Jeudi 28 mai : l'élan missionnaire du XVIIe s.

Publié le par

Neuvaine du 19 avril au 19 juin 2020

en préparation à notre consécration aux Cœurs de Jésus et de Marie

Jeudi 28 mai : La foi et le zèle des ordres religieux, anciens et nouveaux, ressort face aux crises de l'histoire de France 

Tirer de son trésor du neuf et de l'ancien...

"Tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. " (Mt 13, 52)

Découvrons ou redécouvrons en ce jour trois domaines marquant du redressement chrétien de la France aux XVIe et XVIIe siècles : les missions, la charité et l’enseignement. Nous verrons comment, avec le concile de Trente, le renouveau des ordres religieux anciens et le foisonnement d’ordres nouveaux ont grandement contribué au redressement catholique de la France lui permettant de tenir pleinement sa place de Fille aînée de l’Eglise et éducatrice des peuples. Cela illustrera une fois encore que les saints sont les vrais réformateurs.

La vidéo

Pour aller plus loin...

Presque la totalité des ordres religieux anciens ont vécu une réforme salutaire au XVIe siècle. Mentionnons l’ordre du Carmel avec Ste Thérèse d’Avila et St Jean de la Croix, ou encore les Récollets, cette branche des franciscains de la stricte observance.

De nouveaux ordres religieux vont apparaître à foison, il est même difficile d’en faire une totale recension ! En voici quelques uns à titre d'exmple : 

- La Compagnie de Jésus, appelée aussi les Jésuites, fondée par St Ignace de Loyola.

- L’Oratoire de St Philippe Néri : le cardinal de Bérulle implante en France l’Oratoire en 1613.

- Les Ursulines de Ste Angèle Mérici fondées en 1535 à Brescia en Lombardie (Italie). Madeleine L'Huillier, veuve de Claude le Roux, sieur de Sainte-Beuve établit l'ordre des Ursulines dans le faubourg Saint-Jacques de Paris en 1608. En 1668, on compte déjà 310 maisons en France.

- Les Pères de la doctrine chrétienne du Bx César de Bus en 1592.
Le Vatican a annoncé ce 26 mai 2020 la prochaine canonisation de César de Bus !

- Les Filles de la Congrégation de Notre-Dame fondées par Bse Alix Le Clerc en Lorraine avec Saint Pierre Fourier en 1598.

- Les Filles de la Congrégation de Notre-Dame fondées par Ste Jeanne de Lestonnac à Bordeaux en 1607

- Les Frères des écoles chrétiennes de St Jean Baptiste de La Salle en 1684

- Les Capucins furent établis par Matthieu de Baschi en 1525 en Italie. En 1574 les premiers frères Capucins arrivent au couvent de Meudon et à Paris.

- Les Pères de la Mission, plus connus sous le nom de Lazaristes, fondés par St Vincent de Paul en 1625.

- Les Visitandines fondées par St François de Sales et Ste Jeanne de Chantal. Initialement, ce nouvel ordre religieux était apostolique : comme lors de l'épisode évangélique de la Visitation, où la Vierge Marie, enceinte du Christ s'en va aider sa cousine Élisabeth âgée et enceinte de Jean-Baptiste, les religieuses auraient comme tâche principale de visiter malades et les pauvres et de les réconforter. Mais cela n'était pas encore envisageable à l'époque. Cette orientation apostolique sera abandonnée en 1615 et la clôture progressivement imposée.

 - La place étant laissée vide par les Visitandines, les Filles de la Charité, instituées en 1633 par St Vincent de Paul et Ste Louise de Marillac, constituèrent la première congrégation féminine à obtenir d'échapper à la règle de la clôture.

- L’ordre hospitalier des frères de Saint Jean de Dieu, fondé à Grenade (Espagne) en 1539, par saint Jean de Dieu. Ils arrivèrent en 1601 en France.

- Les Camiliens de St Camille de Lellis fondés à Rome en 1582.

- Les sœurs hospitalières de la Charité Notre-Dame, fondées par la vénérable Françoise de la Croix.

- les Augustines de Saint-Thomas de Villeneuve fondées par l’abbé Ange le Proust avec Galette de La Pommeraye, Laurence du Breuil et Anne de Canton, en 1661

Mentionnons aussi plusieurs noms de laïcs qui ont profondément contribués à un renouveau spirituel en cette période :

- Les deux explorateurs français, Jacques Cartier et Samuel de Champlain, qui ont eu le souci d'installer des colons au Canada et, en même temps, de fonder solidement l’Eglise en ces terres nouvelles.

- Henry Buch (1600-1666), simple cordonnier venu du Luxembourg, tout en travaillant dur de son métier n’a qu’une préoccupation : faire du bien aux membres de sa corporation, les arracher au cabaret et au vice, les amener à la pratique des sacrements. Ainsi naissent les sociétés pieuses des Frères cordonniers, puis des Frères tailleurs. Des œuvres analogues vont apparaître, celles des Frères des Œuvres fortes que fonde le coutelier Jean Clément ou le mercier Baumais, pour ne citer qu’eux, visant à la rechristianisation du milieu par le milieu.

- La Compagnie du Saint Sacrement (1630-1660), fondée par Henri de Lévis, duc de Ventadour, pair de France, lieutenant général du roi en Languedoc, vice-roi du Canada. Son intuition : si l’élite catholique de France s’unissait en une association pour promouvoir le règne du Christ, par les mille relations dont disposerait la Compagnie, elle exercerait une influence profonde, à la fois pour réensemencer la foi et pour combattre les ennemis. En fit partie, Jean de Bernières Louvigny (1602-1659), Trésorier du Roi de France qui consacra sa fortune personnelle dans des œuvres de charité. Membre laïc du Tiers-Ordre Franciscain, Jean de Bernières organisa une maison pour les Enfants trouvés, un Hôpital pour les pauvres, une Maison pour les filles repenties avec saint Jean Eudes ; en 1646, il fit construire dans les dépendances du Couvent des Ursulines à Caen un logis appelé L'Ermitage où il vécut avec quelques disciples qu'il forma à la vie mystique.

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers