In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Geneviève de Lalain-Chomel (1875-1956) 1ère partie

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 142)

fondatrice du « Chapelet des enfants »

Sans doute avez-vous tous eu un jour entre les mains une image de neuvaine pour préparer la grande fête de l’Immaculée Conception. Peut-être avez-vous cherché qui en était l’auteur et avez-vous lu tout en bas du verso, en tout petit, le nom de l’association : « Le chapelet des enfants ». Mais savez-vous que cette association et cette image sont nées de l’initiative d’une jeune fille pleine de zèle : Geneviève de Lalain-Chomel ?

 

Geneviève habitait le petit village de Misery, dans le diocèse d’Amiens. Elle rendait chaque jour visite au St Sacrement, toute désolée de l’indifférence religieuse dans sa paroisse et se demandant ce qu’elle pourrait bien faire pour y remédier. « Un jour [de 1902] Jésus permit que ma visite coïncidât avec la sortie des enfants de l’école. Une petite tête curieuse apparut dans l’entrebâillement de la porte, puis deux, puis trois. Je demandais aux petits curieux de se mettre à genoux et de réciter avec moi le ‘Je vous salue Marie.’ Le lendemain, je revins voir Jésus à la même heure, laissant la porte de l’église entrouverte. Cette fois presque tous les enfants entrèrent, l’église se trouvant tout près de l’école. Le troisième jour, ils y étaient tous. L’Ave Maria fut bientôt remplacé par une dizaine de chapelet. Jeudi et dimanche, les petits, conservant l’habitude de la semaine, vinrent aussi. Pendant les vacances, beaucoup d’enfants vont aux champs. Nous fûmes moins nombreux. Parfois j’étais seule avec une petite infirme et des bébés, mais alors nous récitions le chapelet entier pour compenser. »

 

Geneviève leur proposa de dire une deuxième dizaine chez eux et d’y inviter leurs parents. Au bout de quelques années, « toutes les familles où le chapelet avait été récité en commun se convertirent les unes après les autres » et toute la paroisse devint un modèle de ferveur.

 

En 1925, Geneviève reçut sa mission par son père spirituel, le père Voinot, rédemptoriste : « Mon enfant, je crois que l’heure est venue pour vous de réaliser le projet que vous mûrissez depuis si longtemps. La deuxième Internationale de Moscou a décidé de se servir des enfants, dont on ne se méfie pas, pour répandre par le tract ses funestes doctrines. Nous, chrétiens, nous répondrons en lançant les enfants par groupes à l’assaut du trône de Marie, armés de leurs chapelets. Vous vous consacrerez entièrement, temps, forces, fortune, à susciter à travers la France des apôtres pour organiser dans les paroisses la dizaine de chapelet des enfants. Pour cela vous ferez connaître en toute simplicité les événements providentiels de Misery. »

 

Dès 1926 vint l’approbation de Pie XI, et entre 1926 et 1933 celle de tous les diocèses de France. Des milliers d’enfants vinrent aux rassemblements annuels de Paris et de Reims. Aujourd’hui, l’œuvre ne demande qu’à refleurir. Certainement Geneviève intercède au Ciel à cette intention. Mais au fait, qui est-elle ?

À suivre...

 Crédit photo :

https://flickr.com/photos/bibliomab/8144669156/in/photostream/

Par Léo Mabmacien

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2022 : Ayons confiance en l'Eglise Sa...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers