In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Luttes spirituelles contre les épidémies dans l'histoire

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 116)

pourquoi le pape François a t il embrassé le crucifix de Saint Marcello....?

En cette période où nous devons suivre les consignes d’hygiène afin de faire barrage à la propagation du coronavirus, il est bon de se rappeler que, dans les siècles passés, il a fallu, avec des moyens beaucoup moins sophistiqués, lutter du mieux possible contre des fléaux comme la peste, le choléra ou autres. Souvenons-nous aujourd’hui des moyens spirituels utilisés alors, pour nous stimuler à implorer Dieu avec force et confiance !

Les premières processions

À la fin du VIe siècle, la peste se faisant de plus en plus destructrice, le pape saint Grégoire le Grand invita les fidèles à conjurer le fléau par un grand acte de pénitence. Il organisa sept processions suppliantes se rejoignant à Sainte Marie-Majeure et les renouvela trois jours durant. Saint Grégoire fit vénérer l’image de la Mère de Dieu peinte par saint Luc puis, les jours suivants, la porta à travers Rome, vers la basilique Saint-Pierre.

Le premier jour, quatre-vingt personnes moururent pendant la procession, nommée litanie septiforme. Arrivés à la hauteur du mausolée d’Hadrien, tous perçurent les accents d’un chœur angélique qui chantait : « Réjouissez-vous, Reine du ciel, alléluia ! » À quoi saint Grégoire répondit : « Car celui qu’il vous fut donné de porter est ressuscité comme il l’avait dit, alléluia ! » Puis il s’écria, imité par la foule : « Priez pour nous, sainte Mère de Dieu, alléluia ! » L’archange saint Michel apparut alors au sommet de l’édifice, (appelé depuis lors château Saint-Ange. Cf. photo ci contre) et remit son épée au fourreau. Dès lors, la peste cessa et l’Église s’enrichit d’une hymne à la Sainte Vierge, le Regina cæli. Ce fut la première procession de l’Histoire !

« Ô Croix, Salut du monde, nous t’acclamons ! »

C’est bien la Croix miraculeuse de l’église San Marcello al Corso qui sauva la Ville éternelle au XVIe siècle (photo ci contre)… L’édifice religieux s’enflamma en 1519 et au milieu des cendres restantes, la Croix subsistait, intacte. Ce Crucifix, qualifié par les spécialistes comme « le plus réaliste de Rome » est donc bien miraculeux…

Trois ans plus tard, Rome fut frappée par la « Grande Peste ». Le Crucifix fut alors porté en procession dans les rues de Rome vers la basilique Saint-Pierre pendant seize jours malgré les interdictions des autorités. Au fur et à mesure du trajet, la peste régressait et chaque quartier essayait de conserver le Crucifix le plus longtemps possible. À la fin, lorsqu’il fut ramené à l'église Saint-Marcel, la peste avait complètement cessé. Reconnaissants, les Romains instituèrent la tradition de reparcourir le trajet au cours de l’Année sainte. Certains, en souvenir de cela, se rassemblent tous les vendredis soirs pour prier. Ce dimanche 15 mars, le Pape lui-même est venu supplier le Ciel au pied de cette Croix pour l’arrêt de l’épidémie et le retour de Dieu dans le cœur des hommes.

Soyons déterminés à user et abuser de moyens surnaturels pour réagir face au coronavirus et entraînons-y nos semblables !

 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2020 : le Ciel, notre patrie
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers