Homélie du jeudi de la troisième semaine de l'avent

Publié le par

Homélie du jeudi 15 décembre 2011.

Nous n’oublions pas que nous sommes aujourd’hui un 15 décembre. Nous avons déjà fêté Notre-Dame des Neiges et rendu grâces à Dieu en ce dernier samedi, mais il n’est pas interdit de continuer notre action de grâce pour tout ce qui nous a été donné par Dieu depuis le 15 décembre 1946 : que de grâces ! Nous nous confierons encore, au cours de cette Messe, à Notre-Dame des Neiges qui a si bien inspiré et guidé nos Père et Mère. Aimons-la toujours davantage et laissons-nous guider maternellement par elle !

Nous avons la grâce, cette année, de pouvoir entendre tous les textes prévus pendant le temps de l’Avent. Noël tombant un dimanche, la quatrième semaine de l’Avent n’est pas écourtée et donc nous pouvons méditer tous les textes de la Liturgie de l’Avent. La prophétie d’Isaïe de ce jour révèle la passion amoureuse de notre Dieu ! Il est vraiment cet Epoux, qui, dans le Cantique des cantiques, recherche l’union amoureuse avec son épouse qu’Il aime à la folie. Cet Epoux passionné est l’Epoux fidèle malgré les infidélités de son épouse : « Un moment je t’avais abandonné, mais dans ma grande miséricorde, je te rassemblerai. Est-ce qu’on rejette la femme de sa jeunesse ? » Ce Dieu passionné d’amour a dû agir avec justice pour le vrai bien de son épouse : sa conversion : « Ma colère avait débordé, un moment je t’avais caché ma face ». Mais Ses entrailles de miséricorde ne Le laissaient pas en repos ! Il ne pouvait pas demeurer irrité : « Je jure de ne plus mettre en colère contre toi et de ne plus te menacer… Mon amour pour toi ne changera pas et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée ». Cette révélation du Cœur de Dieu nous fait découvrir en ce temps de l’Avent que Dieu nous attend avec plus de désir et d’ardeur que nous ne l’attendons ! En redisant : « viens Seigneur Jésus », pensons davantage que Dieu nous supplie d’ouvrir notre cœur : Il lui tarde de venir en notre cœur et dans tous les cœurs des hommes. Il ne se complaît pas dans les châtiments, même s’Il doit savoir les utiliser pour la conversion de ses enfants, Son Grand désir est de nous communiquer son Amour, de nous faire Miséricorde !

L’autre enseignement de cette prophétie concerne le Peuple de Dieu de l’AT mais aussi l’Eglise. Dieu appelle son épouse à se réjouir parce que la femme stérile va avoir beaucoup d’enfants ! Accueillons avec confiance ces paroles prophétiques : « Elargis l’espace de tes tentes… Ta descendance va éclater dans toutes les directions. "

Soulignons aussi ce verset du Psaume : « sa colère est d’un instant, sa bienveillance pour la vie ». Demandons à Notre-Dame des Neiges de faire grandir notre confiance envers un Dieu si Bon ! Ce Dieu si Bon ne peut pas, cependant, nous contraindre à accueillir sa Miséricorde. Nous avons suffisamment parlé de Saint Jean Baptiste, en ces deux derniers dimanches, il n’est donc pas nécessaire de redire ce que l’on a dit, mais je voudrais souligner la dernière phrase de l’évangile de ce jour qui m’a plus particulièrement frappé : « Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas le baptême de Jean, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux ». Saint Luc venait de dire que le Peuple et les publicains, eux, avaient reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean. Méditons tout cela avec un cœur d’enfant, humble et pur. Saint Luc, l’évangéliste de la Miséricorde, veut nous aider à comprendre quelles sont les conditions pour recevoir la miséricorde divine dont parlait Isaïe. Les scribes et les Pharisiens se considéraient comme des parfaits, ils ont dédaigné le baptême de Jean Baptiste, ils n’en avaient pas besoin puisqu’ils n’étaient pas pécheurs ! Qu’ont-ils pensé de Jésus qui est venu « recevoir » ce baptême de Jean ? Il n’est pas étonnant qu’ils se soient opposés à Lui et qu’ils L’aient fait crucifier ! Mais, pour les petits, comme Jean l’évangéliste et les autres apôtres, le baptême de Jean Baptiste a obtenu l’ouverture du cœur au Sauveur. Ils sont devenus les collaborateurs de Jésus et la prophétie d’Isaïe s’est pleinement réalisée pour eux. Non seulement, Jésus les a libérés de l’esclavage de leurs péchés et du démon, mais Il les a fait collaborer à l’œuvre des œuvres qu’est la Rédemption !

Emerveillons-nous et, à notre tour, préparons-nous à cette belle et grande Fête de Noël avec un cœur humble et pur. Désirons ardemment la venue de Jésus en pensant que Lui désire plus ardemment que nous cette nouvelle venue en notre cœur. Pensons qu’Il est cet Epoux passionné d’amour pour chacune de ses épouses ! Demandons à la Vierge Marie la grâce de comprendre l’appel de Dieu en ce jour : « élargis tes tentes ! ». La grâce de la venue de Jésus en notre cœur n’est pas en vue d’une jouissance égoïste. Nous sommes appelés à devenir « mères des âmes » à la suite de la Vierge Marie et de l’Eglise. Dieu demandait à Israël d’élargir ses tentes parce que le Salut ne concernait pas seulement ce petit Peuple élu, aimé d’un amour de prédilection par Dieu. Dieu avait appelé Abraham pour qu’en lui toutes les Nations de la terre soient bénies. Dieu appelle son Epouse, l’Eglise, et en elle, tous les baptisés, à engendrer des âmes pour le Ciel. Soyons généreux pour donner à Dieu la joie de naître en de nombreux cœurs en cette Nuit de Noël. Ainsi l’Eglise aura élargi ses tentes et la civilisation de l’amour s’approchera !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Août 2022 : lettre
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers