Mercredi 3 juin : La dévotion au sacré Cœur et au Cœur de Marie au XVIIIe

Publié le par

Neuvaine du 19 avril au 19 juin 2020

en préparation à notre consécration aux Cœurs de Jésus et de Marie

Mercredi 3 juin : Les Cœurs de Jésus et Marie, remparts contre la haine révolutionnaire

Mon Cœur immaculé sera ton refuge...

Au XVIIIème siècle, la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, souvent liée à celle du Cœur de Marie, se développe en France et embrase bien des âmes.

Aujourd'hui, nous vous proposons d'approfondir comment le tsunami de la Révolution, non seulement ne l'affaiblit pas, mais l'enracina en produisant de splendides fruits de sainteté, jusqu'au martyre, tel un véritable Rempart d'Amour au déferlement de la haine.

La vidéo

Pour aller plus loin...

Au moment de la Révolution, Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, composa une prière de consécration du Royaume de France au Cœur immaculé de Marie, renouvelant ainsi le vœu de Louis XIII à cette heure tragique. Voici cette prière : 

 "Ô Vierge sainte ! Vous avez toujours si spécialement protégé la France,
Tant de monuments nous attestent combien elle vous a toujours été chère !
Et à présent qu'elle est malheureuse, et plus malheureuse que jamais,
Elle semble vous être devenue étrangère !

Il est vrai qu'elle est bien coupable,
Mais tant d'autres fois, elle le fut aussi et vous lui obtîntes son pardon.
D'où vient donc qu'aujourd'hui vous ne parlez plus en sa faveur ?
Car si vous disiez seulement à votre Divin Fils : "Ils sont accablés de maux", bientôt nous cesserions de l'être...
Qu'attendez-vous donc, ô Vierge sainte ?
Qu'attendez-vous pour faire changer notre malheureux sort ?

Ah ! Dieu veut peut-être qu'il soit renouvelé par nous,
Le vœu que fit un de nos rois pour vous consacrer la France !
Eh bien ! Ô Marie, ô très Sainte Mère de Jésus-Christ,
Nous vous la vouons, nous vous la consacrons à nouveau !
Si cet acte particulier pouvait être le prélude d'un renouvellement plus solennel et public...

Ou si plutôt elle pouvait retentir depuis le trône jusqu'aux extrémités du royaume,
Cette parole qui lui a attiré tant de bénédictions.
Vierge sainte, nous nous vouons tous à vous, mais le désir que nous en avons ne peut-il pas y suppléer ?
Mais les liens sacrés qui nous unissent à tous les habitants de ce royaume comme à nos frères,
Mais la charité qui étend nos vues et dilate nos cœurs pour les comprendre tous dans notre offrande,
Ne peut-elle pas donner à une consécration particulière le mérite de l'efficacité d'une consécration générale ?

Nous vous en prions, ô Vierge sainte, nous vous en conjurons,
Nous l'espérons et, dans cette confiance,
Nous vous offrons notre roi, notre reine et sa famille,
Nous vous offrons nos princes, nous vous offrons nos armées et ceux qui les commandent,
Nous vous offrons nos magistrats,
Nous vous offrons toutes les conditions et tous les états,
Nous vous offrons surtout ceux qui sont chargés du maintien de la religion et des mœurs.

Enfin, nous vous rendons la France toute entière.

Reprenez, ô Vierge sainte, vos premiers droits sur elle,
Rendez-lui la Foi, rendez-lui votre ancienne protection,
Rendez-lui la paix.
Rendez-lui, rendez-lui Jésus-Christ qu'elle semble avoir perdu.
Enfin que ce royaume, de nouveau adopté par vous,
Redevienne tout entier le royaume de Jésus-Christ.

Ainsi soi-t-il.

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2020 : Notre-Dame, à vous les command...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers