L'ÉGLISE... Maronite

Publié le par

Chaque mois, nous vous présentons la vie de l’Église dans un pays, pour vous ouvrir à sa dimension universelle.

Le 24 novembre, le patriarche Béchara Boutros Raï, patriarche d’Antioche et de tout l'Orient des maronites (Liban) a été créé cardinal par Benoît XVI.

Nous allons donc nous pencher ce mois ci plus particulièrement sur cette Eglise d’Orient: l’Eglise Maronite, l’âme du Liban. Elle doit son nom à St Maroun, un ascète mort vers l’an 410. Au Vème siècle, les maronites étaient fidèles à la Foi du concile de Chalcédoine.

Un siècle plus tard, désirant la fidélité à la Foi chrétienne, ils refusent la «byzantinisation» de leur rite, ainsi que l’hérésie monophysite enseignant que Jésus était seulement Dieu). Au VIIème siècle, c’est l’invasion de l’Islam qui pousse la communauté maronite dans la montagne libanaise, exode qui durera jusqu’au Xème siècle. C’est avec les Croisades qu’ils intensifient leurs relations avec l’Occident mais aussi avec Rome. Malgré des difficultés au cours de l’histoire, les relations avec Rome reprennent et deviennent plus fortes au XVème siècle grâce au régime Ottoman et le soutien des rois de France. Aujourd’hui, l’Eglise maronite compte environ 800 000 fidèles au Liban, mais près de 4 millions sont dispersés à travers le monde, dont 80 000 en France. En cette année de la Foi prions avec eux autour du Siège de Pierre, auquel ils ont toujours désiré rester unis. Que le récent voyage de Benoît XVI les aide à être source de paix dans cette région meurtrie.

Article publié dans In Altum n°34 de novembre 2012

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2019 : mois du Rosaire et de la Missi...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers