In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Sainte Madeleine Sophie Barat (2/2)

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 119)

Suite de notre présentation de cette Sainte trop méconnue

Toute dévouée au Sacré-Cœur, Sainte Madeleine-Sophie arrive à une profonde union et ressemblance avec Jésus doux et humble de cœur, et se fait son apôtre. Elle ne pense qu'à Lui, ne parle que de Lui, n'agit que par Lui, ne se plaît qu'avec Lui. Elle porte la joie du Ciel dans son regard et la miséricorde repose dans ses mains. On dirait en vérité que le Cœur de Jésus a passé en elle. Même les agneaux connus  pour ne pas quitter leur mère la suivent. L'un d'eux fait un jour son entrée dans la chapelle et va se coucher aux pieds de la Mère générale ! Émoi des sœurs. Mais notre sainte calmement se lève et, aussitôt suivie, le met délicatement à la porte.

Elle a un don exceptionnel de relation avec les humains, s’intéressant à chacun, écoutant avec attention et sympathie. On ne la quitte pas sans se sentir compris et réconforté. Avec simplicité, elle reçoit aussi bien les dignitaires, les princesses, que les simples artisans, les religieuses, les élèves, les pauvres en qui elle reconnaît Jésus lui-même : l’un d’eux, auquel elle a fait donner de quoi s'acheter des chaussures, revient les lui faire admirer. Et elle les tourne et retourne vraiment heureuse. Ayant fait une remarque à la sœur de la porterie, celle-ci lui demande ce qu'elle ferait à sa place. La Mère répond en se prenant la tête à deux mains : « Moi ? Je ruinerais la communauté. Le Bon Dieu le sait bien ; c'est pourquoi Il ne veut pas de moi à la porterie ! »

« J'ai deux passions, dit-elle, Jésus et les enfants ! » Même dans sa vieillesse elle garde contact avec eux et c'est à eux qu'elle annonce sa mort pour l'Ascension, en leur disant : « Jeudi, on monte au Ciel ! » Ils le comprennent ce jeudi 25 mai 1865.

Elle tire son amour des âmes dans la prière, à laquelle elle consacre jusqu'à sept heures, de jour ou de nuit. Elle n'en parle pas mais souvent elle est toute prise par Jésus, en extase. Ainsi, le jour de ses vœux, le 7 juin 1802, on doit la chercher pour aller à la chapelle et on la trouve assise dans la cour sous un noisetier. Il faut attendre avant de pouvoir l'emmener, radieuse et embrasée. C'est devant le Saint Sacrement qu'on peut presque tous les jours la surprendre absorbée en Dieu. Rien ne peut l’en distraire. Dommage qu'elle n’ait pas eu un confesseur qui lui ait donné l’ordre d'écrire les communications divines ! Par sa seule présence, elle répand l'amour ardent du Sacré-Cœur qui rayonne d'elle. S’il lui arrive d'aller au noviciat ou visiter une sœur malade en sortant de sa prière, les sœurs la voient toute enflammée. Elles accueillent alors ses paroles comme venant de Jésus Lui-même.

Sainte Madeleine-Sophie est peu connue car elle a mis constamment plus de soin à se cacher que d'autres à se montrer. En effet, c'est son humilité qui la caractérise le plus. Le démon, parlant à une de ses filles, dira après sa mort qu'il ne pouvait rien contre elle : elle était trop humble ! Béatifiée en 1908, on retrouva son corps intact et assez flexible. Elle a été canonisée en 1925.

 

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Novembre 2020 : le Ciel, notre patrie
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers