Avril 2022 : Que votre oui soit oui, que votre non soit non.

"Que votre oui soit oui, que votre non soit non"

(Mt 5,37)

I - Avant de commencer...

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Nous allons entrer dans la quinzaine de la Passion dont le sommet liturgique sera le Grand Triduum. En ce monde où la haine, la violence et le mensonge règnent, soyons les témoins de Jésus qui appelle ses disciples à ne pas être oui et non, mais Il nous dit : « Que votre oui soit oui, que votre non soit non.» Nous avons vécu en ce mois de mars de beaux temps de prière avec les solennités de Saint Joseph et de l’Annonciation, la consécration de l’humanité dont la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie par le Pape et les évêques unis à lui, et notre pèlerinage de carême avec Mgr Alain Castet à Saint-Pierre.

Voici ce que le Père Rolland, responsable du MSM pour la France, écrivait au sujet de la consécration de la Russie, avant ce 25 mars :

« Saint Jean-Paul II avait prononcé une consécration le 25 mars 1984 à Rome, devant la statue de Notre-Dame de Fatima qu’il avait faite venir spécialement du sanctuaire de Fatima. Nous savons que Marie avait accepté cette consécration du monde (et non de la Russie seulement) comme un «acte courageux de mon Pape» et qu’en réponse à cet acte, elle promettait « d’intervenir pour beaucoup abréger les heures de purification et rendre moins lourde l’épreuve » (LB, 25 mars 1984). Mais dans ce même message, elle rappelle que « des circonstances particulières n’ont pas encore permis de me consacrer expressément la Russie, comme je l’ai demandé plusieurs fois. Ainsi que je vous l’ai déjà dit, cette consécration sera faite lorsque des événements sanglants seront désormais en voie de réalisation. » (Ibid.). Dans plusieurs messages, postérieurs à 1984, Marie a continué de nous dire que la consécration de la Russie, selon la demande du Ciel, n’a pas encore été faite. En 1987, avant le début de l’année mariale qui a commencé le 7 juin en la fête de la Pentecôte : «On n’a pas accueilli ma demande de me consacrer la Russie, de la part du Pape en union avec tous les évêques, et ainsi, elle a répandu ses erreurs partout dans le monde. » (LB, 13 mai 1987). Le 10 juin 1987, au début de l’année mariale : « C’est d’une particulière importance pour le déroulement des grands événements que je vous ai prédits si, au cours de cette année, on satisfaisait enfin à ma demande adressée à ma fille Sœur Lucie de Fatima, de la consécration de la Russie par le Pape avec tous les évêques du monde. » Le 13 mai 1990 : « La Russie ne m’a pas été consacrée par le Pape avec tous les évêques et, ainsi, elle n’a pas eu la grâce de la conversion et elle a diffusé ses erreurs partout dans le monde, provoquant guerres, violences, révolutions sanglantes, persécutions contre l’église et le Saint-Père. »

Je remercie le Père Rolland de ces précisions. Je reconnais m’être trompé en m’appuyant sur une soi-disant déclaration de Sr Lucie. La consécration explicite de la Russie jusqu’à ce 25 mars 2022 n’avait donc pas encore été faite. Dans le chemin de croix que nous avons fait avant la consécration de ce 25 mars nous avons demandé pardon et réparation pour ce retard.

Prière d'introduction

Viens Esprit Saint… St Joseph, St Jean-Paul II, vénérable Jérôme Lejeune, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Mère Carla-Elena, Bse Marie-Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Ste Katéri, Ste Thérèse des Andes, St Damien, Bse Marie-Gabrielle, Ste Marie-Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Catherine de Sienne, Ste Zita, St Louis-Marie, Ste Gianna Molla, St Pierre Chanel, Ste Catherine de Sienne, nos saints patrons et saints Anges gardiens.

Parole de Dieu : Mt 5, 37 ;  2 Co 1, 19 ; Jc 5, 12 ; Jn 8, 44

« Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. » (Mt 5,37)

"Car le Fils de Dieu, le Christ Jésus, que nous avons annoncé parmi vous, Silvain et Timothée, avec moi, n’a pas été « oui et non » ; il n’a été que « oui ».(2Co 1,19)

"Et avant tout, mes frères, ne faites pas de serment : ne jurez ni par le ciel ni par la terre, ni d’aucune autre manière ; que votre « oui » soit un « oui », que votre « non » soit un « non » ; ainsi vous ne tomberez pas sous le jugement." (Jc 5,12)

"Vous, vous êtes du diable, c’est lui votre père, et vous cherchez à réaliser les convoitises de votre père. Depuis le commencement, il a été un meurtrier. Il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce qu’il n’y a pas en lui de vérité. Quand il dit le mensonge, il le tire de lui-même, parce qu’il est menteur et père du mensonge." (Jn 8,44)

Effort

Dès notre réveil, demandons à Jésus la grâce de ne pas être oui et non.

II - Les rubriques du carnet de cordée

1) Discipline : fidélité à notre examen de conscience

Le démon sait l’importance de l’examen de conscience. L’une de ses premières tentations est de le faire supprimer. N’ayons pas peur de l’examen de conscience journalier par lequel l’Esprit-Saint nous permet de savoir si nous combattons vraiment le mensonge et Satan, le père du mensonge. 

2) Prévisions : prévisions

vivons de notre mieux la quinzaine de la Passion en suivant notre grande neuvaine qui commence ce dimanche 3 avril. Que le Triduum soit vraiment le Sommet de notre Année liturgique. Le 24 avril, fêtons avec joie et confiance la divine Miséricorde.

3) Consigne spirituelleQue votre oui soit oui, que votre non soit non.

Après avoir donné à ses disciples les Béatitudes et après leur avoir demandé d’être sel de la terre et lumière du monde, Jésus ajoutait : « Moi je vous dis de ne pas jurer du tout... Que votre langage soit : Oui Oui, Non Non. Ce qu'on dit de plus vient du Mauvais. » (Mt 5, 34s).

Saint Jacques rapporte, dans sa lettre, le même enseignement donné par Jésus : « Mais avant tout, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, n'usez d'aucun autre serment. Que votre oui soit oui, que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. » (Jc 5,12).

 Saint Paul écrit aux Corinthiens (2 Co 1, 17-22) : « Mes projets s'inspirent-ils de la chair, en sorte qu'il y ait en moi en même temps le oui et le non ? Aussi vrai que Dieu est fidèle, notre langage avec vous n'est pas oui et non. Car le Fils de Dieu, le Christ Jésus, que nous avons prêché parmi vous, Silvain, Timothée et moi, n'a pas été oui et non ; il n'y a eu que oui en lui. Toutes les promesses de Dieu ont en effet leur oui en lui ; aussi bien est-ce par lui que nous disons l'"Amen" à Dieu pour sa gloire. Et Celui qui nous affermit avec vous dans le Christ et qui nous a donné l'onction, c'est Dieu, Lui qui nous a aussi marqués d'un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l'Esprit. »

Ces citations révèlent ce que Jésus attend de nous en ce mois d’avril 2022 : soyons « oui » comme Lui.

Saint Jean nous transmet dans le chapitre 8 de son évangile ce que Jésus disait avec fermeté à ceux qui commençaient à s’opposer à Lui : « Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez, car c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens ;  je ne viens pas de moi-même ; mais lui m'a envoyé. Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage ? C'est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n'était pas établi dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu'il est menteur et père du mensonge. » (Jn 8, 42-44). Prenons très au sérieux, en cette quinzaine de la Passion, ces paroles de Jésus. Veillons et prions car le père du mensonge vise et combine. Combattons énergiquement le mensonge.

Nous entendrons à nouveau la lecture de la Passion, le dimanche des rameaux et le Vendredi Saint. Dans la Passion selon Saint Jean, on entendra à nouveau la question de Pilate : « Qu’est ce que la vérité ?» Jésus, la Vérité en Personne, dont il était convaincu de l’innocence était en face de lui. Il a préféré condamner à mort un innocent, plutôt que de déplaire à la foule qui réclamait sa mort.

  • Oui oui, non non, dans la fidélité à l’enseignement dogmatique : en ce temps de grande apostasie et de relativisme, plusieurs dogmes sont remis en question pour ne pas soi-disant « heurter » ceux qui ne partagent pas notre Foi. Ainsi, beaucoup aujourd’hui ne croient plus au dogme du péché originel défini par le Concile de Trente, influencés en cela par certaines théories de l’évolution qui prouveraient que l’origine de l’humanité ne provient pas du couple unique d’Adam et Eve (monogénisme) mais de plusieurs couples (polygénisme). Or le polygénisme n’est pas conciliable avec l’enseignement du dogme du péché originel. La présence réelle et substantielle de Jésus dans l’Eucharistie est également contestée par des membres de l’Eglise. Pourtant Jésus a bien dit : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ». Pour ne pas être oui et non, nous devons adhérer à toute la première partie du CEC rapportant fidèlement la Foi de l’Eglise. Soyons fermes dans notre Foi, soyons fidèles, soyons « oui » dans la fidélité à Jésus et à Son Eglise.
  • Oui oui, non non dans la vie sacramentelle : la deuxième partie du CEC est particulièrement importante. Pour vivre avec le Christ, la Vie, nous avons besoin de recourir aux sacrements qu’Il a institués. Puisse ce prochain Triduum pascal nous obtenir la grâce de comprendre que, sans le Christ, sans la participation au mystère pascal, nous sommes des chrétiens très attiédis et en danger. Se passer de la Messe dominicale, ne plus se confesser, ne pas faire baptiser ses enfants, ne pas recevoir le sacrement de la confirmation, c’est se laisser piéger par le père du mensonge. Que signifie être chrétien non pratiquant ? Ne serait-ce pas être un chrétien « oui et non » ? Pour que notre oui de chrétien soit un vrai oui, soyons fidèles aux sources de la Grâce que Jésus a instituées : les sacrements.
  • Oui oui, non non dans la vie morale : la troisième partie du CEC transmet fidèlement la Vérité morale enseignée par l’Ecriture, la Tradition et le Magistère. Jésus, ne l’oublions pas, s’est révélé à ses apôtres comme étant la Vérité, la Vie, la Voie. Saint Jean-Paul II, dans les Encycliques Veritatis Splendor et Evangelium Vitae, a été très ferme pour affirmer dans la fidélité à la Tradition qu’il existait des actes intrinsèquement mauvais, voire pervers, que l’on n’avait jamais le droit d’accomplir : meurtre, avortement, euthanasie, adultère… On ne peut pas concilier la morale du CEC avec une fausse casuistique qui trouverait des exceptions, cas par cas, à une norme universelle et en arriverait à approuver des actes intrinsèquement mauvais. Que notre oui soit oui, que notre non soit non !
  • Oui oui, non non dans notre devoir d’état : il n’est pas facile pour un chrétien aujourd’hui d’être « oui oui, non non » dans l’accomplissement de son devoir d’état. Contemplons Jésus, prions la Vierge Marie et Saint Joseph, notre ange gardien, Saints Michel, Gabriel et Raphaël, et les Saints pour obtenir les grâces de discernement et de force pour savoir dire non à toutes les compromissions avec le mal et oui à toutes les inspirations du Saint-Esprit, qui nous appelle à ne pas avoir peur d’aller à contre-courant. Ainsi, nous ne serons pas des chrétiens « oui et non » et, dans l’accomplissement de notre devoir d’état, nous aurons à cœur de témoigner courageusement de la doctrine sociale de l’Eglise.
  • Oui oui, non non, dans la famille : pour les parents, être des éducateurs crédibles suppose d’être « oui oui, non non ». Nos actes doivent être cohérents avec nos paroles. Tels nous sommes dans notre famille, tels nous devons être dans la vie sociale. Partout soyons témoins de Jésus.
  • Oui oui, non non, dans la vie avec nos frères en Eglise : vivons bien avec nos frères chrétiens cette quinzaine de la Passion dont le sommet est le Triduum pascal. Pour cela, ayons à cœur de mettre en application ce que Saint Paul écrivait aux Corinthiens : « Aussi vrai que Dieu est fidèle, notre langage avec vous n'est pas oui et non. Car le Fils de Dieu, le Christ Jésus, que nous avons prêché parmi vous, Silvain, Timothée et moi, n'a pas été oui et non ; il n'y a eu que oui en lui. »

4) Formation

En ces temps où nous sommes invités à participer à des groupes pour préparer le prochain synode sur la synodalité, nous pourrions approfondir les numéros 874 à 896 du CEC. Beaucoup de prophéties circulent actuellement sur les évènements qui soi-disant devraient arriver sous peu. Ne nous laissons pas déstabiliser par ces prophéties qui, même si elles sont vraies, sont toujours conditionnelles (leur réalisation, en effet, dépend de la réponse ou de la non-réponse des hommes. N’oublions pas la prophétie de Jonas : Ninive devait être détruite. Elle ne l’a pas été, parce que les Ninivites se sont convertis et ont fait pénitence).

5) Action

Soyons fidèles à la septième Béatitude en étant de vrais pacifiques dans l’esprit de Jésus. Nos contemporains ont besoin de rencontrer des chrétiens qui sont de vrais disciples de Jésus. Mère Marie-Augusta disait : « Il faut des centaines de mécréants pour pervertir une population ; il suffit d'un apôtre véritable, d'un seul pour sauver le monde entier du naufrage ». Notre Fondateur a trouvé une expression semblable dans le livre « Vers le Roi d’Amour » du Père Matéo, grand apôtre du Sacré-Cœur : « "Savez-vous ce que demande, en ce moment de crise, la société civile, ce que l'Église réclame à grands cris ? Des apôtres d'amour, des semeurs de flamme, tant parmi les prêtres que parmi les laïcs. "N'en doutez pas ! Si cent mécréants suffisent pour pervertir une population entière, il suffit d'un apôtre véritable, d'un seul, pour sauver du naufrage une centaine de populations ».

6) Partage

Nous avons la joie de vous annoncer les vœux perpétuels de frères Léopold-Marie et Rafaël, le samedi 11 juin à 15 heures à Saint-Pierre-de-Colombier, et les ordinations diaconales des frères Aloïs, Savio et Théophane, le samedi 2 juillet à 15 heures par Mgr Jean-Louis Balsa.

Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Hélène et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en vous remerciant de vos prières et de votre générosité. Nous vous souhaitons un mois d’avril fécond spirituellement malgré la gravité de l’heure. Merci de ne pas vous décourager dans vos prières pour le Site Notre-Dame des Neiges. Continuons à prier, souffrir, offrir dans la patience, la persévérance et la confiance. Chaque jour, des sœurs et des frères portent vos intentions auprès de la statue de Notre-Dame des Neiges. N’ayons pas peur. Jésus, Marie et Joseph sont là.

Père Bernard

III - Des nouvelles du site Notre-Dame des Neiges !

Dans l’espérance de Pâques qui approche, nous continuons avec confiance et persévérance à prier pour la reprise des travaux sur le Site Notre-Dame des Neiges ! Nous vous remercions encore pour votre soutien et vos prières. Pour plus d’infos, rendez-vous sur sitendn.fmnd.org !

Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons en précisant « don pour le Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci alors de nous communiquer votre adresse). Nous vous remercions pour votre aide, grande ou petite !

  • par chèque à l'ordre de « Famille Missionnaire de Notre Dame » envoyés à : FMND - Site NDN - 65 rue du Village - 07450 Saint-Pierre de Colombier
  • par carte bancaire : page spéciale ici.
  • par virement : contactez-nous.

Par ailleurs, nous sollicitons votre soutien spirituel en ces temps difficiles ! Rejoignez les "Sentinelles du Site Notre-Dame des Neiges" qui prient à cette intention ! Pour plus d'informations, rendez-vous sur sentinelles.fmnd.org !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Septembre 2022 : Servons l'Eglise Une
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers