La dévotion au Sacré-Coeur n'est pas une dévotion sentimentale...

Publié le par

Homélie pour la solennité du Sacré-Coeur

Vendredi 24 juin 2022

La dévotion au Sacré-Coeur trouve son fondement dans l’Ecriture Sainte

Bien chers frères et sœurs et amis présents en cette église et tous ceux qui nous écoutent par la retransmission,

ce devrait être toujours une très grande joie que de fêter solennellement le Sacré Cœur de Jésus.

N’oublions pas, en cette solennité du Sacré Cœur, de prier pour tous les prêtres du monde. Saint Jean-Paul II a voulu que cette solennité soit la journée de prière pour la sanctification des prêtres. Ce grand Pape avait eu cette intuition : pour le renouveau de l’Eglise et du monde, la sanctification des prêtres est nécessaire. Prions aussi pour la sanctification de tous les consacrés.

Nos Fondateurs ont eu une grande dévotion au Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie. Ils ont reçu le charisme de l’éducation des cœurs à la ressemblance des Cœurs de Jésus et de Marie. Comment pourrions-nous être des apôtres de l’Amour, des éducateurs des cœurs, si nous ne laissions pas éduquer par les Cœurs de Jésus et de Marie ? Seuls les consacrés qui se détermineront avec l’énergie du bel amour à suivre le chemin de la sainteté dans les Cœurs de Jésus et de Marie pourront éduquer en vérité les cœurs à la ressemblance des Cœurs de Jésus et de Marie.

Nous n’oublierons pas, enfin, de prier Jésus pendant notre adoration pour tous les baptisés dont les jeunes qui sont le cœur jeune de l’Eglise. Le renouveau de l’Eglise passe par la sainteté de tous ses membres et plus particulièrement par la sainteté des jeunes. Alors, en contemplant les Cœurs de Jésus et de Marie, bien chers jeunes, n’ayez pas peur de vouloir devenir des saints, de grands saints, vite saints ! Que Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, docteur de la science de l’Amour divin, vous obtienne ces désirs.

Il ne s’agit pas d’orgueil mais de réponse à un commandement de Dieu : Soyez saints parce que Moi, le Seigneur, Je suis Saint ! La solennité de ce jour, c’est un fait, a été demandée par Jésus à Sainte Marguerite Marie.

Mais la dévotion au Cœur de Jésus n’est pas liée à une dévotion privée, elle trouve son fondement dans la Révélation consignée dans l’Ecriture Sainte. Les lectures proposées pour les Messes de cette solennité sur trois ans sont très riches. Elle révèle ce qu’est la vraie dévotion au Sacré Cœur. Il ne s’agit pas d’une dévotion sentimentale mais d’une dévotion dont le Fondement est l’Incarnation rédemptrice du Fils unique de Dieu.

Saint Paul, dans la lettre aux romains que nous venons d’écouter, donne la preuve que Dieu nous aime : le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. La dévotion au Cœur de Jésus trouve bien son fondement dans le mystère de l’Incarnation rédemptrice : Dieu s’est fait homme en Jésus pour que tous les hommes, privés de la grâce de Dieu, puissent être purifiés, sanctifiés, divinisés !

L’Eglise a fait choix en cette année où nous méditons l’évangile selon Saint Luc de cette parabole qui révèle l’Amour du Cœur de Jésus qui est venu en ce monde pour accomplir la Volonté de Son Père : aller à la recherche de la brebis perdue. Jésus, par Saint Luc, nous révèle la joie de Son Cœur : « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ! » Mais pour la retrouver, Il a accepté de mourir pour nous sur la Croix, nous donnant ainsi l’exemple du plus grand Amour. Avec St Paul, redisons à Jésus, dans notre adoration : Tu m’as aimé, Tu T’es livré pour moi !

Dans la première lecture de ce jour, grande prophétie d’Ezéchiel, Dieu nous disait : « C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer ». Dans le chapitre 10 de l’évangile selon Saint Jean, Jésus s’est révélé comme le Bon Berger. Il est vraiment Celui qui vient à la recherche des brebis perdues, qui soigne les brebis blessées, qui encourage les brebis découragées par le combat spirituel, qui donne à ses brebis fidèles force, courage et énergie d’amour et qui aime chacun et chacune d’un amour amoureux.

Benoît XVI n’a pas craint dans son Encyclique Deus Caritas est d’attribuer à Dieu l’amour passion. Jésus, Personne divine du Fils de Dieu, nous aime humainement avec un vrai Cœur humain. C’est ce Cœur que nous vénérons en ce jour, ce Cœur qui est le siège des passions dans le Corps humain de Jésus. Le sujet de tous les actes de Jésus est divin : sa divine Personne de Fils unique, mais cette divine Personne nous aime amoureusement dans et par un Cœur humain. Oui, la dévotion au Cœur de Jésus est enracinée dans le mystère de l’Incarnation. Dieu nous aime dans un Cœur humain. Voilà le grand mystère qui devrait nous enthousiasmer et nous permettre d’aimer amoureusement Jésus, vrai Dieu et vrai homme.

En vidéo !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Août 2022 : lettre
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers