In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Mais qu’est-ce donc que ce gaz de schiste ?

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 46)

Non au Gaz de Schiste ! De plus en plus, nous voyons cette revendication au bord des routes de France, mais qu’est-ce donc que ce gaz de schiste ?

 La  définition

Le gaz de schiste tire son nom de la roche poreuse et imperméable dans lequel il est prisonnier.  Enfouies entre 2000 et 3 000 mètres de profondeur, ces roches abritent du gaz par effet de transformation des matières organique dû à la pression et à la haute température souterraine. Le gaz de schiste est, comme le gaz naturel, principalement composé de méthane (CH4) mais, contrairement à ce dernier lorsqu'il se trouve enfermé dans des gisements dits « conventionnels », il n’est pas exploitable facilement.

 La problématique

Ce qui pose le plus de problèmes dans l’extraction de ce gaz c’est qu’il est justement enfermé dans la roche. Pour le libérer, les ingénieurs ont inventé le système de fracturation hydraulique. Plusieurs forages sont effectués jusqu’à ce que la couche de schiste soit atteinte après quoi on fore horizontalement au sein de la couche rocheuse. Pour ce faire, une quantité phénoménale d’eau (jusqu’à 15 millions de litres) mélangée à du sable et des additifs chimiques est injectée. Sous la très forte pression, la roche se fissure et libère le gaz.

Les enjeux

Si la technique est maîtrisée depuis des décennies, elle n’a, pendant longtemps, pas été utilisée à grande échelle. L’augmentation des prix du gaz naturel, la demande croissante en hydrocarbures et, notamment, en pétrole ainsi que la volonté de s’affranchir de la suprématie russe, premier exportateur mondial, rendent le gaz de schiste attractif. Les Etats-Unis se sont lancés depuis le milieu des années 2000 dans une exploitation à grande échelle. Pourtant les bénéfices espérés sont mis à mal par de graves problèmes de pollution inhérents à la fracture hydraulique. En effet, ce système est très polluant puisqu'une partie non négligeable du liquide de fracturation reste dans le sous-sol et menace d’infiltrer les nappes phréatiques. Les millions de mètres cubes d’eau utilisés dans les différents puits utilisent une ressource rare dans certaines régions. Enfin, il semblerait que le système de fracture hydraulique puisse causer des tremblements de terre.

La position de la France

C’est pourquoi la France se refuse toujours à exploiter les réserves de gaz de schiste présentes dans son sous-sol. Depuis le 13 juillet 2011, un moratoire sur la technique de fracturation hydraulique est en vigueur pour l'intégralité du territoire français ; étant la seule technique utilisable aujourd'hui pour extraire cette ressource, ce moratoire en interdit toute exploitation. Cependant, si des techniques non polluantes sont développées (méthode hydraulique sans additifs toxiques, fissuration de la roche-mère à l’aide de procédés acoustiques ou thermiques…) les autorités françaises pourraient revenir sur leur position. schiste : roche sédimentaire déposée à l'origine sous forme d'argile et de limon. D'apparence semblable à celle de l'ardoise d'un tableau noir, le schiste est la roche sédimentaire la plus répandue sur la planète.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers