In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Mgr Von Galen (1878-1944) Le lion de Munster qui fit rugir Hitler...

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 56)

Le Bx Clemens August von Galen est né en 1878 dans une famille chrétienne. Après un voyage à Rome et une audience avec Léon XIII, il décide d’être prêtre. Ordonné en 1904, il est envoyé à Berlin. Il puise sur ses revenus personnels pour secourir les familles touchées par la crise financière de 1923 : «Il me serait vraiment inutile qu’il me reste encore des biens après ma mort !». En 1933, il est sacré évêque de Münster. Sa devise épiscopale résume bien sa vie : «Nec laudibus, nec timore : Ni la louange, ni la crainte des hommes ne m’empêcheront de transmettre la vérité révélée, de distinguer entre la justice et l’injustice, les bonnes actions et les mauvaises ni de donner avis et avertissements chaque fois que cela sera nécessaire. » Dès 1934, il condamne un ouvrage de Rosenberg qui exalte la race et la culture allemande comme supérieure. Il exhorte à la fidélité à l’Eglise. Les Nazis font une campagne contre lui mais tous les diocésains font bloc derrière leur évêque. Mgr von Galen se bat encore pour le maintien des crucifix et des cours de religion à l’école : sermons, pétitions, prières. Le préfet de la région est obligé de retirer la mesure projetée par crainte de plus grands troubles. Mgr von Galen participe à la rédaction de l’encyclique de Pie XII « Mit brennender Sorge » qui condamne le nazisme. Il la fait imprimer, lire en chaire et distribuer dans toutes les paroisses du diocèse, prenant de vitesse la Gestapo. Il prononce aussi en chaire 3 sermons importants qui auront un retentissement mondial et seront distribués jusqu’aux 1e lignes du front. Il y condamne courageusement l’exclusion des religieux, l’élaboration d’une culture sans Dieu et l’euthanasie des malades mentaux. « Soyons comme l’enclume qui reçoit les coups de marteaux mais reste inébranlable. Elle dure d’ailleurs plus longtemps que le marteau. » « S’il est autorisé de tuer celui qui est improductif, malheur à nous tous quand nous serons vieux et séniles ! Aucun homme ne sera en sûreté ! » Mgr von Galen ne se contente pas de prêcher, il va voir les autorités locales et la police, téléphone, écrit. Hitler devra renoncer à son plan T4, l’euthanasie des personnes handicapées. Un jour, on vient l’arrêter. Il demande à se changer et revient vêtu de ses habits épiscopaux avec sa mitre et sa crosse. L’arrestation n’eut pas lieu. Hitler voulut le pendre mais différa son exécution après la guerre à cause de son grand impact sur le peuple. Les Nazi se vengent en arrêtant une quarantaine de prêtres et religieux du diocèse de Münster. Dix moururent en camp de concentration. Pendant l’occupation alliée, Mgr von Galen se dépensa sans compter et multiplia les démarches auprès des autorités impassibles pour secourir le peuple allemand très éprouvé par le manque de logement, de nourriture, l’insécurité. Ce grand patriote lui redonna courage en affirmant haut et fort qu’Allemand ne veut pas dire Nazi. Pour le remercier de son courage pendant la guerre, Pie XII le créa cardinal. Mgr von Galen mourut peu après en 1946 des suites d’une péritonite.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers