tout contribuait à le faire connaître, le lieu où il se tenait, et le genre même de son infirmité. […] Il demandait donc l'aumône, et ne connaissait pas les apôtres auxquels il s'adressait. Voyant Pierre et Jean entrer au temple, il les pria de lui «donner l'aumône. Mais Pierre et Jean le fixèrent, et Pierre lui dit : Regardez-nous ». A ces mots, il ne se lève point, et persiste à leur demander l'aumône. Car telle est la coutume du pauvre, il ne se rebute point d'un premier refus, et renouvelle ses instances. Rougissons donc, nous qui cessons de prier, si le Seigneur ne nous exauce sur-le-champ. Au reste voyez comme Pierre se hâte de lui adresser une parole de bienveillance : « Regardez-nous » lui dit-il. Ainsi s'épanchaient au dehors les dispositions de son âme. Mais celui-ci les regarda attentivement, «espérant en recevoir quelque aumône ». Or, « Pierre dit : Je n'ai ni or, ni argent ; mais ce que j'ai, je te le donne […]. Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche, et l'ayant pris par la main droite, il le souleva ». L'apôtre imita dans cette circonstance le Sauveur Jésus, qui, lui aussi, tendait la main à tous ceux dont la foi était faible et chancelante, pour prouver que ce n'était pas en eux un mouvement spontané. […]

 

II – Pierre opère le miracle de la guérison du boiteux

Cet homme eut à l'instant la conscience de sa guérison. Tout au contraire, un malade guéri après de longues années, en croit à peine une guérison qu'il voit de ses propres yeux. Or, ce boiteux étant guéri, suivit les apôtres et rendit grâces à Dieu. « Il entra avec eux dans le temple », dit saint Luc, « marchant, sautant et louant Dieu ».

Admirez comme il saute de plaisir, et ferme ainsi la bouche à tous les murmures des Juifs. Je croirais aussi que, pour mieux prouver la réalité de sa guérison, il se donnait ces violents mouvements qu'on ne peut feindre. C'était bien ce même homme perclus des deux jambes, et qui ne pouvait se remuer, même pressé par la faim […]. Au reste, il était généralement connu, et c'est ce que dit expressément saint Luc. « Et tout le peuple le vit marcher et louer Dieu. Et tous reconnaissaient que c'était celui-là même qui était assis à la Belle-Porte du temple pour demander l'aumône ».

 

III – Le second discours de Pierre, affermi par la vertu ; de l’importance de la vertu qui fait vaincre les tentations !

 « Et tout le peuple courait vers eux, ce que voyant Pierre, il prit la parole ». Pour la seconde fois le même apôtre agit et parle. Dans le cénacle le prodige de l'universalité des langues lui avait gagné l'attention de ses auditeurs, et dans le temple c'est la guérison de ce boiteux […]. Le premier [discours] fut prononcé dans le cénacle, avant toute conversion et tout miracle ; le second, au contraire, le fut en présence du peuple étonné, du boiteux guéri, et d'une foule qui ne doutait plus, et qui ne disait plus : « Ces gens sont pris de vin ». Observez encore que là Pierre [...] s'exprime avec plus de force et de confiance. Tel est, en effet, le caractère de la vertu ; qu'elle progresse toujours et ne s'arrête jamais. […]

Car, comme dit le proverbe, le zèle engendre le zèle, et la lâcheté, la lâcheté. Le peu de bien que l'on a fait encourage à en faire plus encore, et on le continue avec confiance. Plus on met de bois sur un brasier, et plus il devient ardent. Ainsi plus l'âme se nourrit de pieuses pensées, et plus elle devient invincible à la tentation. Vous faut-il un exemple ? Dans notre cœur naissent, comme des ronces et des épines, le parjure, le mensonge, la dissimulation, la fraude, la malignité, la raillerie, l'injure, la moquerie et les paroles impures et obscènes. D'un autre côté pullulent dans ce même cœur l'avarice, la rapine, l'injustice, l'hypocrisie et la malice. Ajoutez-y encore la concupiscence, l'immodestie, l’impureté, la fornication et l'adultère ; et enfin l'envie, la jalousie, la colère, l'emportement, la haine ; la vengeance, le blasphème et mille autres vices. Si vous triomphez des premiers, vous vaincrez facilement les seconds et même les troisièmes. [...]

 

IV – Grande exhortation du pasteur à ses brebis pour les conduire au Salut

Proposons-nous donc chaque jour la pratique d'une vertu, et commençons par les plus faciles. Renonçons à la mauvaise habitude de jurer, mettons un frein à notre langue et ne prenons jamais en vain le nom du Seigneur. Ici point de dépenses, point de pratiques et nuls efforts pénibles : il suffit de le vouloir et tout est fait ; car c'est une affaire d'habitude. Aussi je vous le demande instamment : sachez vouloir. Si je vous avais annoncé une distribution d'argent, tous, vous vous seriez empressés d'accourir ; et si vous me voyiez dans un péril extrême, vous n'hésiteriez pas à exposer votre vie pour m'en arracher. Eh bien ! aujourd'hui, je suis en proie à une vive douleur, et je souffre tout autant que si j'étais prisonnier, battu de verges ou condamné aux mines. Tendez-moi une main secourable, et réfléchissez à quels dangers vous m'exposez si je ne puis obtenir de vous-mêmes le plus léger acte de vertu ; je dis léger sous le rapport du travail et des efforts. Et en effet, que répondrai-je à ces accusations : Pourquoi n'as-tu pas exhorté et repris ? Pourquoi n'as-tu pas commandé, insisté sur l'obligation et menacé fortement les désobéissants ?

[…] Je ne cherche point ma propre gloire et je n'en veux point d'autre que vos mœurs chrétiennes; mais je cherche votre, salut. Chaque jour je crie, je tonne à vos oreilles, et malgré la véhémence de mes paroles, personne ne m'écoute. Ah ! combien j'ai à craindre qu'au jour du jugement je ne rende compte de ma trop grande indulgence ! C'est pourquoi je vous le déclare à haute et intelligible voix : j'interdis l'entrée de l'église à quiconque se permettra encore de parler le langage de Satan, c'est-à-dire de jurer. [...]

Mais plusieurs, me direz-vous, vont se retirer, choqués de vos paroles. Eh ! ne savez-vous pas « qu'un seul qui fait la volonté de Dieu, vaut mieux que mille impies ». (Eccli. XVI, 3[…] Et, en effet, à quoi sert le nombre ? Voulez-vous connaître combien un saint l'emporte à lui seul sur toute une multitude ? Opposez-lui une armée entière, et vous verrez qui fera de plus grandes choses. Josué, fils de Noun, combattit seul contre les ennemis d'Israël, et il les vainquit, tandis que d'autres chefs succombèrent avec de nombreuses armées. Ainsi, mon cher frère, une multitude qui ne fait pas la volonté de Dieu, est nulle. Sans doute, je désire et je souhaite, même aux dépens de ma vie, que cette Eglise brille par la multitude de ses fidèles, mais de véritables fidèles : et si je ne puis en réunir un grand nombre, je me consolerai par l'excellence du choix. Un seul diamant n'est-il pas plus précieux que mille oboles ? […]

Eh ! quel avantage me procurerait un grand nombre de mauvais chrétiens? Aucun, ou plutôt leur exemple serait pernicieux aux autres. […]

Aussi je le déclare encore une fois à haute voix et du ton le plus sévère : J'éloignerai et j'exclurai de l'église tous ceux qui n'obéiront pas à cet ordre, et tant que je serai assis sur ce trône, je n'admettrai là-dessus aucune excuse. Si l'on m'en fait descendre, je n'aurai plus la responsabilité de votre conduite ; mais aussi longtemps que je serai votre pasteur, je serai ferme et vigilant, moins par la crainte du supplice que par le désir de votre salut. Ah ! que je le souhaite ardemment ! et combien, pour l'obtenir, je me répands en douloureux gémissements ! mais obéissez à votre pasteur, afin que sur la terre et dans le ciel votre obéissance soit magnifiquement récompensée, et que nous obtenions tous les biens éternels, par la grâce et la miséricorde du Fils unique, à qui soient, avec le Père et l'Esprit-Saint, la gloire, l'honneur et l'empire, maintenant, toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 

Source : bibliothèque numérique de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2019 : l'esclavage d'amour
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers