In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

2014-2015 : Deux synodes sur la famille-Comprendre l’enjeu à la lumière de l’enseignement de l’Église - Familiaris Consortio (3)

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 64)

Cliquez ici pour lire la 1ère partie - la 2ème partie

Familiaris Consortio (3) Jean-Paul II, 22 novembre 1981

Jean Paul II a répondu à beaucoup de questions d’ordre pastoral : Peut-on marier à l’Eglise des baptisés qui n’ont pratiquement pas la foi ? Si un homme et une femme veulent un vrai mariage (indissoluble et ouvert à la vie), c’est de fait une obéissance à Dieu créateur du mariage, et cela ne peut exister sans l’aide de la grâce. On peut donc les marier. Mais s’ils refusent explicitement la nature du mariage (indissoluble et ouvert à la vie), on ne peut les marier. Il faut alors leur faire comprendre que ce sont eux-mêmes qui empêchent la célébration d’un mariage que, de fait, ils ne veulent pas ! Quelle attitude avoir avec les couples non mariés ? On aura à cœur de les éclairer patiemment et avec charité, en montrant qu’un mariage à l’essai n’est pas conforme à la dignité humaine : on n’a pas d’enfant à l’essai, on ne s’aime pas à l’essai. On s’efforcera de conduire ces personnes jusqu’à un vrai mariage. Des époux légitiment mariés peuvent-ils se séparer ? La séparation ne peut être envisagée qu’après avoir tenté tout ce qui est raisonnablement possible pour l’éviter. Si la séparation a eu lieu, on doit apporter compréhension et amour pour aider à demeurer fidèle au mariage qui continue d’exister. On aidera même à cultiver le pardon pour rester disponible à une éventuelle reprise de la vie conjugale. Et qu’en est-il des divorcés remariés ? Avec charité on veillera à ce qu’ils ne se sentent pas séparés de l’Eglise. On les invitera à persévérer dans la prière, dans les œuvres de charité et à éduquer leurs enfants dans la foi. Cependant, leur situation étant en contradiction objective avec la volonté du Christ, on ne peut les admettre à la communion. De même la réception du sacrement de pénitence, qui ouvrirait la voie à la communion, n’est possible qu’avec l’engagement à vivre en complète continence. L’Eglise croit que les divorcés remariés pourront obtenir la grâce de la conversion et du salut s’ils persévèrent dans la prière, la pénitence et la charité. Quelle espérance forte apporte le Pape Jean Paul II ? Il affirme sans hésiter : « L’avenir de l’humanité passe par la famille ! » L’Eglise connaît la route qui conduit la famille à sa vérité profonde. Elle l’a apprise du Christ et elle ressent l’exigence de la proposer à tous avec une confiance et espérance très grandes.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Décembre 2020 : En ce prochain Noël, viens Jé...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers