In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Sonnez les matines...

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 15)

Les cloches, qui font partie de notre vie, ne servent-elles qu’à réveiller les gens qui dorment ? Ou ont-elles une mission plus… spirituelle ?

Vous voyez où nous voulons en venir : quelle est la réelle et profonde signification de la volée dominicale ? En effet, comment aborder la liturgie de la messe, sans parler de ce qui l’annonce ? Avant tout, soyons francs, l’origine n’est autre qu’une question d’horaire afin de prévenir les chrétiens que le moment le plus important de leur semaine allait commencer. De nos jours, où chacun porte à son poignet le nécessaire (bien que selon les régions cela ne soit pas toujours assez efficace), les cloches ne sont plus seulement un appel à quitter sa maison.            Dieu nous appelle A travers elles, d’une certaine façon, c’est l’Église, c’est Dieu, qui appelle tous ses enfants à venir se recueillir et offrir le Saint Sacrifice de la Messe qui nous comblera de force et de grâce pour notre semaine. Cependant, nous pouvons aussi les sonner pour la liturgie des heures. Ici à Saint Pierre, par exemple, nous sonnons la grosse cloche pour annoncer la messe du Dimanche, et la petite pour l’office des Vêpres. Mais pour les messes solennelles, c’est le clocher en chœur qui a la joie de transmettre l’événement. Cependant, les cloches ne sont pas utilisées seulement pour cet office. Elles peuvent aussi transmettre les moments de tristesse qui marquent l’Église. Ainsi, lorsqu’une personne décède, nos amies annoncent au village, par un rythme triste, que nous appelons « le glas », qu’une personne vient de vivre sa Pâque. Pour notre bien aimé Pape Jean Paul II, beaucoup d’églises avaient sonné le glas. Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué qu’entre La Sainte Cène, le Jeudi Saint, et la Vigile pascale, les cloches ne sonnent que pour les heures, tandis qu’elles se taisent en ce qui concerne la liturgie car elle pleurent avec nous la passion de notre Seigneur et Sauveur. Ceci dit, ne nous arrêtons pas sur cette note de tristesse, les fidèles de Quasimodo savent très bien nous annoncer une joie, et même plusieurs sortes de joies. Vous vous rappelez tous l’élection de Benoît XVI, lorsque le gros bourdon de Saint Pierre de Rome a fait entendre sa grave voix accompagnée de toutes ses petites sœurs qui, elles aussi s’en donnaient à cœur joie. Et ce n’est pas tout, si vous repensez au Triduum, ne vous rappelez-vous pas le Gloria du Jeudi Saint et du Jours de Pâques ? A ce moment tout le monde s’y met : les cloches et les clochettes ; vous demanderez aux servants d’autel, eux ils s’en rappellent… Nous venons de mentionner les clochettes, il est intéressant de savoir quel est leur rôle. Nous pouvons en remarquer deux : nous recentrer sur le sacré, avec l’épiclèse, où les prêtres invoquent l’Esprit Saint sur les offrandes et lors de la Consécration, deuxième, quant à lui rejoint celui des cloches pour nous faire participer à la joie du Ciel, comme au Gloria de Pâques, ou au Sanctus de la Messe. Maintenant que vous savez pourquoi les cloches sonnent, il ne reste plus qu’à rentrer dans l’église et à chercher à comprendre ce qui s’y passe. Mais on commencera le mois prochain…

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2020 : En ce prochain Noël, viens Jé...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers