Les combats de la famille : aimer et protéger la vie !

Publié le par

WE Foyers 1er trimestre 2019

La vérité dans la douceur de l'amour, remède pour surmonter les crises dans l'Eglise et la famille

Nous continuons avec les enseignements des WE Foyers... Aujourd'hui, voici la deuxième partie du deuxième enseignement donné lors de nos WE Foyers du 1er trimestre 2019 sur le thème : "La vérité dans la douceur de l'amour, remède pour surmonter les crises dans l'Eglise et la famille."

La première partie est disponible ici !

2) Être témoins courageux de l’évangile de la vie

Après avoir parlé du combat olympique de la pureté, nous voulons aborder avec vous cette autre mission urgente à laquelle Dieu et l’Eglise vous appellent en ces temps de culture de la mort : aimer et protéger la vie humaine de sa conception à son terme naturel.

 

a) Jean-Paul II, le Pape de la vie

Dans l’Encyclique “Evangelium vitae, Jean-Paul II a fait comprendre pourquoi toute vie humaine est sacrée : elle vient de Dieu et elle est toujours un bien (EV 34). “La vie que Dieu donne à l’homme est bien plus qu’une existence dans le temps. C’est une tension vers une plénitude de vie” (EV 34). "En Jésus, Verbe de vie, est annoncée et communiquée la vie divine et éternelle. Grâce à cette annonce et à ce don, la vie physique et spirituelle de l'homme, même dans sa phase terrestre, acquiert sa plénitude de valeur et de signification : la vie divine et éternelle, en effet, est la fin vers laquelle l'homme qui vit dans ce monde est orienté et appelé" (EV 30). Proclamer l’Évangile de la vie, c'est donc annoncer cette étonnante "Bonne Nouvelle" : Tout homme a reçu une vie sacrée appelée à la vie éternelle.

Jean-Paul II a énergiquement rappelé les devoirs de tout homme face à la vie humaine :

- Tuer directement et volontairement un être humain innocent est toujours gravement immoral.

- L'avortement direct, c'est-à-dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave en tant que meurtre délibéré d'un être humain innocent.

- L'euthanasie est une grave violation de la Loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d'une personne humaine.

La manière avec laquelle ces vérités ont été proclamées montre que Jean-Paul II a voulu donner au monde un enseignement infaillible : "Avec l'autorité conférée par le Christ à Pierre et à ses successeurs, en communion avec tous les évêques de l'Eglise catholique, je confirme... Cette doctrine, fondée sur la loi non écrite que tout homme découvre dans son cœur à la lumière de la raison (cf. Rm 2, 14-15), est réaffirmée par la Sainte Ecriture, transmise par la Tradition de l'Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel" (EV 57 ; 62 ; 65).

 

b) Jean-Paul II, le pape de la Miséricorde

Le Pape de la vie a aussi été le Pape de la Miséricorde. Voici l’appel émouvant qu’il a adressé aux femmes qui ont recouru à l’avortement : « Je voudrais adresser une pensée spéciale à vous, femmes qui avez eu recours à l'avortement. L'Eglise sait combien de conditionnements ont pu peser sur votre décision, et elle ne doute pas que, dans bien des cas, cette décision a été douloureuse, et même dramatique. Il est probable que la blessure de votre âme n'est pas encore refermée. En réalité, ce qui s'est produit a été et demeure profondément injuste. Mais ne vous laissez pas aller au découragement et ne renoncez pas à l'espérance. Sachez plutôt comprendre ce qui s'est passé et interprétez-le en vérité. Si vous ne l'avez pas encore fait, ouvrez-vous avec humilité et avec confiance au repentir: le Père de toute miséricorde vous attend pour vous offrir son pardon et sa paix dans le sacrement de la réconciliation. C’est à ce même Père et à sa miséricorde qu’avec espérance vous pouvez confier votre enfant. Avec l'aide des conseils et de la présence de personnes amies compétentes, vous pourrez faire partie des défenseurs les plus convaincants du droit de tous à la vie par votre témoignage douloureux. Dans votre engagement pour la vie, éventuellement couronné par la naissance de nouvelles créatures et exercé par l'accueil et l'attention envers ceux qui ont le plus besoin d'une présence chaleureuse, vous travaillerez à instaurer une nouvelle manière de considérer la vie de l'homme » (EV 99).

 

c) promouvoir les cultures de la vie

Jean-Paul II n'avait pas écrit l’Encyclique Evangelium Vitae pour seulement condamner les cultures de la mort, il voulait aussi et surtout promouvoir les cultures de la vie. Le dernier chapitre de cette Encyclique est une grande exhortation à tous les membres de l'Eglise pour l'annonce courageuse de l’Évangile de la vie. L'Eglise doit être, pour Jean-Paul II, le peuple de la vie et le peuple pour la vie (EV 78-79). Elle doit donc annoncer sans peur l’Évangile de la vie (EV 80-82) et servir cet Évangile, c'est-à-dire s'engager (EV 87-91), comme l’ont fait Mère Térésa et le Professeur Jérôme Lejeune.

Servir l'Evangile de la vie demande de « se conduire en enfants de lumière » (Eph 5, 8) dans ce monde marqué par tant de ténèbres (EV 95-100). Nous devons avoir le courage des martyrs pour savoir dire avec les apôtres : «Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes» (Ac 5, 29) et ne pas se compromettre avec des pratiques contraires à la Loi de Dieu, même si elles sont reconnues par des lois civiles (68-74).

Servir l’Evangile de la vie c’est aussi et toujours, pour Jean-Paul II, prier, offrir et jeûner pour obtenir la conversion de ceux qui ne comprennent pas que toute vie est don de Dieu. Citons cette conversion extraordinaire du docteur Nathanson, né dans une famille juive et devenu athée. Il a été une cheville ouvrière puissante pour que l'Etat de New York légalise l'avortement. Il ne voyait pas le mal mais le plus grand bien pour le plus grand nombre ! En 1970, il a ouvert une clinique où 60 000 avortements ont été pratiqués en 2 ans ! On le surnomma le «roi de l'avortement». Quelques années plus tard il devenait l'auteur du cri silencieux et affirmait : "A donner des conférences à des auditoires pour la vie, à écrire des articles pour eux, je commençais à sentir une «infusion» d'amour et de vie spirituelle venant de vous tous. Je sentais de l'amour pour les enfants à naître, l'amour de la vie, la révérence pour la vie. Graduellement ma dure carapace d'athéisme commença à craquer." Le 6 avril 1995, il déclarait à Irwin en Californie dans une conférence publique : "Je viens donc vers vous aujourd'hui, croyant que la main de Dieu m'a conduit ici, croyant que Dieu va me pardonner, même avec tout ce sang sur mes mains, avec ma vie qui, tout entière, est en lambeaux. Je vous supplie de prier pour moi." ("Famille Chrétienne" n° 924 du 28-9-1995). Les évêques des USA ont annoncé, en septembre 1995, l’entrée dans l’Eglise catholique de ce grand converti à Dieu par l'amour de la vie ! Elle est grande la Miséricorde de Dieu !

d) Le combat entre la Femme et le dragon

L’Encyclique sur l’Évangile de la vie se termine par l’évocation du grand combat entre la Femme et le Dragon (Ap 12). Jean-Paul II commente ce texte important en disant que Marie éclaire la communauté des croyants : “L’hostilité des forces du mal est en effet une sourde opposition qui, avant d’atteindre les disciples de Jésus, se retourne contre sa Mère... Marie aide l’Eglise à prendre conscience que la vie est au centre d’un grand combat entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres... Marie est parole vivante de consolation pour l’Eglise dans son combat contre la mort. En nous montrant son Fils, elle nous assure qu’en Lui les forces de la mort ont déjà été vaincues : «La mort et la vie s’affrontèrent en un duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut ; vivant, Il règne».

Faisons nôtre la prière de Jean-Paul II et soyons de courageux témoins de l’Évangile de la vie humaine : « Ô Marie, aurore du monde nouveau, Mère des vivants, nous te confions la cause de la vie : regarde, ô Mère, le nombre immense des enfants que l’on empêche de naître, des pauvres pour qui la vie est rendue difficile, des hommes et des femmes victimes d’une violence inhumaine, des vieillards et des malades tués par l’indifférence ou par une pitié fallacieuse. Fais que ceux qui croient en ton Fils sachent annoncer aux hommes de notre temps avec fermeté et avec amour l’Evangile de la vie... afin de construire la civilisation de la vérité et de l’amour, à la louange et à la gloire de Dieu Créateur qui aime la vie » (EV 105). La France doit retrouver la fidélité aux promesses de son baptême et à sa mission d’éducatrice des peuples par son amour pour la vie humaine de sa conception et à son terme naturel. Soyons en notre pays les témoins de l’évangile de la vie avec courage et joie.

 

Prochainement : rayonner sans peur l'esprit de famille selon le plan de Dieu !

Que voulez-vous faire ?
Consulter la consigne spitrituelle
Octobre 2019 : mois du Rosaire et de la Missi...
Prier en direct avec les offices
S'informer de nos actualités
S'inscrire à nos activités
Se former grâce à nos dossiers