In Altum

Mensuel catholique gratuit
pour les jeunes et toute la famille
(à partir de 13 ans) !

Notre Dame, Reine de France, sauvez notre Pays

Publié le dans la rubrique (In Altum n° 75)

La France appartient à la Vierge Marie qui en est la patronne et la protectrice principale.

En 1636, Jésus demande à Mère Anne-Marie que la France lui soit consacrée. Il lui dit : «Je veux que le Roi fasse honorer ma Mère en son royaume à la manière que je lui ferai connaître ; je rendrai son royaume, par l’intercession de ma Mère, la plus heureuse patrie qui soit au ciel ». Par conséquent, le 10 février 1638, Louis XIII publie l'Edit officiel qui consacre solennellement la France à Marie pour obtenir « une bonne paix », et la fidélité du peuple français au service de Dieu. Nul autre motif, pas même le désir d’avoir un héritier du trône, n’est contenu dans la Déclaration royale : « A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets. » Le Roi forme le vœu solennel et perpétuel de renouveler tous les ans cette consécration le jour de la fête de l’Assomption, pour que, par le secours de ce puissant patronage, « la France soit toujours sauvegardée et que le Dieu très bon et très grand soit tellement honoré dans ce culte que souverains et sujets puissent tendre et parvenir à cette fin céleste pour laquelle nous sommes tous créés. » Par cet acte de consécration, Jésus par l’intercession de sa très sainte Mère comble la France : les frontières sont dégagées, les invasions repoussées, les révoltes intérieures découragées et, le 5 septembre 1638, la France a un dauphin, le futur Louis XIV. Cette consécration de Louis XIII demeure toujours valable aujourd’hui même si la majorité de nos contemporains sont indifférents à Dieu. Comme patronne de notre pays, la Sainte Vierge a de nombreux sanctuaires en son honneur. Attardons nous au plus ancien, le sanctuaire de Notre Dame du Puy qui célèbre une année jubilaire (lorsque l’Annonciation tombe le Vendredi Saint). Au début de l’ère chrétienne, le Puy est une petite cité sans importance. Il existait depuis plusieurs millénaires, une sorte de dalle, supportée par trois ou quatre colonnes latérales (un dolmen). Au Ier siècle les gallo-romains l’ont entourée d’un temple païen (détruit par la suite). Au IVème siècle, une femme chrétienne, paralysée, supplie Dieu pour sa guérison, sur le plateau. Soudain, elle voit la Vierge Marie lui apparaître sur le dolmen. Un ange lui dit : « la Reine du Ciel a choisi ce lieu pour en faire son domaine, y recevoir des prières et les exaucer. » Elle est guérie instantanément. Elle se rend ensuite à Galabrum pour prévenir l’évêque Scutaire. Après enquête, celui-ci organise lui-même la construction du sanctuaire demandé, sur les fondations de l’ancien temple. La consécration de cet oratoire, en l’honneur de la Vierge, ancêtre de la cathédrale actuelle, eut lieu un 11 juillet, jour anniversaire de l’apparition et jour où on fête aujourd’hui sa Dédicace. A l’intérieur de l’oratoire on place une statue de la Vierge. Celle-ci devenait en quelque sorte la « maîtresse de ces lieux », à la place de la divinité païenne locale antérieurement honorée. Pendant des siècles, c’est l’un des sanctuaires les plus fréquentés du monde : 6 papes, 14 rois, 2 empereurs, des chefs d’Etat, des princes, des soldats, des bourgeois, mais aussi et surtout le peuple des pauvres sont venus implorer l’aide de la Vierge.

Commentaires

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers