Notre confiance est en Dieu, le Vivant !

Publié le par

Homélie du Dimanche 10 novembre

32e Dimanche du Temps Ordinaire

Bien chers amis,

en ce dimanche octave de la Toussaint, nous avons la joie d’accueillir des Foyers avec leurs enfants.

1 - La famille, Gaudium et spes

Comment ne pas parler de l’importance de la famille chrétienne comme première école de sainteté ? St Jean-Paul II, en 1994, avait dit que la famille était gravement menacée, mais il avait aussi prophétisé sur le troisième millénaire, qui serait le millénaire des familles. Ne nous laissons pas aller au pessimisme et au défaitisme en ce temps où, selon sœur Lucie de Fatima, se vit la bataille finale entre le Seigneur et le règne de Satan, bataille finale qui porte sur le mariage et la famille. Notre monde a besoin de réentendre l’évangile de la famille, du bel amour, de la vie, de la vérité et de la miséricorde. En ce temps de grande tempête et des scandales causés par des ministres ordonnés, ne perdons pas confiance en l’Eglise ! Rappelons avec enthousiasme ce que Saint Jean-Paul II avait dit en cette même année 1994 : la Famille est Gaudium et Spes, joie et espérance pour l’Eglise et l’humanité ! La famille, créée par Dieu, ne pourra pas être détruite par l’Enfer. Elle est le seul Sanctuaire de la Vie, voulu par Dieu, pour accueillir, protéger et aimer toute vie dès sa conception, et pour accompagner avec dévouement généreux et amour toute vie jusqu’à son terme naturel.

En la fête de Toussaint, nous avons prié tous les saints du Ciel, connus et inconnus. Beaucoup se sont sanctifiés dans une vie de famille toute simple. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus aimait sa famille. Pour Jésus, elle a eu le courage de la quitter à l’âge de 15 ans pour entrer dans sa nouvelle famille : sa famille religieuse. Elle disait, avec ses sœurs, qu’elle avait eu des parents plus dignes du ciel que de la terre ! L’appel de Jean-Paul II, rappelé par le Pape François, est plus que jamais d’actualité : n’ayez pas peur d’être des saints. Actualisons-le pour cette récollection de foyers : familles chrétiennes, n’ayez pas peur d’être des familles saintes à l’image de la Sainte Famille et à la suite des Saints Louis et Zélie Martin.

2 - Courage de la fidélité

La première lecture de ce dimanche est admirable : les 7 frères, membres du Peuple de Dieu, arrêtés par ordre du tyran Antiochus, ont préféré le martyre au parjure et à la trahison. Nous n’avons pas lu l’intégralité du chapitre 7 du 2e livre des martyrs d’Israël. L’auteur sacré fait l’éloge de la maman des 7 martyrs qui a vu mourir ses 7 fils en l’espace d’un seul jour et qui les a exhortés à être fidèles à Dieu et à sa Loi. Puissent toutes les mamans être fortifiées par le courage héroïque de cette mère et éduquer leurs enfants à la fidélité aux engagements de leur baptême !

Saint Paul, dans la 2e lecture, nous a invités à mettre notre confiance en Dieu. « Tout le monde n’a pas la foi », écrivait-il, mais « le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal ». Nous vivons un temps de combat, mais n’ayons pas peur : Jésus est là et Il sera toujours là avec Notre-Dame des Neiges.

3 - L'espérance de la Résurrection

Dans l’évangile de ce dimanche, les Sadducéens qui ne croient pas en la résurrection pensent avoir trouvé un exemple pour mettre Jésus à l’épreuve. Notre-Seigneur ne se laisse pas piéger. Il fait comprendre à ses contradicteurs que les 7 frères qui ont épousé la même femme, après la mort du dernier époux, ont obéi à la loi de Moïse et qu’il n’y aura aucun problème au temps de la résurrection des morts : à ce moment-là, on ne se mariera plus mais on vivra comme les anges. Le temps de la procréation, en effet, sera terminé. Le nombre des élus sera définitivement accompli. Jésus réaffirme avec autorité la résurrection des morts qui précèdera le Jugement universel. Nos contemporains ont besoin du témoignage des chrétiens : notre vie humaine ne prend pas fin avec notre mort. Cette vie terrestre n’est qu’une préparation à la vie éternelle. Témoignons-en !

4 - Pierre a parlé par la bouche de Léon !

En ce 10 novembre, nous fêtons un très grand Pape : St Léon le Grand. Il n’a pas eu peur de s’avancer devant Attila. Ce dernier a eu peur du Pape et a rebroussé chemin ! Au moment du Concile de Chalcédoine (351), les évêques ont dit : « Pierre a parlé par la bouche de Léon » ! Depuis hier, en la dédicace de la cathédrale du Pape et jusqu’au 18 novembre, en la dédicace des Basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul, nous prierons plus intensément pour le Pape François afin que Saint Pierre l’inspire.

Demandons à la Vierge Marie, en communion avec tous les Saints du Ciel et les âmes du purgatoire, la grâce d’aimer davantage Jésus. Avec Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, redisons avec joie et confiance : Jésus, ma joie, c’est de T’aimer ! Notre monde a besoin de témoins joyeux et enthousiastes de Jésus et de son évangile. Soyons ce que nous devons être pour mettre le Feu de l’Amour divin dans le monde : des Saints !

 

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2019 : pour une année de renouveau
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers