Berger d'Israël, réveille ta vaillance et viens nous sauver !

Publié le par

Homélie pour le 1e Dimanche de l'Avent

Dimanche 29 novembre 2020

Prenez garde, restez éveillés !

En ce dimanche, nous commençons une nouvelle année liturgique qui s’ouvre naturellement par l’Avent, temps de préparation à la venue de Notre Seigneur. Il fait froid sur cette terre ! Actuellement nous vivons spirituellement une ère glacière et de ténèbres. La charité s’est refroidit dans les cœurs à cause de la négation de Dieu et de la rébellion obstinée contre sa loi. La lumière a fait place à la ténèbre à cause de l’endormissement des consciences qui fait appeler bien ce qui est mal. Résistons à cet endormissement. En montagne rien n’est plus dangereux de s’endormir en attendant les secours car alors le froid risque de prendre toutes les parties de notre être ; c’est alors fatal ! C’est pourquoi Jésus nous dit : « Prenez garde, restez éveillés ».

Pour autant, ne cédons pas à la désespérance. Dieu n’abandonne jamais l’homme. Les circonstances actuelles nous poussent à désirer encore plus fortement la venue de Notre Seigneur. Avec Isaïe nous voulons crier : « Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ? Reviens, à cause de tes serviteurs, des tribus de ton héritage. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées devant ta face » (Is 63).

Dieu a déjà déchiré les Cieux lors de l’avènement du Christ dans la chair. Lorsqu’Il s’est penché sur son humble servante Marie pour lui demander d’être la Mère du Sauveur. Ce fut un avènement humble et caché. C’est le mystère de Noël, le mystère de l’Enfant Dieu qui naît dans la pauvreté de crèche et que le miracle de la liturgie va actualiser dans 4 semaines. Il est venu dans le passé, premier avènement.

Il vient dans le présent, second avènement ; c’est l’avènement du Christ dans nos cœurs. L’Eglise comme une mère supplie chaque année en ce temps de l’Avent pour qu’elle soit visitée par l’Époux divin dans sa hiérarchie mais aussi dans tous ses enfants qu’ils soient bien portant, malades ou même spirituellement mort car Dieu est assez puissant peut redonner vie aux ossements desséchés. Avec l’Eglise avec les saints et la Vierge-Marie, supplions pendant ce temps de l’Avent pour qu’une nouvelle naissance s’accomplisse dans le cœur de ses enfants. Cet avènement de Jésus dans âmes dépend de nos libertés. N’ayons pas peur d’ouvrir nos portes au Rédempteur, c’est un avènement de grâce, plein d’amour. Il nous rend justes par sa grâce.

Pendant l’Avent, le violet est déployé comme couleur liturgique afin d’avertir les yeux du peuple chrétien du sérieux de ce temps. Don Guéranger disait que par cette couleur l’Eglise s’unit aux vrais Israélites qui attendaient le Messie sous la cendre et le cilice. Même si l’Avent n’est plus un temps de pénitence à proprement parlé, il est un temps de gravité, de tension suppliante où l’on fait effort pour couper les liens du péché, de notre orgueil et notre égoïsme qui empêche l’Époux de venir en nos âmes. Il peut-être bon de commencer l’Avent par une bonne confession et de prendre de petits moyens concrets pour réformer nos vies.

Nous avons dit que le Seigneur est venu dans le passé, qu’Il vient dans le présent. Enfin Il viendra dans le futur. Ce troisième et dernier avènement, nous ne devons pas l’oublier. Il sera éclatant et terrible. Ce sera un avènement de jugement qui récompensera la sainteté et la couronnera et qui rejettera le péché. L’Eglise s’inquiète de ce que plusieurs de ses enfants seront à la gauche du juge pour être jetés dans l’étang de la seconde mort à cause de leurs œuvres. C’est pourquoi l’Eglise nous rappelle l’avènement dernier du Christ comme un avènement terrible et qu’aujourd’hui elle nous a fait entendre les paroles de Jésus à ses disciples disant de prendre garde et de rester éveillés car le maître de la maison vient à l’improviste ; il ne faudrait pas qu’il nous trouve endormis ! Jésus insiste encore en disant « Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! » Mc 13.

Alors veillons en nous prosternant devant l’Eucharistie le soleil de nos vies.

Veillons aussi avec la Vierge Marie. Comme le faisait remarquer Benoît XVI, Marie « incarne parfaitement l’esprit de l’Avent, fait d’écoute de Dieu, de désir profond de faire sa volonté, de service joyeux au prochain. Laissons-nous guider par elle, afin que le Dieu qui vient ne nous trouve pas fermés ou distraits, mais puisse, en chacun de nous, étendre un peu son règne d’amour, de justice et de paix ».

Par ce temps de l’Avent, entrons dans cette joyeuse Espérance car Il vient bientôt le Seigneur notre Sauveur. Oui, « Berger d’Israël, écoute, resplendis au-dessus des Kéroubim ! Réveille ta vaillance et viens nous sauver ! » Ps 79.

En vidéo !

Le petit mot de Père Bernard

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Janvier 2021 : Année du courage et de la fidé...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers