In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Loué sois-tu pour Frère lapins !

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 64)

Après l'épopée de "Pilou", la pie apprivoisée de Saint Pierre, une nouvelle aventure a commencée depuis le mois de janvier avec une lapine qui nous a été donnée… !

Après un temps d'adaptation à la vie communautaire, nous l'avons fait rencontrer avec un lapin de nos voisins ; les animaux, eux, ne sont pas "empoisonnés" par l'idéologie du "gender", et ne se posent pas mille questions ! Comme nous dit le livre de l'Ecclésiastique, "Toutes les choses vont par paire…" (Si 42, 24).  Notre lapine est retournée ensuite sagement dans son clapier et un mois plus tard, le jour de la Solennité de St Joseph, le 19 mars, la gestation durant en effet environs 30 jours, 8 petits lapereaux sont nés !  Malheureusement deux  n’ont pas survécu. En général, une portée est composée de 5 à 9 lapereaux et il est rare qu’aucun ne meurent dans les premiers jours. A l’approche de la naissance, la lapine s’arrachait les poils ; non qu’elle était stressée (pourtant ça peut arriver même chez les lapins, nous y reviendrons dans quelques lignes), mais elle préparait un « nid » bien douillet pour accueillir sa portée. Il était beau d’observer la mère protéger sa progéniture, elle les recouvre de ses poils, et ne laisse personne s’approcher d’elle. Strictement, nous ne devrions pas toucher les lapereaux avant qu’ils ne soient sevrés, c’est-à-dire pendant un mois et demi à deux. Mais vous pensez bien qu’il y a des exceptions et que la mère peut être plus docile et moins « couveuse » ! Ici, nous n’avons pas attendu 2 mois pour caresser les lapereaux ! Cette espèce se multiplie très rapidement, une fois que les lapereaux sont sevrés, la femelle peut à nouveau s'accoupler et donner donc une portée un mois plus tard. Pour "notre" lapine, nous nous limitons à 2 portées par ans, sinon elle mourrait d'épuisement… Les lapins, qu'ils soient sauvages ou domestiques, sont herbivores, mais très fragiles, ils ne peuvent pas manger n’importe quoi. Attention au Laurier palme, c'est du poison pour eux. Les Frères, qui ont la charge de la famille Lapin, viennent s’approvisionner auprès des Sœurs où les épluchages vont bon train, mais il faut laisser les épluchures sécher avant de les leur donner, et éviter ce qui est trop frais. Nous avons pu observer qu'ils ne pensent qu'à manger et lorsqu'on les pose sur la pelouse… ils mangent ! Rien d'étonnant que leur croissance soit fulgurante ! Nous parlions ci-dessus du stress possible… Nos Frères, revenant de travaux dans une des maisons, retrouvèrent un jour la lapine complètement affolée et angoissée ! Pauvre bête ! Après avoir cherché la cause, sans l'aide d'un psychologue pour animaux, rassurez-vous, ils ont fait le rapprochement avec une fouine qui rode autour de cette maison, et leurs habits étaient donc imprégnés de son odeur ! Quel flair et quel instinct ont les lapins, c'est encore un signe de la perfection de la création de Notre Dieu ! En ce qui concerne les lapins sauvages, ils sont grégaires, c'est-à-dire qu'ils vivent en groupe, ont pour zone d'habitat des endroits peu boisés et creusent de nombreux terriers, un adulte pèse environ 2kg. Le Lièvre, quant à lui, pèse 3.5kg à l'âge adulte, il est beaucoup plus grand qu'un lapin, il est repérable à ses très longues oreilles et se déplace en courant en sorte de grand galop. Vous constatez qu'à Saint-Pierre-de-Colombier on ne s'ennuie pas et on s'intéresse même aux lapins, qui sont devenus un nouveau point d'attraction particulièrement pour les enfants, et même pour l'apostolat !

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Juillet 2020 : servir Jésus et l'Eglise
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers